Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 45
Invisible : 0
Total : 48
· Lapoètesse · glycine · Williams Student
13028 membres inscrits

Montréal: 17 déc 14:38:18
Paris: 17 déc 20:38:18
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Eternel Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
FREDER


Essayons d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
218 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2015
Dernière connexion
14 octobre
  Publié: 28 nov 2017 à 11:51
Modifié:  5 déc 2017 à 07:05 par FREDER
Citer     Aller en bas de page

Si les années défilent à un rythme effréné,
Si les anges dociles à la parure ailée
Couvrent de cils humides leurs regards funestes.
Qu'avons-nous pour subsides? Qu'est-ce qu'il nous reste?

Il nous reste du temps et il nous reste Dieu
Pour dernier sacrement, pour rejoindre les cieux.
L'écrivain à sa plume publie des romans.
L'homme, sur son enclume, plie le fer brûlant.

La femme en accouchant construit son héritage
et par le lien du sang traversera les âges.
On veut être certains, après notre départ,
De laisser en chemin un peu de notre histoire.

On veut qu'on se souvienne, qu'on garde à l'esprit
L'imagerie ancienne des photos jaunies.
Mozart a composé des notes et des accords
Et ce qu'il a laissé au-delà de sa mort

Dépasse de bien loin l'infinité du temps.
Lorsqu'au petit matin, le sentier cheminant
Me mène à la forêt, je m'arrête un instant.
Je regarde les traits du soleil apparent.

De la contemplation de la nature belle,
J'ai alors l'impression, dans la beauté du ciel,
Que le temps prend la pause, qu'il est aboli,
Qu'ici bas, toute chose côtoie l'infini.

L'universalité des sens appartenant
à la terre habitée donne le sentiment
de l'amour infini. L'éternité, alors,
Habite notre esprit au-delà de la mort.

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
225 poèmes Liste
14584 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
17 décembre
  Publié: 29 nov 2017 à 10:13 Citer     Aller en bas de page

savoir perdurer
c'est un art
amicalement

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
FREDER


Essayons d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
218 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2015
Dernière connexion
14 octobre
  Publié: 30 nov 2017 à 04:23
Modifié:  30 nov 2017 à 07:36 par FREDER
Citer     Aller en bas de page

Merci mido ben pour ce message.

Ce poème traite de l'éternité à travers la transcendance, la descendance.

L'admiration que l'on porte à un être suprême (Mozart), supérieur et extérieur au commun des mortels implique un rapport au sacré, au divin, entendus au sens large et nous fait entrer dans une sphère qui échappe à la mort, à l'éphémère.

Nous n'admirons que ce qui nous dépasse (l'art, la nature, le génie) et cela nous pousse vers une sortie de soi, de la réalité.

Amitiés.


 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 363
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0210] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.