Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 37
Invisible : 1
Total : 39
· Aude Doiderose
13209 membres inscrits

Montréal: 21 sept 11:51:39
Paris: 21 sept 17:51:39
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Concours Nov/Déc 2009 - "C'est mon quartier et je l'aime" :: Journal intime : Je rentre à la maison... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Rêveuse de Bulle


Enfant des nuits noires.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
1617 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2006
Dernière connexion
12 novembre 2012
  Publié: 6 nov 2009 à 06:27
Modifié:  6 nov 2009 à 10:54 par weendy95
Citer     Aller en bas de page

Je me souviens…
De cette ancienne école primaire un peu vieillie
Au petit préau des jours de pluie

Je me souviens…
De ces amitiés ennemies qui s’étaient créées
Pour une année d’avance qui m’était donnée

Je me souviens…
De cette pluie automnale qui me battait les tempes
Et du mistral fatal qui éteignait les lampes

Je me souviens…
De la haine que j’éprouvais à ton encontre
Je me suis enfuie du jour de notre rencontre

Et c’est ainsi…
Que l’école de la Renaissance s’est transformée
En architecture moderne des temps passés

Et c’est ainsi…
Que mes querelles quelques peu enfantines
Se sont transformées en pardon d’estudiantine

Et c’est ainsi…
Que du ciel est apparue la sécheresse
Même si le vent décoiffe encore les abbesses

Et c’est ainsi…
Que l’enfant prodigue est rentrée au bercail
Pour soigner ses blessures et panser ses écailles

Tu es la ville de mon enfance. Tu m’as bercée de tes images portuaires. Chaque semaine, il me fallait aller à ton phare avec mes (grands) parents. Je t’aimais, car tu m’avais vue naître. Et que le monde qui m’entourait était merveilleux.
Puis j’ai grandi, et appris que les autres enfants pouvaient être cruels. J’étais une pipelette de pitchoune, je me suis transformée en silence. De la joie, je suis passée aux larmes. Des émotions est venue la négation.
Je t’ai haïe, comme j’ai haï mon entourage. Ma rage n’avait aucune limite si ce n’est que celle d’être une humaine. Alors dès que j’en ai eu l’occasion je me suis enfuie.
J’avais commencé à changer de prénom, je suis devenue Yaël.
Et je me suis rendue compte que même hors des langues de peilles, hors des natifs dont le nom est une insulte. J’avais toujours mal et je refaisais les mêmes conneries.
Alors je reviens… Il m’a fallu trois ans pour revenir.
Et finalement, je suis heureuse d’être rentrée au bercail. J’ai revu ceux qui me faisaient du mal, ils ont oublié la petite fille timide ou ne m’ont peut-être pas reconnue. Ils m’ont vue telle que je suis, une fille de leur âge, ni plus, ni moins. Mon école est devenue architecture et grandeur. Je me suis même souvenue que tout n’était pas noir, j’avais quand même des amis. Même le temps a changé, il fait un sublime soleil. Seul le vent est resté. Il faut dire que tous les vents traversent cette ville.
J’ai repris mon ancien prénom, mais je garde Yaël.
Tout ça pour te dire que ça fait du bien d’être rentrée à la maison.

  Ne contemple pas le sac pesant sur tes épaules, et fonce vers le chemin qu'il te reste à parcourir...
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 6 nov 2009 à 07:35 Citer     Aller en bas de page

Une évocation vraiment très originale de ce lieu qui t'a marquée profondément. Tu fais passer cette violence mais aussi, au fond, l'amour. On n'est pas loin de Marseille! Tes mots secouent comme le mistral! Merci , j'ai beaucoup aimé.

Amicalement
Martine

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15481 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 6 nov 2009 à 08:11 Citer     Aller en bas de page

Le portrait d'un lieu brodé d'émotions....beau texte...Alex merci gentille Yael...

 
Lunabelle


Quand la nuit habite ton cœur, tu poursuis son ombre ... clovis 67
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
149 poèmes Liste
2298 commentaires
Membre depuis
5 septembre 2008
Dernière connexion
26 septembre 2018
  Publié: 6 nov 2009 à 08:17 Citer     Aller en bas de page

Un paysage, un passage, une vie, une page... le tout chargé d'une riche, d'une lourde émotion....

merci pour le partage...

