Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 32
Invisible : 0
Total : 33
· joycebardawil
13027 membres inscrits

Montréal: 23 oct 23:23:05
Paris: 24 oct 05:23:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: La rue meurt et renaît [titre provisoire] Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
650 poèmes Liste
18555 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
14 octobre
  Publié: 30 avr 2017 à 08:13
Modifié:  9 avr à 00:39 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page


Ce ne sont que des rues
Des halls de pas perdus
Des sœurs de reniement
Gorgées de pauvreté
De cette vie qui ment
À tous ces forcenés
Ces prisonniers du temps
Aux œuvres patinées
Devant tous les écrans
Les virtualités
Qui crèvent deux fois l’an
Faute d’utilités

On les croyait d’antan
Fichus de ces regards
Que l’on avait éteints
Pour mieux les oublier

On les croyait enfants
Perdus dans le brouillard
Prêts à mourir de faim
Pour l’émission télé

On les voulait perdants
Prêts à tout sacrifice
Pour la pièce d’argent
Qu’on leur avait filée
Foutus de l’avarice
De fats communicants
Aux verbes aussi creux
Qu’ils sont les méprisants
Papes des boniments
Pour taire les aveux

La rue est un ciment
Logée dans les entrailles
Des généreux sans dents
Cassés par le travail
Écoute-la frémir
Lentement se lever
Ravaler les soupirs
Briser les bras levés
Prête à refaire les rangs
Pour mettre à la colère
Son pire châtiment

Entendez cette mue
Pendant qu’elle tolère
Les mots des parvenus
Ces généraux des larmes
Qui se foutent du sang

On les croyait perdus
Dans l’ombre des paillettes
Sous le bâton rompu
Le joug des baïonnettes

La rue est un roman
Qui sculpte de ses mains
Les jours de son avent
Et sa vie de demain



Tilou


  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Je suis une partie de nous unique et multiple à la fois (chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
299 poèmes Liste
17351 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 30 avr 2017 à 10:58 Citer     Aller en bas de page

Un texte fort que j'ai lu ailleurs et qui me parle de rêv-olution.
Il est bon de savoir que l'espoir vit encore dans les peuples

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
189 poèmes Liste
9963 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 1er mai 2017 à 04:38 Citer     Aller en bas de page

Citation de Tilou8897

...

La rue est un roman
Qui sculpte de ses mains
Les jours de son avent
Et sa vie de demain



Tilou




J'aime beaucoup cette strophe !

Merci à toi

  ISABELLE
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
223 poèmes Liste
14311 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 1er mai 2017 à 11:23 Citer     Aller en bas de page

très plaisante lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
De Margotin


savoir bien faire!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
217 poèmes Liste
2296 commentaires
Membre depuis
4 janvier 2016
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 1er mai 2017 à 13:49 Citer     Aller en bas de page

Très joli!

  “Élève tes mots doux et tendres. Pas la voix! c'est la pluie, qui fait grandir les plantes, pas le tonnerre. ”
Rosanna


L'émotion est la nourriture du poète
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
122 poèmes Liste
625 commentaires
Membre depuis
21 avril 2017
Dernière connexion
2 août
  Publié: 4 mai 2017 à 08:05 Citer     Aller en bas de page

Beau texte, j'ai beaucoup aimé.
Rosanna

  Merci pour votre lecture
THOMAS Cet utilisateur est un membre privilège


Ne crains pas d'être ignoré, mais d'être ignorant.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
154 poèmes Liste
2756 commentaires
Membre depuis
1er juin 2007
Dernière connexion
30 juillet
  Publié: 1er juil 2017 à 01:49 Citer     Aller en bas de page

En vérité, un texte fort à la rythmique effrénée.

 
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1012 poèmes Liste
16308 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 25 sept à 04:15 Citer     Aller en bas de page

Bonjour...

Pour avoir lu des recueils de grands poètes ces derniers mois, je n'aurais pas été choqué d'y trouver un pareil poème tant je ressens un talent dans l'écriture qui te mène très haut et nous mène très haut. Tu démontres une intelligence dans la construction des images qui me laisse pantois, et s'il est vrai que je n'ai pas une idée détaillée de ta plume, une pareille lecture donne envie de creuser le sujet.
Amicalement.
pyc.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 648
Réponses: 7
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]
Poèmes de l'année 2017
Décerné le 9 avril
21e position dans le choix des membres.

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0456] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.