Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 14
Invisible : 0
Total : 15
· Margo1668
12878 membres inscrits

Montréal: 27 juin 23:32:36
Paris: 28 juin 05:32:36
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Avant la Pluie... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
2541 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 16 mars à 09:44 Citer     Aller en bas de page

Quand la pluie ne vient pas...

C'est se sentir aussi lourd qu'un nuage immobile couché sur les futaies.
A l'intérieur ? Des tombereaux d'eaux qui ne demandent qu'à s'échapper.
Mais tout est cimenté, c'est comme un gros rocher d'où rien ne peut filtrer.

Pas une goutte d'air, et pourtant ça respire dans ce grand corps de pierre, qui s'enfle tant et tant qu'il se dissout d'un coup, s'explose dans les nues en larmes incandescentes qui soulagent sa peine.

La pluie console et vibre en cordes mélodiques sur le raga d'un soir.
Un sitar qui lance ses notes par poignées sur l'acidité des peurs, les brûlures des tourments, les terreurs rationnelles des dormances latentes.


Au point de suspension de tes exclamations
dans un charivari à réveiller les morts,
c'est à toi, la pluie, que je parle...


Tu verses des torrents sur le front des toitures, sur le trait d'un crayon ancré dans le vélin, sur la vitre niellée -on y trace des signes enfantins-, dans la ville de l'étrange, humectée de chagrins qui n'ont pas de sanglots -le faux côtoie le vrai en giboulées naissantes.

Il pluie sur les gargouilles, il pluie multicolore, encore, encore, encore...
Il pluie sur les démences, les crédences des cieux, les verrières des loggias que la mousson argente.

Hume, le nez au vent, les humeurs poivrées d'un mars éclaboussé d'écumes cornalines.
Trompe les jours mouillés, lessivés, essorés, dégouttant sur l'asphalte leurs salives teintées au bleu de méthylène.

C'est la mer à voler, c'est la terre débattue par les vagues moussues, poivrées muscovado à démâter la vis du cercueil englouti dans un cerveau-caveau, caverneuse tourbière qui mouline les pensées, un moulin de paroles qui cause soir et matin, ne s'arrêtant jamais, une langue sans bois, un tourniquet de fous plus malins que les sages statufiés de stupeur dans leurs niches de bronzes.


L'éveil jaillit des paupières inondées, trêve de l'obsédant huis-clos.
Un sentiment de permanence, et on se surprend à se chuchoter -sans les prononcer- ces mots que l'on a raturés.

"Voir et entendre différemment."

Et tout coule d'évidence...ainsi, le coudrier a le sommeil léger quand il replie ses branches, dans l'amande laiteuse, c'est ma soif qu'il étanche, juste avant la pluie...




Riagal - le 16 mars 2017 -

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
73 commentaires
Membre depuis
17 janvier
Dernière connexion
26 juin
  Publié: 16 mars à 09:50 Citer     Aller en bas de page

C'est magnifique !!!

  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
2541 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 16 mars à 09:59 Citer     Aller en bas de page

Oh la joie ! Je sais pas si c'est magnifique mais ce que je suis content de te retrouver ici Saphariel...Tu m'as manqué...
Merci !

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Maschoune

Modératrice
Impossible d'afficher l'image
Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
150 poèmes Liste
7277 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
27 juin
  Publié: 16 mars à 11:26 Citer     Aller en bas de page

Citation de RiagalenArtem

...
Tu verses des torrents sur le front des toitures, sur le trait d'un crayon ancré dans le vélin, sur la vitre niellée -on y trace des signes enfantins-, dans la ville de l'étrange, humectée de chagrins qui n'ont pas de sanglots -le faux côtoie le vrai en giboulées naissantes.

Il pluie sur les gargouilles, il pluie multicolore, encore, encore, encore...
Il pluie sur les démences, les crédences des cieux, les verrières des loggias que la mousson argente.

...



-



Dans le charivari de tes mots ce sont ceux-là que je veux retenir, qui sonnent et résonnent et rebondissent comme gouttes de pluie ...

Merci à toi d'être "revenu" par ici

Amicales pensées

  ISABELLE
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
204 poèmes Liste
12170 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
27 juin
  Publié: 16 mars à 11:40 Citer     Aller en bas de page

très beau
amicalement

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Maman Luciole


Tout but est un leurre, seul le voyage est véritable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
1598 commentaires
Membre depuis
17 septembre 2012
Dernière connexion
7 juin
  Publié: 16 mars à 12:43 Citer     Aller en bas de page

Ho "mon" Ria ! te revoilà, quel bonheur de te lire à nouveau...

Quand la pluie ne vient pas, tout est en suspens, rien n'est lavé, tout est stocké au fond, tout au fond... on ne peut renouveler...
Enfin, c'est mon ressenti sur ton texte qui me parle (pour mes larmes qui ne coulent plus depuis si longtemps, pour ce torrent qui voudrait sortir avec tant de fougue, mais..... voilà, c'est la vie....).

Comme c'est beau tes mots, tes images.... moi je l'aime la pluie, elle me parle le soir, allongée sous la toiture, je l'entends qui me raconte... et j'aimerais bien me joindre à elle, moi aussi lui raconter...