Tendrement

Luna

 
Rêveuse de Bulle


Enfant des nuits noires.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
1617 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2006
Dernière connexion
12 novembre 2012
  Publié: 6 nov 2009 à 08:33 Citer     Aller en bas de page

Grand merci à tous ^^

ARABESQUES : En effet, il s'agit d'un lieu cher à ma mémoire. Nous sommes dans le sud, ce n'est pas Marseille mais cela y ressemble ^^.

Alphonse BLAISE : C'est à moi de te remercier ^^ Ce lieu est cousu d'émotions...

Lunabelle : Une page de vie, certes. Mais recto/verso alors

Encore merci pour vos commentaires, il me vont droit au coeur.


Yaël

  Ne contemple pas le sac pesant sur tes épaules, et fonce vers le chemin qu'il te reste à parcourir...
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3849 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
28 avril 2018
  Publié: 6 nov 2009 à 08:54 Citer     Aller en bas de page

un beau retour au pays. plein d'émotions. une lecture agréable.

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
Lux


dites non au patron, mais oui à la voisine.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
217 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2008
Dernière connexion
8 juillet
  Publié: 6 nov 2009 à 10:57 Citer     Aller en bas de page

belle façon de raconter...

 
Rêveuse de Bulle


Enfant des nuits noires.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
1617 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2006
Dernière connexion
12 novembre 2012
  Publié: 6 nov 2009 à 11:30 Citer     Aller en bas de page

Samira de Maintenon : Maturité... Ton commentaire me va droit au coeur.

Eylork : J'y étais déjà revenue auparavant. Mais cette fois-ci je peux dire que la page est tournée.

Vénusia : C'est gentil de me souhaiter la bienvenue...

Lux : Merci du compliment ^^

Grand merci à tous, merci beaucoup.

Yaël

  Ne contemple pas le sac pesant sur tes épaules, et fonce vers le chemin qu'il te reste à parcourir...
Naig


On est tous égaux devant la douleur..
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
2561 commentaires
Membre depuis
23 août 2006
Dernière connexion
28 mars 2013
  Publié: 7 nov 2009 à 05:56 Citer     Aller en bas de page

J'aime ton poème ce sont des beaux souvenirs et de belles images..

Amitiés.

  En route vers Miaou Land... le courage c'est savoir dire stop a certains moments de sa vie... la lacheté ce n'est pas renoncer, simplement laisser faire. une prise de décision est toujours une forme de courage...
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
327 poèmes Liste
7260 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
17 septembre
  Publié: 7 nov 2009 à 16:38 Citer     Aller en bas de page


Une tranche de vie comme beaucoup d'entre nous en ont connu.
Rancœur, nostalgie, doux moment de l'enfance, un beau panel pour un beau texte
Bises
Thierry


 
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1015 poèmes Liste
16386 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
21 août
  Publié: 10 nov 2009 à 00:40 Citer     Aller en bas de page

J'ai beaucoup aimé cette évocation du lieu où tu as vécue petite, et où tu es retournée maintenant...Les peines et les joies se mêlent, mais c'est la joie qui vient clore ce journal, et quelque part,ça fait du bien !
C'est vraiment superbe ce que tu as écrit !
je t'adresse mes sincères amitiés.
pyc.

 
Rêveuse de Bulle


Enfant des nuits noires.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
1617 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2006
Dernière connexion
12 novembre 2012
  Publié: 14 nov 2009 à 07:55 Citer     Aller en bas de page

Angitia : Merci ^^

Thierry : Une palette d'émotions diverses et variées que j'ai voulu vous offrir sans nulle fioriture ^^ Merci

pyc : J'ai gardé beaucoup de rancœur à propos de ce lieu... Mais je me rends compte que cette rancune ne servait à rien... Et que j'y ai quand même passé de belles années ^^
Merci ^^


Yaël

  Ne contemple pas le sac pesant sur tes épaules, et fonce vers le chemin qu'il te reste à parcourir...
Rêveuse de Bulle


Enfant des nuits noires.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
1617 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2006
Dernière connexion
12 novembre 2012
  Publié: 16 nov 2009 à 04:13 Citer     Aller en bas de page

Merci à toi, pour ce gentil commentaire ^^
Fais attention à trop boire de poèmes on finit par avoir une gueule de plume


Yaël

  Ne contemple pas le sac pesant sur tes épaules, et fonce vers le chemin qu'il te reste à parcourir...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1714
Réponses: 12
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0349] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.