Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 18
Invisible : 0
Total : 19
· ilizia chaim
12882 membres inscrits

Montréal: 29 mars 20:43:05
Paris: 30 mars 02:43:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Enfance (3) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
2400 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 19 mars à 11:17
Modifié:  20 mars à 11:25 par Jean-Louis
Citer     Aller en bas de page

Enfance (3)

Je revois l'appartement au rez-de-chaussée,
75 m2, 4 chambres, une salle d'eau, le trafic du boulevard.
Il y avait pire à cette époque.
Pas de réfrigérateur ni de machine à laver
Encore moins de téléphone, une cuisinière à charbon,
Les meubles de Grand-mère...
Seulement on était les premiers dans l'immeuble
A posséder un poste de télévision, avant l'officier (subalterne) du second.
Une folie que ce récepteur 819 lignes installé dans la chambre des parents.
C'était la RTF avec une chaîne, quant à la regarder...

Samedi, " faites silence les enfants, votre père a la migraine"
A cause des heures supplémentaires et aussi qu'il faisait
Les comptes de la copropriété. Répartir le chauffage et l'eau
C'étaient des histoires sans fin, des litiges et des réunions houleuses
Dont il revenait souvent accablé, en pétard et vlan...la migraine.
Il ne levait plus la tête des dossiers avec un nuage de fumée au-dessus.
Pendant longtemps encore enfumer la maison semblait normal.
C'est comme ça que je m'y suis mis (au tabac).
La section locale de la SFIO, dont Père était adhérent, tenait ses réunions
A la brasserie " Au Chien qui fume" la bien nommée. Elle existe toujours.

Dimanche, messe obligatoire (sauf pour les parents) et communion.
Les confessions, il fallait se la creuser, la tête, pour trouver de nouveaux péchés.
A la question " pas de mauvaises pensées" je répondais " non mon Père"
Tout en repensant à la concierge, à ma sœur, à l'école.
Deux dimanches à la suite nous avions rompu le rituel de la messe.
Ma sœur, mon frère et moi nous nous étions promenés
Cheminant gaiement en attendant l'heure du retour à la maison.
Arrivés en avance (nous n'avions pas de montre) mentir ne fut guère difficile.
Sermon plus court, horaire de la grand'messe avancé...
Plus dangereux, le mercredi après-midi, l'abbé Bernier vicaire de la paroisse,
De passage au patronage, s'inquiéta de ces absences. Il fallut mentir encore.
Cela nous fit renoncer à cette nouvelle et prometteuse balade dominicale.

L'après-midi grandes sorties et promenades. Pantin, La Courneuve, mais aussi
Les grands boulevards (République-Madeleine), les Tuileries, le jardin des Plantes,
Toujours en marche, jamais d'arrêt à une terrasse ; on revenait bien rincé.
Egalement au programme, Colombes Stade (la tribune Marathon, la moins chère),
Les Tourelles, la Cipale à Vincennes, le Parc des Princes (il y avait encore la piste),
Le stade Charléty pour le rugby. Ah ! le stade Charléty balayé par le vent
En plein hiver, limite gel, avec les matches du P.U.C où personne ne s'asseyait
Trop occupé à sauter d'un pied sur l'autre. Ne restait, au retour,
Que la tiédeur du métro pour se réchauffer.
Père avait été sportif, champion de Paris par équipes, en cross-country.
Depuis ce temps lointain il était passé à 30 gauloises par jour se préparant
De sales poumons mais conservait le goût de la marche et des compétitions sportives.

Lundi, jour de la lessive, cantine pour nous à l'école.
On en a fait trois en trois ans ; la dernière une école privée catholique
A l'ombre de l'église Notre-Dame des Vertus.
Un matin, le directeur, monsieur Magneron, fut retrouvé pendu
Dans les vestiaires, une dépression qu'ils ont dit.
Ca nous a pas empêché de finir l'année scolaire et le patronage
Du mercredi. Nous aimions bien y aller. L'abbé Jeandel, un jeune,
Savait y faire pour organiser les activités ; surtout le cinéma.
Il y en avait un à Aubervillers, le Family Palace.
Si certains lèchent les vitrines, nous c'étaient les affiches des films
Et ça s'arrêtait là : Je n'ai jamais su de quelle couleur étaient les sièges
Faut croire que la télé ç'était suffisant...

