Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 212
Invisible : 0
Total : 215
· SHElene · Trident
Équipe de gestion
· Catwoman
13282 membres inscrits

Montréal: 17 jan 14:41:22
Paris: 17 jan 20:41:22
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Quand le petit matin annonce le couchant Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
THOMAS


Ne crains pas d'être ignoré, mais d'être ignorant.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
154 poèmes Liste
2756 commentaires
Membre depuis
1er juin 2007
Dernière connexion
3 août 2019
  Publié: 24 sept 2017 à 05:41
Modifié:  26 sept 2017 à 07:11 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

Pour un meilleur confort de lecture, les "e" muets sont indiqués par une police de taille inférieure  

Quand le petit matin annonce le couchant 


C'est au petit matin qu'un rayon luit dans l'eau
D'une goutte de pluie perlée sur une feuille
Attendant vaillamment qu'un petit soubresaut
Lui fasse faire un saut et que l'herbe l'accueille

C'est au petit matin que la campagne fume
Accrochant le coton de la brume aux clochers
Et que près des fourrés un petit renard hume
La piste d'une proie qui est à sa portée

C'est au petit matin que le chant des grenouilles
S’arrêtait, hier encore, là où elles ne sont plus
Et que chauve-souris aux têtes de gargouilles
S'éteignent dans le noir ; bientôt ne seront plus

C'est au petit matin qu'une espèce s'éteint
Dans un silence aveugle, une inconscience grasse
Chaque jour écoulé un animal geint
Dernier représentant au monde de sa race

C'est au petit matin que l'enfant se réveille
Et contemple ce monde arrivant à sa fin
Ce monde abandonné, vidé de ses merveilles
Au fur et à mesure, annonçant son déclin

C'est au petit matin qu'un rayon luit dans l'eau
D'une larme d'enfant attendant sur le seuil
Attendant tristement qu'un petit soubresaut
Lui fasse faire un saut et que l'amer la cueille



NB : Mondialement les grenouilles et les crapauds sont en passe de disparaître, de même que les chauve-souris dont les cadavres tapissent le sol des grottes aux États-Unis. Sans parler des grands singes et des autres...
Je vous recommande vivement le livre qui m'a profondément marqué et inspiré cet écrit : La 6e extinction, d'Elizabeth Kolbert qui est une enquête journalistique sur le terrain.


 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
159 poèmes Liste
3610 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
5 décembre 2020
  Publié: 24 sept 2017 à 06:06 Citer     Aller en bas de page

Salut Thomas,
J'ai été sensible à ton poème, bien écrit d'ailleurs, avec une certaine "douceur" voulue j'imagine, vu l'impact du sujet qui est alarmant sur ces espèces toutes précieuses, nécessaires à l'écosystème...je n'ai pas lu ce livre ms d'autres parce que l'enjeu est primorial : le Monde, la Vie ...la Beauté.

Amitiés !
Riagal...


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
535 poèmes Liste
24035 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
17 janvier
  Publié: 24 sept 2017 à 07:36 Citer     Aller en bas de page

Le poème est si beau, si touchant que je vais aller chez le libraire pour " rencontrer " Elizabeth Kolbert. Son livre devrait me passionner et me faire connaître bien des sujets qui me font me révolter.
Je milite pour tant d'espèces en voie de disparition, par la faute de l'homme.
Merci THOMAS
ODE 31 - 17

  OM
ladysatin


Ma plume est une brodeuse de mots .
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
219 poèmes Liste
4181 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
17 janvier
  Publié: 24 sept 2017 à 10:39 Citer     Aller en bas de page

Joliment beau

Lady

  Septembre ronronne aux couleurs de Charlie
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
325 poèmes Liste
5871 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
12 janvier
  Publié: 25 sept 2017 à 12:17 Citer     Aller en bas de page

Merci pour ce poème, il y a quelques années un crapaud le soir s'abritait derrière mon volet, cette année il a disparu, comme les guêpes et abeilles, cette année je ne sais pas où elles sont passées?

Amitiés

Yvon

  YD
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
240 poèmes Liste
5840 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
17 janvier
  Publié: 26 sept 2017 à 02:49 Citer     Aller en bas de page

Ton poème me rend malade... pas pour lui-même, il est si bien écrit, mais par ce qu'il montre : la bêtise incommensurable de l'homme. Nous vivons dans un paradis, peut-être unique dans l'Univers et la soif d'argent, de pouvoir, vont le détruire.

