Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 25
Invisible : 0
Total : 26
· Margo1668
12884 membres inscrits

Montréal: 29 mai 23:36:18
Paris: 30 mai 05:36:18
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Convalescence (impressions) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Daniel Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
100 poèmes Liste
326 commentaires
Membre depuis
14 mars 2014
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 18 mai à 17:06
Modifié:  26 mai à 16:12 par Daniel
Citer     Aller en bas de page

Convalescence (impressions)

Ce temps passé à composer les jours éteints…
Je n’ai pas vu fleurir l’avant-dernier printemps.
Aurais-je tari d’éloges ? Me serais-je fourvoyé ?
Mes lombaires se plaignent où mon rein, enlevé,
A laissé vite place à cette douleur étrange,
Et sournoise et moirée, cousine du goût du fer.

J’irais bien me vêtir de nouveaux inconnus,
M’étonner pour toujours de ces choses malingres
Semées devant nos pas pour fleurir comme en vagues.
Encore infirme hier, sur deux jambes je doute,
Je n’envisage en creux qu’une hypothèse floue
Qu'il vaut mieux laisser tue.
Alors je ne dis rien et m’allonge, caché,
Puis revis la morphine partie faire taire le feu
En un air doux, désert, un peu abandonné,
Et puis me ramener tout près de choses calmes.
Tout au creux de la main cette braise incessante,
Berceau tendre et intime qui me redonne à Elle,
Cette aile majuscule toujours si minérale
Qui m'a permis la vie,
Moi qui me précipite seconde après seconde
Vers la liquéfaction.
Je veux rester debout mais déjà tout chancelle,
Suis-je soudain un vieillard quand je me sens seize ans ?
Ai-je peur, ai-je mal ? Je l’ignore et persiste,
Comme un enfant têtu, peut-être malgré moi,
Aspirer à demain pour encore espérer.
Je repense à ces mots qui ont fini brûlés…
La mort est si commune, je m’évade de peu
En une sorte d’exil qui n’aura jamais lieu.




  Critiques négatives absolument reçues, il faut bien se construire.
suri
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
6 poèmes Liste
78 commentaires
Membre depuis
20 avril
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 18 mai à 22:17
Modifié:  18 mai à 22:18 par suri
Citer     Aller en bas de page

Des impressions qui font réfléchir et permettent de bien imaginer la situation.
Et comme le poème se termine sur une note d'espoir, on espère que le corps et l'esprit vont s'en remettre au plus vite.

  Mais ça ne veut rien dire...
Xenia


(cc & ) Je dis « je » en pensant à vous, je dis « nous » en pensant à moi
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
1295 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 19 mai à 01:59 Citer     Aller en bas de page

bonjour
ton poème nous donne à vivre ces moments de sortie de tunnel, quand on se sent encore bien fragile et que l'on accueille avec une crainte émerveillée le retour de l'énergie, enfin, je l'ai compris comme cela
Amicalement

  ( cc& ) Je dis « je » en pensant à vous, je dis « nous » en pensant à moi
Margo1668


savoir bien faire! " Être poète : c'est savoir comment jouer avec les mots ". MVoltaire
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
185 poèmes Liste
1277 commentaires
Membre depuis
4 janvier 2016
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 19 mai à 08:20 Citer     Aller en bas de page

"L'espoir fait vivre"

  “Élève tes mots doux et tendres. Pas la voix! c'est la pluie, qui fait grandir les plantes, pas le tonerre. ”
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
802 poèmes Liste
5084 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
28 mai
  Publié: 20 mai à 08:44 Citer     Aller en bas de page

Tout ce qui se lie à la douleur est ressenti, voyage de l'esprit vers des lieux d'apaisement, via l'espoir ou l'espérance...

Après, il y a le renouveau, un autre soi, qui a pu ou su traverser les plaines et les ravins, les braises et les abysses...

Poème magnifié par les images qui recomposent l'être convalescent...

Amitiés...

Hubix.

 
Daniel Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
100 poèmes Liste
326 commentaires
Membre depuis
14 mars 2014
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 21 mai à 13:50
Modifié:  22 mai à 01:41 par Daniel
Citer     Aller en bas de page

Bonjour à tous les quatre,

Un grand merci pour vos commentaires.

Dan

  Critiques négatives absolument reçues, il faut bien se construire.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 121
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0413] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.