A suivre











  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Correcteur


Il suffit d'oser (In Poésie)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
73 poèmes Liste
906 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 20 mars à 02:13 Citer     Aller en bas de page

Salut Jean-Louis,

Ça continue gaiement côté proximité, même si tu es né une ère avant moi

Le tabac du père (dans la R16, à vomir), l'école catho, le blabla confessionnel improvisé, etc.

Différences de taille : j'allais au ciné, mais pas au stade. Les seuls sports que je pouvais voir en live, c'était primo le judo. Mon père était ceinture noire et prof, même s'il fumait comme un pompier. Ce qui lui a valu plus tard de dire adieu à un poumon. Et secundo, la boule lyonnaise... car c'est là que je suis né. D'ailleurs, la première femme que j'ai baisée, c'était Fanny ! Et re

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Trist@nic


Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu es capable...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
1567 commentaires
Membre depuis
26 septembre 2008
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 20 mars à 07:51 Citer     Aller en bas de page

Grande richesse que ces malles de souvenirs...

Avant d'être en mal de souvenirs, merci du partage... savoureux !

Amitiés

  Léo
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
2400 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 20 mars à 08:55
Modifié:  20 mars à 09:42 par Jean-Louis
Citer     Aller en bas de page

Citation de In Poésie
Salut Jean-Louis,

Ça continue gaiement côté proximité, même si tu es né une ère avant moi

Le tabac du père (dans la R16, à vomir), l'école catho, le blabla confessionnel improvisé, etc.

Différences de taille : j'allais au ciné, mais pas au stade. Les seuls sports que je pouvais voir en live, c'était primo le judo. Mon père était ceinture noire et prof, même s'il fumait comme un pompier. Ce qui lui a valu plus tard de dire adieu à un poumon. Et secundo, la boule lyonnaise... car c'est là que je suis né. D'ailleurs, la première femme que j'ai baisée, c'était Fanny ! Et re

Bizzz JB



Bonjour JB,
On retrouve entre nous des traits communs mais je suis ton aîné de 10 ans . Comportements, modes, niveau de vie ...etc, tout va vite alors et par exemple, 1955 est déjà très différent de 1965.
Maman était de vielle souche lyonnaise (Bouvier) née à Vaise en 1920.
Amitiés

Citation de Trist@nic
Grande richesse que ces malles de souvenirs...

Avant d'être en mal de souvenirs, merci du partage... savoureux !

Amitiés


Bonjour Léo,
Merci de me laisser ton agréable mot .J'espère n'avoir pas trop lassé car depuis le premier épisode j'ai perdu du monde en route.
Amitiés







  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
102 poèmes Liste
2448 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
22 mars
  Publié: 20 mars à 09:17
Modifié:  20 mars à 09:22 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

"J'ai perdu du monde en route..."...ou tu as as gagné ; -). J'ai commencé par le trosième volet mais ça me donne envie de lire le 1er et le second. Et avec moi, ça se passe dès la première ligne...sinon, je décroche (c'est fonction du quota de sommeil aussi ^^). Le style est sans fioritures, presque "parlé" (là c'est plutôt un compliment), on marche avec toi dans tes déambulations d'Enfances où les volutes de fumées sont un écran de pudeur sur un vie pas facile et j'ai aimé aussi l'ironie dépouillée d'amertume et la pincée d'humour....pour le reste, faudra attendre que je reprenne pas le début. Après, je n'ai qu'une hâte : la sssssssssssssssuiteeeeeeeeee....
Je découvre un univers qui m'était étranger, un autre temps et ça me rend encore plus proche de ce Jean-Louis que j'apprécie...

(quelques p'tites coquilles, ms osef...)