Merci d'être là



"Ta" maman Luciole

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
316 poèmes Liste
18219 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
27 juin
  Publié: 16 mars à 13:01 Citer     Aller en bas de page

Un grand merci cher RIAGA, pour ce poème qui me fait m'émouvoir à chaque pensée, chaque mot.
Après un gros orage, la pluie est nécessaire, elle se mélange aux larmes parfois et elle purifie les âmes blessées
Bisous de cigogne
ODE 31 - 17

  OM
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
2748 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
27 juin
  Publié: 16 mars à 13:55 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Riaga,
Nous te retrouvons avec plaisir, toujours généreux dans l'écriture, inventive et dense mélant abstrait et concret.
A nous de chercher toutes les petites pierres précieuses et leurs codes secrets.
amitiés

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
Trist@nic


Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu es capable...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
1937 commentaires
Membre depuis
26 septembre 2008
Dernière connexion
24 juin
  Publié: 16 mars à 16:02 Citer     Aller en bas de page

Salut Riaga,

quand tu écris ""Voir et entendre différemment.", je crois que tu résume ce que tu veux partager ici...

Des musiques et des images qui s'abattent parfois en trombe, ou finement, sur un désert de solitude !
Mais je livre un sentiment brut de ce qui m'est apparu à la première lecture, alors peut-être suis-je hors-piste ?

Amitiés

  Léo
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Correcteur


Il suffit d'oser (In Poésie)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
1358 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
27 juin
  Publié: 16 mars à 21:27
Modifié:  16 mars à 21:27 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Citation de RIAGA L'ART T'AIME !!!


"Voir et entendre différemment."



Essentiel !

Un retour avant la pluie pour se raccrocher en miroir à ce mars lpédépien, éphémère mais pas tant que ça. Oui tu signes un beau retour mouillu et épais.

J'ai l'impression que cette pluie te livre des mots de solitude, mais va savoir...

Allez ! Moi, ton retour m'enchante. YES !

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Galatea belga
Impossible d'afficher l'image
Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
628 poèmes Liste
13880 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
27 juin
  Publié: 17 mars à 07:11 Citer     Aller en bas de page

L'éveil jaillit des paupières inondées, trêve de l'obsédant huis-clos.
Un sentiment de permanence, et on se surprend à se chuchoter -sans les prononcer- ces mots que l'on a raturés.

"Voir et entendre différemment."

Et tout coule d'évidence...ainsi, le coudrier a le sommeil léger quand il replie ses branches, dans l'amande laiteuse, c'est ma soif qu'il étanche, juste avant la pluie...




Je vois un rocher, un rocher trop grand et à l'apparence immodifiable mais la poèsie, l'envie de communiquer et maintenir des liens de lumière et understanding sont les elements insaisissables qui tout traversent et défient.

Voilà, cher guerrier, tu es de retour et en pleine puissance d'esprit et de sensibilitè unique.





lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
2541 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 17 mars à 20:16
Modifié:  17 mars à 20:51 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Maschoune

Citation de RiagalenArtem

...
Tu verses des torrents sur le front des toitures, sur le trait d'un crayon ancré dans le vélin, sur la vitre niellée -on y trace des signes enfantins-, dans la ville de l'étrange, humectée de chagrins qui n'ont pas de sanglots -le faux côtoie le vrai en giboulées naissantes.

Il pluie sur les gargouilles, il pluie multicolore, encore, encore, encore...
Il pluie sur les démences, les crédences des cieux, les verrières des loggias que la mousson argente.

...



-



Dans le charivari de tes mots ce sont ceux-là que je veux retenir, qui sonnent et résonnent et rebondissent comme gouttes de pluie ...

Merci à toi d'être "revenu" par ici

Amicales pensées


Tu me "chavires" Isa...Thxs pour ton morceau choisi...: -)...Amitiés...

Citation de mido ben
très beau
amicalement


Merci Mido...d'être toujours fidèle sous mes mots...Toutes mes amitiés...


[citation=Maman Luciole]Ho "mon" Ria ! te revoilà, quel bonheur de te lire à nouveau...

Quand la pluie ne vient pas, tout est en suspens, rien n'est lavé, tout est stocké au fond, tout au fond... on ne peut renouveler...
Enfin, c'est mon ressenti sur ton texte qui me parle (pour mes larmes qui ne coulent plus depuis si longtemps, pour ce torrent qui voudrait sortir avec tant de fougue, mais..... voilà, c'est la vie....).

Comme c'est beau tes mots, tes images.... moi je l'aime la pluie, elle me parle le soir, allongée sous la toiture, je l'entends qui me raconte... et j'aimerais bien me joindre à elle, moi aussi lui raconter...

Merci d'être là


Oh là là...c'est à , ton accueil Mum' Luciole...mais le plus touchant c'est ton ressenti...Oui, la pluie lave de tout...et c'est slt sous elle que je peux parfois laisser "couler"...parce que personne ne peut me voir en réf. à cette citation connue de C. Chaplin : "“I always like walking in the rain, so no one can see me crying.”
Qt à tes larmes taries pour cause de trop plein de souffrances cachées, je connais et, non, c'est pas la vie...ça me rend triste...mais si elle te parle aussi, c'est un début pour recommencer à "être"...
Prends soin de toi....
et à très bientôt.