Les récentes évolutions qui concentrent les regards sur deux tarés qui veulent se bombarder ne sont pas de nature à me rassurer. Quand des êtres aussi primitifs en sont à mesurer celui qui a la plus grosse alors qu'une extinction d'espèces jamais vécue se déroule... pouah ! quel malheur !

Vivement que l'homme se détruise et que la nature évolue enfin seule.

Autre livre : L'Humanité disparaîtra, bon débarras ! de Yves Paccalet, en pdf sur le Net.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
1121 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
5 janvier
  Publié: 26 sept 2017 à 05:48 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Thomas,

Un poème qui en dit long sur la nature enfouie de l'homme prédateur, de l'homme destructeur, de l'homme mercantile.
Les soubresauts des éléments, leurs déchaînements ne sont que les prémices annonciatrices de déferlements plus terribles encore si l'homme ne change pas dans ses comportements.
Hélas ! le prix à payer est toujours dirigé contre les plus démunis et c'est de l'horreur (où une certaine race d'hommes, dénuée de tous sentiments, se complet: mais peut-on les appeler "Hommes" ?) que naîtra la solidarité mondiale.
Chaque parcelle de lumière cachée (même dans les cœurs les plus sombres) un jour éclatera dans la multitude étoilée de l'Amour triomphant.

Merci Thomas pour ce poème.
Amitiés.
JMJ




 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
293 poèmes Liste
18706 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
17 janvier
  Publié: 27 sept 2017 à 07:54 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup aimé le rythme et le sujet dont je suis sensible m'étant intéressée dans ma jeunesse estudiantine à l'éthologie animale

Un site que j'ai découvert récemment dans le cadre de mon travail et qui traite de l'intelligence animale : https://lanimaletlhomme.com/

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
THOMAS


Ne crains pas d'être ignoré, mais d'être ignorant.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
154 poèmes Liste
2756 commentaires
Membre depuis
1er juin 2007
Dernière connexion
3 août 2019
  Publié: 5 oct 2017 à 04:33 Citer     Aller en bas de page

Merci à tous pour vos commentaires.
Je suis content qu'il suscite des réactions. Malheureusement notre indignation et notre bonne volonté ne seront pas suffisantes en matière d'environnement.
D'ailleurs nous parlons d'environnement comme quelque chose d'extérieur à nous. Peut être faut-il que nous ayons une conscience plus aiguë de notre place au sein de tout cela. Tant au niveau de nos responsabilités que comme faisant intégralement parti de l'écosystème dont nous cherchons à nous distinguer. Nous nous écartons des principes naturels et pensons tout régler avec la technologie, mais je pense que tout cela nous rattrapera, sans nul doute.
Nous sommes, et cette vision peut choquer, le plus gros nuisible sur terre. Nous n'avons eu de cesse, et ce depuis notre apparition bien avant l'ère industriel, de détruire les espèces en modifiant l'espace autour de nous de façon exponentielle, tout en envahissant la majeure partie des niches écologiques, cherchant à nous approprier (quitte à nous entre-tuer) tous les territoires.

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
166 poèmes Liste
4883 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
17 janvier
  Publié: 9 oct 2017 à 13:26 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Thomas,
Votre poème est magnifique et si triste à la fois mais le poète fourbit ainsi ses armes pour chanter la beauté de ce monde fragile et dénoncer tous les profiteurs et les indifférents qui nous gouvernent. Merci Thomas.
Amicalement
jlouis

  Poésie, la vie entière
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1822
Réponses: 9
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

(Autres)
Auteur :
Comptine à l'oiseau (Autres)
Auteur : Jean-Louis
Bob le bricoleur (Loufoques)
Auteur : Adamantine
Mon ciel n'est pas si haut (Poèmes par thèmes)
Auteur : Y.D
Dans mon jardin secret (Autres)
Auteur : Rousselaure
La gomme (Autres)
Auteur : PA...
Le tour du cadran. (Autres)
Auteur : PapillonMystere
Une femme peint. (Autres)
Auteur : K.O
Crochetage (Autres)
Auteur : Adamantine
Souviens-toi! (Autres)
Auteur : josette
(Autres)
Auteur :
La Pie et le Corbeau (fable) (Autres)
Auteur : josette
Le chemin des saisons (Autres)
Auteur : Maman Luciole
(Collectifs)
Auteur :
Merci à vous amis d'ici (Amitié)
Auteur : Maman Luciole

 

 
Cette page a été générée en [0,0358] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.