Amitiés...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
2400 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 20 mars à 09:54 Citer     Aller en bas de page

Citation de RiagalenArtem
"J'ai perdu du monde en route..."...ou tu as as gagné ; -). J'ai commencé par le trosième volet mais ça me donne envie de lire le 1er et le second. Et avec moi, ça se passe dès la première ligne...sinon, je décroche (c'est fonction du quota de sommeil aussi ^^). Le style est sans fioritures, presque "parlé" (là c'est plutôt un compliment), on marche avec toi dans tes déambulations d'Enfances où les volutes de fumées sont un écran de pudeur sur un vie pas facile et j'ai aimé aussi l'ironie dépouillée d'amertume et la pincée d'humour....pour le reste, faudra attendre que je reprenne pas le début. Après, je n'ai qu'une hâte : la sssssssssssssssuiteeeeeeeeee....
Je découvre un univers qui m'était étranger, un autre temps et ça me rend encore plus proche de ce Jean-Louis que j'apprécie...

(quelques p'tites coquilles, ms osef...)

Amitiés...



Bonjour,
Oui, Riaga je viens non seulement de gagner un lecteur mais surtout un camarade-lecteur qui prend le temps de développer sa pensée concernant le rythme,l'écriture et le fond du propos. J'ai écrit à la hâte et à la suite (tu connais n'est-ce pas?) façon parlé comme tu le dis très justement. Raconte moi les coquilles si tu as le temps.(de mon côté je relis pour voir...)
Amitiés

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
102 poèmes Liste
2448 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
22 mars
  Publié: 20 mars à 10:11 Citer     Aller en bas de page

Raconte moi les coquilles[b][/b] si tu as le temps.(de mon côté je relis pour voir...)
Amitiés[/citation]

Ca sonne comme un poème ...euh j'ai Chronos aux trousses mais je m'arrange toujours pr jongler ; -)...t'as corrrigé ou je rêve ? Et promis je relirai...pour voir.

A plus...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège
Impossible d'afficher l'image
Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
230 poèmes Liste
2101 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 20 mars à 10:57
Modifié:  20 mars à 17:09 par Marchepascal
Citer     Aller en bas de page

Oui voilà, ça nous replonge dans une certaine époque...
Avec les attitudes, et façon de voir la vie !
En plus tu nous dévoiles ton enfance, ce qui t'a marqué.
Très facile à lire, simplement des passages de ta vie, de moments en famille, et bien sûr ta délicate plume qui nous donne envie de connaître la suite...
Ça doit faire drôle de se remémorer le passé, en sachant que tu replonges dans plein de sentiments enfouis au plus profond de toi les ressortir là, après tant d'années passées, faut du courage de ressentir à nouveau cette période ! Merci pour ça
Et vivement la prochaine étape !


À vite pour la suite que nos cœurs palpitent, comme-ci nous y étions.



A bientôt Jean Louis


marchepascal

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
2400 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 20 mars à 11:24 Citer     Aller en bas de page

Citation de RiagalenArtem
Raconte moi les coquilles[/b] si tu as le temps.(de mon côté je relis pour voir...)
Amitiés



Ca sonne comme un poème ...euh j'ai Chronos aux trousses mais je m'arrange toujours pr jongler ; -)...t'as corrrigé ou je rêve ? Et promis je relirai...pour voir.

A plus...

[/citation]

J'ai corrigé
ligne 3 Il y avait
ligne 8 un poste de télévision, (virgule à la place du point-virgule) avant l'officier ( pas de majuscule)
ligne 25 deux dimanches (avec s) à la suite....

MERCI

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
2400 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 20 mars à 11:35 Citer     Aller en bas de page

Citation de Marchepascal
Oui voilà, ça nous replonge dans une certaine époque...
Avec les attitudes, et façon de voir la vie !
En plus tu nous dévoiles ton enfance, ce qui t'a marqué.
Très facile à lire, simplement des passages de ta vie, de moments en famille, et bien sûr ta délicate plume qui nous donne envie de connaître la suite...
Ça doit faire drôle de se remémorer le passé, en sachant que tu replonges dans pleins de sentiments enfouis au plus profond de toi les ressortir là, après tant d'années passées, faut du courage de ressentir à nouveau cette période ! Merci pour ça
Et vivement la prochaine étape !
À vite pour la suite que nos cœurs palpites, comme-ci nous y étions.

