Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 341
Invisible : 0
Total : 347
· Myo · La Brune Colombe · Cioran · M@rselO · Laur'Ha · Lux
12994 membres inscrits

Montréal: 27 mai 13:43:09
Paris: 27 mai 19:43:09
::S�lection du th�me::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: La voix du Capucin Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
2928 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
16 mai
  Publié: 15 mai à 14:52
Modifié:  15 mai à 17:39 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page


"En Chine, quand les grands froids arrivent, dans toutes les rues des villes, on trouve des tas de petits singes égarés sans père ni mère. On sait pas s'ils sont venus là par curiosité ou bien par peur de l'hiver, mais comme tous les gens là-bas croient que même les singes ont une âme, ils donnent tout ce qu'ils ont pour qu'on les ramène dans leur forêt, pour qu'ils trouvent leurs habitudes, leurs amis. C'est pour ça qu'on trouve des trains pleins de petits singes qui remontent vers la jungle".
Jean Gabin, Un singe en hiver




Il était passager, il était en été un singe comme en hiver, un petit capucin qui avait froid et faim.
Il jouait les vivants, debout devant la glace, un grand miroir brisé, un grand miroir sans tain, il imitait les gestes, la marche des passants et leurs visages sereins dans leurs habits bien blancs.

Il se désespérait, forçait toujours le trait, n'étant pas dans la ligne, marchant tout de travers, comme le crabe-tambour, comme un chat de bitume, là au milieu des chiens dressés pour aboyer, pour chasser les intrus et puis donner la patte contre un peu de pitance et une récompense.

C'était peine perdue, il n'y arrivait pas, il était étranger à toutes ces grimaces, à toutes ces manières pour être dans le lot des "normaux" anormaux, des joyeux abrutis qui hochent toujours la tête, qui ne disent pas non et qui ne voient jamais au-delà du chapeau qu'ils arborent fièrement pour planquer leur cerveau. 

Quand on a dans le corps des fils de barbelés et que c'est "va ou meurt", et que c'est "cours ou crève", sous la chape de chaleur des tempêtes assassines, on ne marche pas droit. 

Quand on a des épines tel le hérisson, on ne fait pas semblant, ça vous pique la peau.

Refusant l'hallali, la chasse au renardeau, le cœur au bord des lèvres, on ne chevauche pas les montures dressées pour s'en aller tuer les graines de la révolte.

On n'écrase pas l'ortie, la mélisse odorante, les fleurs de pissenlit et les iris éclos qui en jettent plein les yeux, des yeux qui savent voir, et même regarder, des yeux écarquillés sur l'horreur ordinaire, des yeux de la pensée, une autre fleur flétrie.

Je suis le passager, ce singe du mois de mai, qui crie, tape du pied et que l'on n'entend pas. 
Je suis le capucin qui n'a pour tout autel qu'une page bien noire, un cahier pour missel, une conscience pour grimoire.

Je suis la mauvaise herbe, je suis l'orge et le teff, le grain de sarrasin poussant péniblement dans la blondeur des champs arrosés de puanteur sous leurs habits clinquants.

Et couché sur la terre, je fixe le soleil jusqu'à me "disparaître" avec pour compagnons mille autres petits singes qui me suivent gaiement...





Riagal - revu, le 15 mai 2018 -

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Lisa "Babe" Nouveau membre!

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
73 commentaires
Membre depuis
6 mai
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 15 mai à 19:03 Citer     Aller en bas de page

Tout ce que j'aime !
Tous les capucins devraient crier, même si ce n'ait pas sûr qu'ils soient entendus.

 
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
2928 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
16 mai
  Publié: 15 mai à 19:22
Modifié:  16 mai à 12:00 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Lisa "Babe"
Tout ce que j'aime !
Tous les capucins devraient crier, même si ce n'ait pas sûr qu'ils soient entendus.


Ben si, puisque tu lui as laissé une réponse. Et il t'en remercie...

(ps : ce p'tit texte me tient à coeur. C'est la raison pour laquelle il fallait l'"actualiser" et le relier à un film culte pour les cinéphiles et pas slt, l'un des meilleurs rôle de Belmondo à mon sens, et à cette réplique de Gabin qui fait toujours un peu mal...Mais le p'tit singe ici, c'est moi tout craché, toujours en "révolution", encore plus maintenant..)....

