Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 317
Invisible : 0
Total : 317
12981 membres inscrits

Montréal: 20 févr 22:05:32
Paris: 21 févr 04:05:32
::S�lection du th�me::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Nidja (Élégie des amours platoniques) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
175 poèmes Liste
5963 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
12 février
  Publié: 12 févr à 16:15
Modifié:  12 févr à 17:27 par Emme
Citer     Aller en bas de page

NIDJA (ÉLÉGIE DES AMOURS PLATONIQUES)


"Fais-moi pleurer Oh Nidja ! "- Fally Ipupa


De toutes les merveilles
Tu es la seule dont je m'émerveille
Aime-moi telle une citadelle
Comme une vue de la plus haute tour
Sur le plus long fleuve
Une étendue incommensurable de possibilités
Tu resplendis Nidja
Le soleil se lève-t-il deux fois le matin dans ta ville ?
Des vagues des remous d'hier
Tu as ôté le sel
Tu es de celles qui savent tirer le miel
Des piqûres d'autrefois
Non ! Toi tu n’as pas eu besoin
De faire sortir un lapin d’un chapeau
Pour être magicienne
Tu as plus d’une corde à ton arc
De tes hanches ou tes poignets
On ne sait qui sont plus souples
Femme je voudrais aussi découvrir toutes les faces
Du cube de ta personnalité
Tes sommets tes segments Tes angles droits
Comme tes formes irrégulières
Nidja dans mes jours de doute
Comme une route sûre dans la profondeur des forêts
L'homme a inventé bateaux pour marcher sur l'eau
Avions pour voler dans les airs
Gratte-ciel pour tutoyer les cieux
Mais c'est une femme qui a fait cet homme
Une femme comme toi
Mère aimante Amante aimée
Et aimant à merveille
Combien de fois dans le lit de mes rêves
N’ai-je attendu que tu te réveilles ?
Aime-moi comme un débarcadère
Comme on laisse tout derrière pour mieux avancer
Je voudrais tant que tu voies
L'homme que je suis devenu
J'ai hâte de te montrer
Celui que tu n'as jamais connu
T’emmener dans des endroits
Que tu as toujours voulu visiter
L'Italie par exemple
Pour nous ce ne sera plus Capri c'est fini
Ce sera plutôt Florence ça commence !
La nuit est noire en diables
Nidja Il se fait déjà tard
Et tu n'es pas encore rentrée.
Quel loup as-tu donc aguiché
Quel fauve as-tu lors affolé
Je sais bien ton goût du risque
Ma belle sous d’autres bois dormante
Tranchante et alléchante
Quelle fantaisie t'éloigne de moi ?
Tu es difficile à modeler
Tu es un point d'inflexion
Sur la courbe des rendements décroissants
Tu défies toute logique mathématique
La preuve Tu donnerais ton corps à la science
Avant de te donner à moi
Nidja femme moderne femme indépendante
Ma beauté de porcelaine
Tant va la cruche à l'eau qu'elle se brise
Oui on a compris
Les hommes sont tous des salauds
Lorsque ce n’est pas toi qui leur tourne le dos
D’ailleurs Nidja il se fait déjà tard
Et tu n'es toujours pas rentrée
Mais ce soir je ne t'attendrai point pour souper
Au pire tu iras au McDo ou chez Daoud
Puisque t'aimes ça le fast food.

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
Barbamimi

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1 poèmes Liste
488 commentaires
Membre depuis
13 janvier
Dernière connexion
20 février
  Publié: 13 févr à 05:13 Citer     Aller en bas de page

Brillant comme Henrik Ibsen

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
249 poèmes Liste
4163 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
20 février
  Publié: 14 févr à 10:12 Citer     Aller en bas de page

un écrit original qui me plait bien

Yvon

  YD
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 93
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0233] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.