Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 321
Invisible : 0
Total : 326
· froggy33 · valise · Lykan · Cidnos · ODIN
12993 membres inscrits

Montréal: 22 juil 18:09:01
Paris: 23 juil 00:09:01
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Mon personnage Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
LA REINE DES GLACES


Pars avant l'aube.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
77 poèmes Liste
379 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2011
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 3 jan à 15:10
Modifié:  4 jan à 07:35 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Mon personnage

J’écris des histoires,
Comme du coton sur des plaies,
doux mais imbibé d’alcool,
“ça risque de piquer un peu”...


Toi mon personnage principal,
Tu roules sur mes pages,
plus je les tourne vite,
plus tu fais la grimace...
J’écris ton histoire,
Toi que je vois dans la glace...
Mais qui es-tu toi qui me regardes?
Je ne sais même plus à qui tu ressembles...
un jour noir,
le lendemain blanche,
tu rayes des pages en colère,
puis tu fouilles ta poubelle à la recherche du passé,
Je t’écris sur toutes mes pages,
depuis le début, je t’aime et te déteste,
tu traînes dans cette vie,
sur ton dos, lourd un baluchon d’amours
que tu as piochées un peu partout
dans chaque pays,
pour remplir ce coeur fossé,
je t’ai vue hier quand tu courais dans les prés en te fuyant toi-même,
je t’ai vue remplir des pages, effrénée
de peur que les mots s’envolent,
ces mots qui t’obsèdent
et luisent dans tes yeux
quand tu les retiens,
je t’ai vue les regarder en te demandant s’ils t’aiment,
où s’ils restent parce qu’ils n’ont pas trouvé mieux à faire,
je t’ai vue regarder en toi et souffrir à en recracher,
un vide assourdissant,
j’ai entendu tes larmes qui ruisselaient,
comme un fleuve intérieur,
j’ai voulu te connaitre,
alors je t’ai regardée la nuit, dormir,
ou faire semblant,
en refaisant le monde,
et en souriant,
devant le visage,
d’un amour que tu aurais pu créer,
je t’ai vue gommer des nuages sur leurs visages,
tandis que le tien était couvert de mille et un masques,
j’ai entrevu ta peine orageuse masquée sous un parapluie de sourires...
Je t’ai vue aussi seule,
faire tomber des murs,
armée d'un stylo,
je t’ai vue forte quand tu les faisais rire,
je t’ai vue te faire petite pour les laisser grandir,
je t’ai vue t’oublier pour qu’ils se rappellent de toi,
et je t’ai vue prier, c’était la plus belle facette de toi,
Je t’ai vue couvrir d’un voile ton cœur autel,
Je t’ai vue les fuir, ils te traitent de hautaine,
j’ai vu ton désir d’être seule quand les étoiles chuchotent,
je t’ai vue chantonner faisant fi des notes,
je t’ai vue la nuit cherchant à t’éclairer,
Je t’ai vue les regarder partir, tu l’avais flairé
Je t’ai vue allumant des lampes de toutes les couleurs
pour les enfants qui ne sont pas encore nés,
pour ceux qui renaissent sous les décombres des hommes,
je t’ai vue penser en faire des tonnes,
dans le temple des hommes,
Marie au pays des loups,
je t’ai vue croire en toi,
t'esclaffer d’un coup,
relever tes petits bras,
pour porter la vie.
Et à toutes les saisons,
une rose enrhumée,
faible et forte,
des pétales abimés,
qui s’y frotte s’y pique,
Un instant... magique :
Ce matin, pour une fois,
J’ai soutenu ton regard.
Face au miroir.

Je ne suis pas ce visage,
Je ne suis pas ce corps,
Je suis les mots que j’ai trop dits
et que vous avez cessé d’entendre
Je suis mes mots que je retiens
ils luisent dans mon regard.


et à trop faire mentir mes mots
mes maux se sont mit à fermenter


R.D.G









  j'écris donc je suis.
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
203 poèmes Liste
6495 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
22 juillet
  Publié: 4 jan à 00:03 Citer     Aller en bas de page

bonjour reflet adorée...RDG...air des jets.
je te souhaite une dite bonne année.
aimerais-tu avec moi échanger des mots ?
j'ai aimé...
Je ne suis pas ce visage, (mais son apparence)
Je ne suis pas ce corps, (suis-je tes préférences ?)
Je suis les mots que j’ai trop dits (avec constances)
et que vous avez cessé d’entendre (par trop d'insistances)
Je suis mes mots que je retiens (sans donc de reconnaissances)
ils luisent dans mon regard. (en ressens-tu leurs présences ?)

et à trop faire mentir mes mots (peut-être par complaisance)
mes maux se sont mit à fermenter (aurais-je fais en toi une naissance ?)

tu apprendras à me sonder, à entrevoir mes décalages, et à me critiquer.
je te ferais des commentaires personnalisés
j'ose espérer que par franchises tu me diras si tu les as appréciés.
en attendant... voici quelques bises pour te réchauffer. SAM

 
LA REINE DES GLACES


Pars avant l'aube.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
77 poèmes Liste
379 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2011
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 4 jan à 08:30 Citer     Aller en bas de page

Citation de samamuse
bonjour reflet adorée...RDG...air des jets.
je te souhaite une dite bonne année.
aimerais-tu avec moi échanger des mots ?
j'ai aimé...
Je ne suis pas ce visage, (mais son apparence)
Je ne suis pas ce corps, (suis-je tes préférences ?)
Je suis les mots que j’ai trop dits (avec constances)
et que vous avez cessé d’entendre (par trop d'insistances)
Je suis mes mots que je retiens (sans donc de reconnaissances)
ils luisent dans mon regard. (en ressens-tu leurs présences ?)

et à trop faire mentir mes mots (peut-être par complaisance)
mes maux se sont mit à fermenter (aurais-je fais en toi une naissance ?)

tu apprendras à me sonder, à entrevoir mes décalages, et à me critiquer.
je te ferais des commentaires personnalisés
j'ose espérer que par franchises tu me diras si tu les as appréciés.
en attendant... voici quelques bises pour te réchauffer. SAM



Tes réponses complètent mon texte, ça a l'air d'un dialogue interessant que tu me proposes ici...
Toujours des commentaires joliement ficelés.. Merci...

  j'écris donc je suis.
LA REINE DES GLACES


Pars avant l'aube.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
77 poèmes Liste
379 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2011
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 4 jan à 08:31 Citer     Aller en bas de page

Citation de Alice K'roll Grace

Quand les mots fermentent, ils donnent un alcool qui permet de stériliser les plaies.



C'est pour ça que je commençais le poème avec ce prélude...bien vu
Merci à toi..

R.D.G

  j'écris donc je suis.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 182
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0235] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.