Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 9
Invisible : 0
Total : 9
13017 membres inscrits

Montréal: 18 nov 01:14:11
Paris: 18 nov 07:14:11
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Jadis Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
525 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 13 févr à 11:51
Modifié:  13 févr à 13:53 par PapillonMystere
Citer     Aller en bas de page



Cette vieille ébréchée comme ancienne faïence
Aux doigts et au corps aussi noueux
Que les oliviers de sa chère Provence
Contait dans un patois qui rendait heureux.

L'enfance en vacances écoutait sans tout comprendre
Ses déclamations qui enchantaient les oreilles
Telle la cymbalisation des cigales de la garrigue.

Ces narrations mêlées d'histoires bien réelles
Coulaient rafraîchissantes comme l'eau des fontaines.
Rapides étaient les mots et les images se créaient, belles
Parfumées de thym, de romarin, par centaines.

L'hiver étant la meilleure saison pour se rendre
Dans la demeure où restaient encore des merveilles
A écouter, à apprendre, captivantes intrigues.

La chaleur ici venait de l'amour des mots,
Des livres, de cette façon d'enseigner la vie
Passée, présente et de se projeter sans en faire trop.
Mistral on l'aimait faisant frémir le toit et aussi,

Posé comme une évidence sur l'imposante bibliothèque.


* cymbalisation : chant des cigales

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
410 poèmes Liste
21116 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
17 novembre
  Publié: 13 févr à 12:06 Citer     Aller en bas de page

C'est joli comme tout, ce genre d'histoires que ce soit en Provence ou ailleurs passionne toujours.
Merci PAPILLON, j'ai été ravie
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
224 poèmes Liste
14436 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
17 novembre
  Publié: 14 févr à 11:00 Citer     Aller en bas de page

tres plaisante lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 224
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0324] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.