A bientôt Jean Louis
marchepascal



Bonjour Marchepascal,
Tu ne déroges pas ici non plus à envoyer de beaux et longs commentaires .Je te remercie beaucoup. Je ne fais qu'effleurer l'écume des choses qui se sont déroulées il y bien longtemps bien qu'elles reprennent vie comme si elles venaient d'avoir lieu. C'est étrange mais comme je l'ai dit je ne règle pas de comptes ( et pourtant !) cette détermination me conduit à continuer sereinement sans amertume.
Amitiés

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Correcteur


Il suffit d'oser (In Poésie)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
73 poèmes Liste
906 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 20 mars à 12:31 Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean-Louis


J'ai corrigé
ligne 3 Il y avait
ligne 8 un poste de télévision, (virgule à la place du point-virgule) avant l'officier ( pas de majuscule)
ligne 25 deux dimanches (avec s) à la suite....



Comme il n'y avait pas de demande de correction :
- j'ai fermé les yeux
- je ne peux pas corriger.

Dix ans...? Wouah ! T'as des cheveux blancs ? Et d'abord... il t'en reste ? LOL

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
2400 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 20 mars à 14:02 Citer     Aller en bas de page

Citation de In Poésie

Citation de Jean-Louis


J'ai corrigé
ligne 3 Il y avait
ligne 8 un poste de télévision, (virgule à la place du point-virgule) avant l'officier ( pas de majuscule)
ligne 25 deux dimanches (avec s) à la suite....



Comme il n'y avait pas de demande de correction :
- j'ai fermé les yeux
- je ne peux pas corriger.

Dix ans...? Wouah ! T'as des cheveux blancs ? Et d'abord... il t'en reste ? LOL

Bizzz JB



Je n'ai rien vu d'autres mais c'est vrai on a beau relire.....Quant aux cheveux pas de gros problème, je me soigne.
Je ne sais pas comment faire pour insérer des photos personnelles ou publiques ainsi que de la musique dans les textes. Faut-il un contrat spécial ?
amitiés



  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
Varh
Impossible d'afficher l'image
la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme s
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
461 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 20 mars à 15:42 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Jean-Louis,

Je suis votre enfance avec un plaisir non feint... Votre écriture est un bonheur... et aucune surprise pour vous, si je vous dit que j'attends la suite avec impatience...

Toute ma sincère amitié


v

 
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
2400 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 21 mars à 09:27 Citer     Aller en bas de page

Citation de Varh
Bonsoir Jean-Louis,

Je suis votre enfance avec un plaisir non feint... Votre écriture est un bonheur... et aucune surprise pour vous, si je vous dit que j'attends la suite avec impatience...
Toute ma sincère amitié

v


Bonjour Valérie,
Ces mots me font plaisir....je continue
amitiés

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
226 poèmes Liste
3521 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 21 mars à 12:48 Citer     Aller en bas de page

Je suis en train de réaliser que les choses n'ont pas beaucoup changé, trop de boulot pour certain toujours à la limite du burnout mais personne ne se plaignait - c'était comme çà un point c'est tout les trente glorieuses nous permettaient d'hausser notre niveau de vie

Je te remercie de faire revivre cette époque, évidemment tu n'auras pas de commentaire de la jeunesse... aujourd'hui les 35h à rallonge, le chômage, la précarité tout cela n'est pas mieux

Amitié

Yvon

  YD
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
2400 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 21 mars à 15:28 Citer     Aller en bas de page

Citation de Y.D
Je suis en train de réaliser que les choses n'ont pas beaucoup changé, trop de boulot pour certain toujours à la limite du burnout mais personne ne se plaignait - c'était comme çà un point c'est tout les trente glorieuses nous permettaient d'hausser notre niveau de vie

Je te remercie de faire revivre cette époque, évidemment tu n'auras pas de commentaire de la jeunesse... aujourd'hui les 35h à rallonge, le chômage, la précarité tout cela n'est pas mieux

Amitié

Yvon



Oui, tu as raison; ç'était une autre époque; de fortes revendications syndicales et celles des partis politiques. Le niveau de vie qui augmentait etc...chacun y trouvant l'occasion de progresser dans le bien-être . On pouvait se sentir fier. Aujourd'hui, honte et désespoir de ne pas être dans le bon wagon.