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
13759 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 16 mai à 11:32 Citer     Aller en bas de page

j'ai aime ma lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
133 poèmes Liste
3363 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 17 mai à 04:34 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,
Petit texte, c'est vite dit Riaga,enfin si son auteur le pense...par-delà les mots et la passerelle qu'ils forment en terres étrangères, il y a un homme en son destin tout accompagné de ses espoirs et de ses délires.
Amitiés
jlouis


  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
Drôle d'oiseau


La poésie est une source et nous irons tous y boire....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
78 poèmes Liste
2852 commentaires
Membre depuis
23 avril 2016
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 17 mai à 07:00
Modifié:  17 mai à 07:01 par Drôle d'oiseau
Citer     Aller en bas de page

Le petit singe sait prendre ses aises sous ta couverture de mots..
Bravo Riaga
Jiçé

 
Catwoman

Administratrice


« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
426 poèmes Liste
8224 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 19 mai à 03:34 Citer     Aller en bas de page

Hi Brother,

J'ai lu plusieurs fois cette version. A chaque lecture, mes yeux clignent sur le crabe-tambour, je revois les crabes vus aux Antilles et leur démarche de guingois. Rien à voir. Je sais
L'image s'impose d'elle-même.


Qu'importe l'allure, le ton, temps que nous restons nous-mêmes et pas toujours en Colère. Juste indépendants. La voix du Capu-sain, tu l'étends, je l'entends.

Biz

 
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
2314 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 19 mai à 04:36
Modifié:  19 mai à 04:37 par Cidnos
Citer     Aller en bas de page

Excellent car ton texte est riche d'expressions et parce que tu as tellement bien illustré le malaise de la différence.
Bravo
Bonne journée
Christophe

 
Galatea belga
Impossible d'afficher l'image
Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
655 poèmes Liste
14408 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 20 mai à 01:46 Citer     Aller en bas de page

l était passager, il était en été un singe comme en hiver, un petit capucin qui avait froid et faim.
Il jouait les vivants, debout devant la glace, un grand miroir brisé, un grand miroir sans tain, il imitait les gestes, la marche des passants et leurs visages sereins dans leurs habits bien blancs.

Il se désespérait, forçait toujours le trait, n'étant pas dans la ligne, marchant tout de travers, comme le crabe-tambour, comme un chat de bitume, là au milieu des chiens dressés pour aboyer, pour chasser les intrus et puis donner la patte contre un peu de pitance et une récompense.

C'était peine perdue, il n'y arrivait pas, il était étranger à toutes ces grimaces, à toutes ces manières pour être dans le lot des "normaux" anormaux, des joyeux abrutis qui hochent toujours la tête, qui ne disent pas non et qui ne voient jamais au-delà du chapeau qu'ils arborent fièrement pour planquer leur cerveau.

Quand on a dans le corps des fils de barbelés et que c'est "va ou meurt", et que c'est "cours ou crève", sous la chape de chaleur des tempêtes assassines, on ne marche pas droit.

Quand on a des épines tel le hérisson, on ne fait pas semblant, ça vous pique la peau.


J'ai aimé cet image dans le miroir sans tain.
Malgré tout.
Vivement les grains de sarrasins dans la blondeur des champs !



lilia






  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
267 poèmes Liste
2348 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 24 mai à 10:46 Citer     Aller en bas de page

Une nouvelle histoire bien heureuse de t’avoir rencontré...
Nous lisons et découvrons la pudeur de tes mots, la couleur, les dénivelés aussi🙂 car nous voyageons avec toi
Merci Riagal, la poussière sur ma veste me plaît, baroudeur l'on devient à te lire... Ta main stp, le souffle me manque !
Ici la lumière est si intense !

Marché









    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Shovnigorath  Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a l’ocean dans chaque goutte d’eau, Il y a un roman dans chacun de tes mots. Shovnigorath
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
217 poèmes Liste
1592 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2015
Dernière connexion
27 mai
  Publié: Aujourd'hui à 06:03 Citer     Aller en bas de page

C’est tout simplement FORT et très émouvant !!!!!!
J’ai tout aimé avec une attirance particulière pour les deux dernières strophes.

Merci Riaga


Sylvain

  Sylvain Vous souhaite la bienvenue et une agréable lecture
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 205
Réponses: 10
Réponses uniques: 10
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0609] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.