Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 315
Invisible : 0
Total : 315
13044 membres inscrits

Montréal: 21 avr 19:07:21
Paris: 22 avr 01:07:21
::S�lection du th�me::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Monde trop superficiel Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
lilipoete95


On ne récolte que ce que l'on sème
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
85 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2017
Dernière connexion
23 février
  Publié: 12 jan à 14:42
Modifié:  12 jan à 18:20 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Ce midi, en attendant d’acheter mon manger j’ai ouvert les yeux.
Je ne voyais plus ni la nourriture ni les gens ni les vendeuses.
Je ne voyais plus qu’un monstre noir qui nous savourait
Non pas qu’il soit là physiquement ni que j’hallucinais.

J’ai juste réalisé que notre monde est si superficiel et artificiel
A ce point que nous ne voyons plus que ce qui est vide.
Bien que soit derrière lui, ce qui est pourtant le plus important :
Le monde dans lequel nous devrions tous être contents.

Pourtant, ce n’est pas faute de sans cesse payer
Que ce soit pour boire ou bien pour manger.
Nous sommes habitués à réclamer tant d’autres inutiles
Alors que seuls sont nécessaires ces deux-ci.

Pour tous les autres, bien des solutions existent
Mais on est trompé par ceux qui en profitent.
Ils s’amusent à créer des besoins si inutiles
Que ceux-ci finissent par ne plus devenir futiles.

Alors quel est ce monde pour lequel nous devons payer ?
Ou bien qui laisse mourir tant de gens dans la pauvreté ?
Nous feignons de ne pas les voir, de les assimiler à des objets
Et pourtant, cette réalité peut tellement nous arriver.

Seulement, ce monde nous fait nous rendre égoïste.
J’en ai honte mais je suis la première à le dire,
Je fais tout pour tourner le regard pour les ignorer.
Parce que je me sens si mal de ne pas les aider !

Nous sommes pris dans une tourmente de consommation
Alors que nous devrions trouver des solutions !
Afin que chacun d’entre nous puisse boire et manger !
Afin que chacun puisse retrouver un monde vrai !

Mais nous ne pensons qu’à notre chacun pour soi,
Bien que nous ne devrions plus mourir de faim ni de froid.
Je me permets de citer Coluche qui ne pensait pas
Que cette situation pourrait perdurer autant que cela.

Il avait pourtant tellement raison que nous la chantonnons
Mais parmi ceux qui apprécient et chantent cette chanson
Combien agissent réellement pour arrêter cette situation ?
Si le voulions vraiment, on aurait déjà plusieurs solutions.

  Lilipoète
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
149 poèmes Liste
2268 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 12 jan à 18:22 Citer     Aller en bas de page

Une solution ? Consommer local et durable. Ça créera vite des emplois ici. Ton plus grand pouvoir, le plus puissant, de changer les choses est dans ton porte-monnaie.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
217 poèmes Liste
13612 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 13 jan à 10:57 Citer     Aller en bas de page

notre societe consomme
et juge tout avec les yeux
malheureusement

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
lilipoete95


On ne récolte que ce que l'on sème
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
85 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2017
Dernière connexion
23 février
  Publié: 15 jan à 04:41 Citer     Aller en bas de page

C'est ce qui est malheureux et on est tous sans cercle vicieux

  Lilipoète
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 190
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0527] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.