Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 497
Invisible : 0
Total : 499
· Bardok66 · Lapoètesse
12988 membres inscrits

Montréal: 16 juil 08:19:11
Paris: 16 juil 14:19:11
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Humanité ? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ninoune

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
753 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2006
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 2 juil à 07:46
Modifié:  2 juil à 09:50 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Il paraît que l'Humain n'est pas un animal,
Qu'Il est bien au-dessus de cet ordre bestial,
Que de l'évolution il est le point final,
Le chef-d'oeuvre absolu en matière cérébrale.

Seul être sur la Terre outillé de Raison,
Il a forgé le fer, récolté les moissons.
Conscient du bien, du mal, du temps et des saisons,
Il a concquis les mers, les plaines et l'horizon.

Et pourtant sous le fard de la Civilité,
L'homme agit sous le joug de ses instincts frustrés.
Les guerres de territoire, la peur de l'Etranger,
Font de lui une bête aux canines acérées.

Car au fond la Nature est toujours la plus forte,
Que l'Homme s'en inquiète ou la détruise, en sorte,
Elle insuffle la Vie, et puis au bout l'emporte. "

Cécile D.
le 01.07.2018

 
QUOIQOUIJE

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
194 poèmes Liste
4140 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2013
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 2 juil à 10:00 Citer     Aller en bas de page

Humanité un grand mot pour masquer
La bestialité des gens détraqués
qui ne pensent qu'à profiter des biens
des autres pour qu'il ne leur reste rien.

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
393 poèmes Liste
20564 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 2 juil à 10:57 Citer     Aller en bas de page

Les hommes sont capables de toutes sortes de cruautés, ce que l'animal est incapable de faire.
Entre la cruauté envers l'homme et la cruauté envers l'animal, il n'y a de différence que la victime.
La nature prendra sa revanche.
Certains humains m 'écoeurent. Il n' y a aucun remède pour combattre la bêtise et la barbarie.
Un bon texte que tu as écrit là
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Cléo
Impossible d'afficher l'image
J'ai mis les pieds sur le paillasson du chagrin/ Et je l'ai repoussé bien loin
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
83 commentaires
Membre depuis
3 juin
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 2 juil à 11:49 Citer     Aller en bas de page

Une conception de l'Humanité se drapant dans la poésie, une lecture agréable.

D'ailleurs, d'où nous vient cette comparaison de l'homme à l'animal ? Qu'y a-t-il d'animal dans la cruauté de l'homme ?
Le beau paradoxe, c'est que par la raison, qui est le propre de l'homme, et par là, qui le rend " humain", l'homme est capable d'atrocité. Et montre en pleine lumière son visage "inhumain", défiguré.

C'est le souci du "on" ne veut pas croire que l’inhumain, germe parfait, provient, de ce qu’il y a de plus humain, à savoir la raison, qui est le propre de l’homme paradoxalement. Même l'animal dépourvu de raison ne peut faire acte d'autant de cruauté.

Merci du partage et des réflexions que succite ce poème !

  La joie est la contine de nos heures
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
58 poèmes Liste
1266 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
14 juillet
  Publié: 7 juil à 05:34 Citer     Aller en bas de page

Merci Ninoune du partage de ce poème.

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
58 poèmes Liste
1266 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
14 juillet
  Publié: 7 juil à 11:52 Citer     Aller en bas de page

Et j'aime le commentaire de Cléo.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 74
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0320] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.