Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 37
Invisible : 0
Total : 37
13363 membres inscrits

Montréal: 6 juil 20:21:14
Paris: 7 juil 02:21:14
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Marathon Éphémères 2020 (semaine 1) : "Mais ça, c’était avant" :: La maison Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Franck

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
283 commentaires
Membre depuis
19 mars 2019
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 28 juin à 20:08 Citer     Aller en bas de page

" La maison "

(Marathon éphémères 2020 - semaine 1)



Les années passent et l'intérieur est à l'âge des souvenirs.
Chaque objet sous la charpente donne le goût d'y revenir.
Alors je me fonds dans ce grand air que je connais tant...
La poussière s'envole d'un album d'images en noir et blanc,


Le coucou s'actionne, la pendule compte remonter le temps.
L'érable, l'ébène et l'acajou ont grincé du bois, comme avant...
C'était hier nos jeux d'enfants, je nous entends rire aux éclats.
Et puis, plus rien... Aujourd'hui, je peux juste imaginer vos pas


Glisser entre les rainures du plancher, vos mains dans les miennes
Ne tenant la distance qu'au rallye d'une vie à perdre haleine.
Peu importe l'après, vous avez bâti cette demeure de ces mains :
Elles me semblent garder leur grâce intacte dans ce beau jardin.


À présent, je peux apercevoir cette lueur avant qu'elle ne disparaisse,
Ce bouquet de fleurs sur le rebord de la fenêtre après qu'il n'apparaisse
Pour aller tournoyer dans la rondeur ronde de mes tendres pensées.
Je me sens comme à la maison... Même si demain, elle sera rachetée.


Franck (28/06/2020)



 
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
386 poèmes Liste
4178 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 29 juin à 01:41 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Franck,
très bel écrit nostalgique. Cette situation nous sommes nombreux à l'avoir vécu lorsque nous devons nous séparer de la maison au sein de laquelle tant de souvenirs sont rattachés.
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
154 poèmes Liste
1470 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
6 juillet
  Publié: 29 juin à 15:55 Citer     Aller en bas de page

Héllo Franck
Tu m'as surprise par cette approche sensible de ton attachement à la maison familiale.
C'est moins perturbant quand les nouveaux propriétaires sont de "belles âmes".

J'espère, si ça n'est pas une fiction, que ta famille vivra positivement ce moment!

  SHElene
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
118 poèmes Liste
5535 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
6 juillet
  Publié: 30 juin à 16:50 Citer     Aller en bas de page

Que les pierres sont difficiles à vendre quand elles sont peuplées de nos fantômes.
Très joli texte. Merci pour le partage

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Franck

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
283 commentaires
Membre depuis
19 mars 2019
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: Avant-hier à 19:57 Citer     Aller en bas de page


- Merci Pichardin pour ton commentaire. Oui comme toi je pense que nous sommes bien nombreux à partager cette situation parfois déchirante mais souvent riche en souvenirs et en émotions.
Prends soin de toi.
Amitiés - Franck



- Hello SHElene, surprise? je dois avoir une tête d'oeuf comme un Kinder Surprise pour ainsi te surprendre(lol), non je dois plutôt avoir une tête carrée comme une éponge nommée Bob (re-lol) parce que tu as vu juste (ou presque): cette histoire n'est pas la mienne mais celle d'un sacré bonhomme que je n'ai pas vu depuis très longtemps et qui m'a fait part de SON histoire.
Cela m'a touché et j'ai voulu le mettre en texte à l'occasion de ce marathon éphémères.
Merci pour ton com.
Bises-bises - Franck



- Lacase, oui difficile, même très diffcile à vendre mais peuplées de très GENTILS fantômes !
Merci Lacase pour ta présence et tes mots.
Amitiés - Franck




 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 134
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0252] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.