Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 474
Invisible : 0
Total : 475
· samamuse
13162 membres inscrits

Montréal: 29 févr 07:48:58
Paris: 29 févr 13:48:58
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Il y a longtemps que je me souviens de toi Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
MonCielEstCrypté


Penser l'impensable, Nommer l'inommable, Contester l'incontestable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
85 poèmes Liste
475 commentaires
Membre depuis
13 mars 2011
Dernière connexion
20 février
  Publié: 24 sept 2017 à 20:47 Citer     Aller en bas de page

Je n’ai plus qu’à rêver maintenant
Dans ce temple sous la pluie
Qu'on a bâti
de nos mains
transparentes

Je n’ai plus qu’à rêver
d’être endormi en toi
Allégé
apesanté
évaporé

Je suis la poussière qui recouvre
le bureau de tes fantaisies
Étendu de tout mon long sur cette surface usée
qui les a vu naître, et grandir
et se sublimer
dans tes petits yeux noirs

Je suis la vapeur tiède
qui épouse les courbes de ton corps
et se dépose sur le miroir de ta salle de bain
Avant que tu viennes y dessiner tes petits symboles
du bout des doigts

Blotti dans ce brouillard
parmi les particules
comme une statue dans son bloc de marbre.
Dans notre temple sous la pluie,
je n’ai plus qu’à rêver maintenant.

  T'es bien jolie, mais est-ce que tu fond sur la langue?
K.O

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
35 poèmes Liste
346 commentaires
Membre depuis
20 décembre 2016
Dernière connexion
22 septembre 2019
  Publié: 25 sept 2017 à 07:39 Citer     Aller en bas de page

j'aime beaucoup

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
211 poèmes Liste
11870 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
29 février
  Publié: 26 sept 2017 à 09:55 Citer     Aller en bas de page

Pareil pour moi : j'aime beaucoup

De jolies choses à lire ... Merci à toi

  ISABELLE
De Margotin


savoir bien faire! Sans le poète la plume n'a aucun sens. Sans critique le poète ne vit pas.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
2430 commentaires
Membre depuis
4 janvier 2016
Dernière connexion
25 février
  Publié: 28 sept 2017 à 04:01 Citer     Aller en bas de page

j'aime beaucoup

  “Élève tes mots doux et tendres. Pas la voix! c'est la pluie, qui fait grandir les plantes, pas le tonnerre. ”
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
147 poèmes Liste
3361 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
12 décembre 2019
  Publié: 1er oct 2017 à 16:47 Citer     Aller en bas de page

De belles formules ici...un particulier pour le début :
"Je n’ai plus qu’à rêver maintenant
Dans ce temple sous la pluie
Qu'on a bâti
de nos mains
transparentes"
et le final :

."Blotti dans ce brouillard
parmi les particules
comme une statue dans son bloc de marbre.
Dans notre temple sous la pluie,
je n’ai plus qu’à rêver maintenant."
Amitiés....
Riaga.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 649
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0436] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.