Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 24
Invisible : 0
Total : 25
Équipe de gestion
· Maschoune
13206 membres inscrits

Montréal: 20 sept 02:02:09
Paris: 20 sept 08:02:09
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Juke-box Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 20 déc 2017 à 15:16 Citer     Aller en bas de page

J’ai tiré tout ce que j’avais à tirer de cette chanson
J’ai avalé sa pulpe
Sucé son jus
Recraché les pépins
et le juke boxe m’a foutu une claque dans la gueule,

Une fois sur le trottoir
Sous un porche de la rue des calembours
j’ai vu un fakir qui mendiait en jouant du hautbois.
Un Jésus qui lui montrait la paume de ses mains
en lui gueulant des quolibets en latin
a sauté dans un taxi
conduit par « haut-comme-trois pommes »
le fils de moins que rien,

devant le magasin de conséquences
les deux infirmiers avaient bourré des bananes dans leur camisole
pensant capturer le singe fou
qui leur avait payé l’ambulance,

C’était une société de con et de somation,
Me suis-je offert comme pensée
dédicacé par les songes,

J’ai ensuite remonté la rue
Qui descendait à ma rencontre
En posant des questions à chaque lampadaire
D’où je surgissais
Chassé par d’infâmes ombres
Qui me suivait de près,
Comme le font les pioches avec leur manche

C’est alors que je me suis rendu compte
Que j’avais oublié mon épluche légume
Entre les cuisses de ma juge d’application des peines
J’étais bon pour revenir en arrière
Au milieu des feuilles d’artichaut
De son cœur d’apprenti en parenthèse

Deux cents alouettes au moins
Ont claqué leur bec
Sur mon casque lourd
A moins que ce ne soit la pluie
Qui tombait amoureuse du tonnerre,
L’ennemi avait mouillé une poule
Et se prenait pour elle
Ce qui me laissait le chargeur désœuvré
Alors je l’ai vendu à une roulette
Qui l’a donné à un Russe

Une androïde avec des portes jarretelles en titane
Dansait sur une gouttière
Avec la lune dans son sac à dos,

Il y avait la nuit
Et un peu plus loin
L’aube en chemin
Venait à brule pourpoint
Car tout vient à point
A qui sait m’attendre….

J’ai trouvé une autre chanson à aimer
Et dans la fente ma pièce j’ai glissé….

 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
420 poèmes Liste
13421 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 20 déc 2017 à 16:01 Citer     Aller en bas de page

J'ai beaucoup aimé.
Un texte brut, peinture du quotidien.

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
4529 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 21 déc 2017 à 04:03 Citer     Aller en bas de page

C'est quoi la substance que tu utilises avant l'écriture ?

C'est entre le cadavre exquis, le surréalisme ou la dérive des sentiments.

Mais je lis bien de la poésie.

Et belle de surcroît. Merci.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 21 déc 2017 à 11:17 Citer     Aller en bas de page

C'est ma passion des poèmes !!!

 
SienKieWicz
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
2538 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
17 septembre
  Publié: 16 mars 2018 à 15:19 Citer     Aller en bas de page

Je vous découvre et c'est exquis comme un cadavre!

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 19 mars 2018 à 16:36 Citer     Aller en bas de page

Citation de SienKieWicz
Je vous découvre et c'est exquis comme un cadavre!



Du Cadavre à l'eau de vie !

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 346
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0249] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.