Ton Ria....


(et sorry pr le mp sans réponse ms y'a du grésil sur ma connexion....je dois quitter là, ça déc. sec ;-)...)





  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
2541 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 20 mars à 18:57
Modifié:  20 mars à 19:09 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de ode3117
Un grand merci cher RIAGA, pour ce poème qui me fait m'émouvoir à chaque pensée, chaque mot.
Après un gros orage, la pluie est nécessaire, elle se mélange aux larmes parfois et elle purifie les âmes blessées
Bisous de cigogne
ODE 31 - 17


Merci de ton vol par ici et de ton beau com, ma cigogne...oui le mélange de sel et de douceur est bon à boire et recevoir...

_________________________________________________________________________
Bonjour Riaga,
Nous te retrouvons avec plaisir, toujours généreux dans l'écriture, inventive et dense mélant abstrait et concret.
A nous de chercher toutes les petites pierres précieuses et leurs codes secrets.
amitiés
__________________________________________________________________________
Et moi donc ! Plaisir partagé (wouah, tu me fais un hanit de lumière de pluie, là, j'suis ....et pr trouver le sens "caché" (j'allais mettre "abscons", je te fais confiance...merci, l'ami !

(encore des bugs, je quitte la page en espérant que tt ne va pas sauter ^^...)

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
2541 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 22 mars à 17:53
Modifié:  22 mars à 18:15 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de ode3117
Un grand merci cher RIAGA, pour ce poème qui me fait m'émouvoir à chaque pensée, chaque mot.
Après un gros orage, la pluie est nécessaire, elle se mélange aux larmes parfois et elle purifie les âmes blessées
Bisous de cigogne
ODE 31 - 17


Oui...ma Cigogne. C'est comme une mère, la pluie...Merci pr ton beau com et


"Bonjour Riaga,
Nous te retrouvons avec plaisir, toujours généreux dans l'écriture, inventive et dense mélant abstrait et concret.
A nous de chercher toutes les petites pierres précieuses et leurs codes secrets.
amitiés"

Tu décodes souvent Jean-Louis...merci pour ta présence et ta lecture intutive....
Amitiés....

Citation de Trist@nic
Salut Riaga,

quand tu écris ""Voir et entendre différemment.", je crois que tu résume ce que tu veux partager ici...

Des musiques et des images qui s'abattent parfois en trombe, ou finement, sur un désert de solitude !
Mais je livre un sentiment brut de ce qui m'est apparu à la première lecture, alors peut-être suis-je hors-piste ?

Amitiés



Y'a un peu de ça Léo;...vu que je suis svrt "en marge";...et j'aime bien les sentiments bruts, justement (fais gaffe aux avalanches pr le hors-piste ; -))...
Amitiés...


Citation de In Poésie

Citation de RIAGA L'ART T'AIME !!!


"Voir et entendre différemment."



Essentiel !

Un retour avant la pluie pour se raccrocher en miroir à ce mars lpédépien, éphémère mais pas tant que ça. Oui tu signes un beau retour mouillu et épais.

J'ai l'impression que cette pluie te livre des mots de solitude, mais va savoir...

Allez ! Moi, ton retour m'enchante. YES !

Bizzz JB


; -) pour le jeu-d'mots...JB. Pour le reste, un grand merci....c'est réciproque.
Des mots de solitude ? Non, peut-être un brin de Toska...ou de Nostalgia..va savoir...
"En russe aussi, il y a le mot nostalgia qui désigne un sentiment douloureux, certes (ce n’est pas un hasard si André Tarkovski a donné à l’un de ses films les plus inspirés le titre de Nostalghia), mais plus doux que l’expression de souche proprement russe toska po rodine. Celle-ci est traduite d’habitude comme « mal du pays », traduction fatalement inexacte dans la mesure où le mot toska est difficilement traduisible dans d’autres langues"...
Amitiés....

Citation de Galatea belga
L'éveil jaillit des paupières inondées, trêve de l'obsédant huis-clos.
Un sentiment de permanence, et on se surprend à se chuchoter -sans les prononcer- ces mots que l'on a raturés.

"Voir et entendre différemment."

Et tout coule d'évidence...ainsi, le coudrier a le sommeil léger quand il replie ses branches, dans l'amande laiteuse, c'est ma soif qu'il étanche, juste avant la pluie...




Je vois un rocher, un rocher trop grand et à l'apparence immodifiable mais la poèsie, l'envie de communiquer et maintenir des liens de lumière et understanding sont les elements insaisissables qui tout traversent et défient.

Voilà, cher guerrier, tu es de retour et en pleine puissance d'esprit et de sensibilitè unique.





lilia


La richesse de tes comments est toujours un plaisir my friend. J'M...et ça me touche...
Grazie !



  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 391
Réponses: 13
Réponses uniques: 10
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0863] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.