Merci Yvon

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
josette


la vie est une belle rose qui s'épanouit lentement
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
413 poèmes Liste
3414 commentaires
Membre depuis
20 février 2010
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 23 mars à 13:03 Citer     Aller en bas de page

quel régal de découvrir la suite si attendue de ta jeunesse, JEAN-LOUIS! il me tarde de découvrir la suite, mais tu m'as donné envie de publier, dès que je le pourrai, ma propre enfance. j'ai déjà écrit un livre, mais ne l'ai pas publié, car ce serait beaucoup trop long...je suis certainement plus âgée que toi, et avec une maman chanteuse, j'ai beaucoup de choses à évoquer!

à bientôt le bonheur de te lire,

merci pour ce merveilleux et talentueux partage,

délicieuse soirée,

sincères amitiés,

Josette

 
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
2400 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 23 mars à 14:00 Citer     Aller en bas de page

Citation de josette
quel régal de découvrir la suite si attendue de ta jeunesse, JEAN-LOUIS! il me tarde de découvrir la suite, mais tu m'as donné envie de publier, dès que je le pourrai, ma propre enfance. j'ai déjà écrit un livre, mais ne l'ai pas publié, car ce serait beaucoup trop long...je suis certainement plus âgée que toi, et avec une maman chanteuse, j'ai beaucoup de choses à évoquer!

à bientôt le bonheur de te lire,
merci pour ce merveilleux et talentueux partage,

délicieuse soirée,
sincères amitiés,
Josette



Bonsoir Josette
Merci pour ta longue et sympathique réponse. Tu as raison , il faudrait que tu publies quelques bonnes feuilles dans nouvelles littéraires ; Je serai ton premier lecteur. Je t'encourage à le faire; A bientôt. Auparavant mon pseudo était ULM47 ( la date...)

Amitiés sincères

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
Flora Lynn
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
28 commentaires
Membre depuis
10 février
Dernière connexion
28 mars
  Publié: 24 mars à 06:47 Citer     Aller en bas de page

Poème très évocateur.Sous votre plume habile le passé devient plus qu'un souvenir.Il resurgit en force dans toute son authenticité faisant revivre les personnes qui l'habitaient et même entendre certaines paroles prononcées.Il y a aussi une petite touche d'humour que j'apprécie.Continuez ainsi à nous faire voyager dans votre passé.
Amitiés.

  Flora Lynn
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
2400 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
29 mars
  Publié: 24 mars à 10:09 Citer     Aller en bas de page

Citation de Flora Lynn
Poème très évocateur.Sous votre plume habile le passé devient plus qu'un souvenir.Il resurgit en force dans toute son authenticité faisant revivre les personnes qui l'habitaient et même entendre certaines paroles prononcées.Il y a aussi une petite touche d'humour que j'apprécie.Continuez ainsi à nous faire voyager dans votre passé.
Amitiés.



Bonjour,
Que de compliments ! Soyez en remerciée. Je ne regrette qu'une chose, c'est de ne pas avoir tenu un journal, même condensé,dans ces années d'enfance et d'adolescence. Le courrier entre nous et les parents s'est perdu ou a été éliminé. Ne reste que la mémoire.
Amicalement

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
Flora Lynn
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
28 commentaires
Membre depuis
10 février
Dernière connexion
28 mars
  Publié: 24 mars à 11:24 Citer     Aller en bas de page

En réponse je dirais que la mémoire est le plus important.Elle fait le tri et ne conserve que ce qui nous a vraiment marqué.Aussi n'ayez pas de regrets et fier vous à vos archives cérébrales.
Amitiés.

  Flora Lynn
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 182
Réponses: 21
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0945] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.