Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 526
Invisible : 0
Total : 528
· monthery
Équipe de gestion
· Maschoune
13143 membres inscrits

Montréal: 30 mars 01:58:01
Paris: 30 mars 07:58:01
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Le brouillard de la guerre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
MonCielEstCrypté


Penser l'impensable, Nommer l'inommable, Contester l'incontestable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
85 poèmes Liste
475 commentaires
Membre depuis
13 mars 2011
Dernière connexion
14 mars
  Publié: 17 juil 2017 à 20:41
Modifié:  17 juil 2017 à 22:30 par MonCielEstCrypté
Citer     Aller en bas de page

Le brouillard de la guerre*

Les années ont passé
et j’ai oublié de t’écrire,
mon histoire d’amour.
Je n’ai jamais su qui tu étais,
mais je m’ennuie de toi.
Ici plus que jamais.

Où me suis-je aventuré?
Sur cet escalier grinçant
escaladé dans la pénombre
Vers l’étage des fous-à-lier,
jusqu’aux cimes de la terreur
Là où les flammes de l’enfer
se font bougies à nos pieds
Nous saluent au garde-à-vous
prêtes à servir, admiratives
Le calcul fait parmi nous
ne peut qu’optimiser les ravages
Si jamais le cœur d’Hélène de Troie
déclenchait quelque Mirvage**
Non, ici la guerre c’est simplement
la politique par d’autres moyens*

Alors j’ai taillé dans l’horreur mon cœur de pierre précieuse
et je l’utilise à bon escient, surveillant le compte à rebours
car, tous les jours, c’est la fin du monde dans nos têtes de pioche…

Et pendant qu’un clair de lune rougeâtre abrille leurs cœurs inconscients,
je m’ennuie d’un fantôme qui disparaît si je m’en approche
C’est un cyclone dans mes neurones, une pensée spécieuse

Comment peut-on décider de tout ça si l’on n’a pas connu l’amour?


-

* - Expressions de Clausewitz, penseur prussien de la guerre. De son ouvrage majeur: «De la guerre».
** - Missile nucléaire à plusieurs têtes. Réellement terrifiant.

  T'es bien jolie, mais est-ce que tu fond sur la langue?
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 404
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0175] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.