Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 54
Invisible : 1
Total : 61
· Hubix-Jeee · johnn · Lapoètesse · actuaire · glycine
Équipe de gestion
· Adamantine
13105 membres inscrits

Montréal: 19 avr 14:50:29
Paris: 19 avr 20:50:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Noires les roses blanches Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
703 poèmes Liste
2968 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
23 avril 2018
  Publié: 22 mars 2018 à 13:07 Citer     Aller en bas de page

Noires les roses blanches



Corselet assoupli de la feuille brouillonne se fermant
Sur un cortège affamé interminable de furtives fourmis
Allant à je ne sais quelles besognes obscures à tâtons
D'un palper affolé d'antennes flexibles et se parlant,
S'ordonnant, se repoussant, se construisant invisible,
Minuscule, toute une immense vie active et si secrète.


Plus bas deux papillons comparent leurs écailles liées
Et piquées où les couleurs se convulsionnent saccadées
À chacune de leurs respirations haletantes sur le plus
Sec d'une parcelle à demi décrochée d'écorce moribonde
Et se balancent au rythme-jeu que la brise leur impose
Sur cette île flottante que leurs membres soutiennent.


Parade finale d'une feuille indécise éblouie d'un bond
Soudain dans le vide de l'air absent d'un vent faisant
La pause et sur ces quelques secondes de calme célébré
Tournoyant et là, dansante d'une enivrante et dernière
Spirale, descendant sur la pureté verte du gazon faire
Un plus épais tapis en compagnie de ses autres soeurs.


Orange flammé d'un rouge franc sur le bord des pétales
Trois roses subjuguent l'oeil en promenade sans raison
Et ajoutent leurs subtilités de couleur à leur parfum,
Capiteuse ivresse capturée sur le presque toucher d'un
Nez avancé pour le seul plaisir des sens, alors qu'une
Colombe appelle à son nid le vol lourd de sa compagne.


Le soleil achève son jour sur une plus émotive lumière
Où les pommiers tout au fond du jardin allument rouges
Leurs pommes silencieuses sur les feuilles où s'ouvre,
Sombre, comme une fleur la nuit dans chaque creux gris
Où se meurent les lueurs et déjà les pénombres sont là
Envahissantes et deviennent noires les roses blanches.




* Il s'agit, ici, d'un "poème en vers justifiés", forme de poésie dont tous les vers comportent le même nombre de lettres, signes ou intervalles



(Extrait de "Métal noir" dans "PLURIELS")

 
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1689 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
19 avril
  Publié: 26 mars 2018 à 03:57 Citer     Aller en bas de page

merci pour ce voyage au cœur de la nature exubérante de couleurs et de senteurs,

  Critiques acceptées
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
177 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
18 avril
  Publié: 28 mars 2018 à 09:42 Citer     Aller en bas de page

Magnifique !

  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
703 poèmes Liste
2968 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
23 avril 2018
  Publié: 30 mars 2018 à 09:31 Citer     Aller en bas de page

Ratatam ::

Xenia ::

Saphariel ::

A vous 3 mes pour votre voyage sur les Pluriels de mes mots

Bien à vous

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 764
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0263] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.