Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 33
Invisible : 0
Total : 34
· Poésidon
13019 membres inscrits

Montréal: 19 nov 00:24:56
Paris: 19 nov 06:24:56
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: L'alouette Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
114 poèmes Liste
848 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 3 juil à 09:03
Modifié:  31 juil à 03:40 par Jacques-Marie JAHEL
Citer     Aller en bas de page

L’alouette

Infortuné poète, aux lourds souliers terreux,
Canne en main, au bois précieux,
Je vais, devançant l’aube, écouter l’alouette
Dont le chant embrumé de sommeil,
Grince, telle une vieille poulie grippée
Au treuil antique à la chaîne rouillée.

En s’échappant des labours printaniers
Aux mottes luisantes que les socs ont lustrées
Dans le doux matin clair, la fluette s’enlève
Droit au ciel, comme un jet de terre molle.
Elle s’enlève et s’élève et grisolle,
Invisible, dans l’éblouissement du soleil
Naissant, plaquée sur des portées de lumière.

L’ascension terminée, point noir sur le néant,
Elle fond vers le sol et se laisse tomber
Comme tombe une pierre,
Aussi verticalement que son ascension première.
Rasant les mottes et les chaumes enfouis,
Elle se pose. Mais où ? Est-ce ici ? Est-ce là ?
Ayant eu soin de taire son chant,
Personne ne peut dire où, parmi les monticules,
Gîte l’oiseau aux trilles désarticulés
De petite pendule, qui trône au guéridon,
Tout en marbre veiné avec des cupidons

Oh ! Excuse-moi lecteur si je suis un peu long,
Mais il faut bien que j’alimente ma source
Maintenant que tu as fait jeu de sortir ta bourse.
Allons ensemble, jusqu’au bout de mon entregent,
Il faut bien que tu en aies pour ton argent.

J’ai demandé à la chevêchette qui ulule
Des romances nocturnes, elle ne m’a point répondu.
Elle m’a juste sifflé : Kiou, kitchik…Kiou, kitchik
Comme si elle se sentait vexée
D’être prise pour un apparatchik.
J’ai compris mon erreur grossière
Et je me suis dit : Demande à la poussière.
Et la poussière m’a répondu, en tourbillon courroucé,
Tu n’as qu’à lire John Fanté.

Alors, assis dans la lumière bleue des campanules,
J’ai lu ce roman de John Fanté, ce roman
Plein de bas-fonds et de misères en un pays outre-océan.
Et de nouveau le chant de la brune alouette
M’a tiré de ma lecture et de mes ruminations
Hors des quartiers souillés poissés de salissures.
De nouveau elle a fait sa gymnastique ascensionnelle
Vers le soleil comme une amante à l’âme passionnelle
Et, comblée de baisers, a fondu vers sa base,
Parmi les herbes folles et la terre qu’elle rase,
Occultant son endroit tout en taisant son chant,
Redevenant ainsi sombre terre des champs.

 
ladysatin


Ma plume est une brodeuse de mots .
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
209 poèmes Liste
4040 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 3 juil à 10:24 Citer     Aller en bas de page

C'est très beau , merci pour ce plaisir

Mes bisettes Lady

  Septembre ronronne aux couleurs de Charlie
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
191 poèmes Liste
10145 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 3 juil à 11:30 Citer     Aller en bas de page

Non seulement c'est très beau, mais c'est aussi très travaillé au niveau des images et du vocabulaire ... De la belle ouvrage

  ISABELLE
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
224 poèmes Liste
14439 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 3 juil à 11:59 Citer     Aller en bas de page

très beau

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
410 poèmes Liste
21116 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
17 novembre
  Publié: 3 juil à 12:03 Citer     Aller en bas de page

Merveilleusement conté.
Je me suis régalée de cette poésie. Je la relirai plusieurs fois
Merci JACQUES - MARIE
ODE 31 - 17

  OM
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
114 poèmes Liste
848 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 5 juil à 07:55 Citer     Aller en bas de page


Bonjour amies et amis poètes,

je vous remercie pour votre attachement à me lire et à me commenter.

Amitiés.
JMJ

 
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
3424 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
19 août
  Publié: 10 juil à 00:23
Modifié:  10 juil à 00:26 par Le Poète Masqué
Citer     Aller en bas de page

Bonjour poète Jahel,

J'ai d'abord suivi cette ascension extraordinaire vers le ciel, celle d'un oiseau qui échappe au regard humain tellement il va loin dans l'azur ; une ascension suivie d'une plongée tout aussi extraordinaire, puis d'une disparition : l'oiseau fusionne avec la terre, pour se dissimuler.

On songe un peu au vol du condor, que nous décrit Leconte de Lisle, en ce sens où l'oiseau atteint des hauteurs inimaginables, soit pour y planer en état de somme, les ailes déployées, soit pour y connaître un éblouissement ou encore pour y goûter un air plus pur, l'espace d'un instant. Toujours est-il que l'alouette replonge vers la terre, se laissant retomber comme une pierre, après avoir touché l'azur...

La chevêchette, quant à elle, nous fait entendre son doux ululement, qui se substitue aux romances nocturnes sollicitées par le poète.
Ensuite, il faut être poussière – c'est-à-dire une entité qui ne réfléchit point comme les hommes et ne s'exprime qu'en tourbillon courroucé – pour orienter vers un roman plein de bas-fonds et de misères un être humain qui cherchait simplement ces nocturnes romances.
Puis l'alouette, amante à l’âme passionnelle, recommence son ballet fantastique sous les yeux du poète, qui peut distinguer avec émerveillement – en retenant son souffle – cette étreinte céleste, entre le ciel et l'oiseau...

Sublime !



Amitiés sincères

  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
114 poèmes Liste
848 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 10 juil à 03:32 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Poète,

Un commentaire élogieux, sous mes mots, qui me va droit au coeur.
J'ai beaucoup aimé votre comparaison de la noble puissance (le condor) et de la fragilité (l'alouette) allant tutoyer l'azur, elle aussi, avec sa noble simplicité franciscaine.

Avec mon amitié.
JMJ

 
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
573 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
15 novembre
  Publié: 11 juil à 15:03 Citer     Aller en bas de page

Jacques-Marie JAHEL,
Votre poème est très beau,travaillé comme une pièce d'orfèvrerie avec un vocabulaire recherché.La description de l'alouette qui monte vers le soleil et se confond avec lui est magnifique.L'ensemble du poème fait beaucoup appel au sens de la vue et de ce fait est particulièrement évocateur.Une interprétation symbolique de votre poème est possible, l'ascension de l'alouette représentant l'être humain en quête du spirituel mais sa condition, difficile à dépasser, le ramène toujours sur la terre vers son quotidien,d'où la chute de l'oiseau.J'apprécie beaucoup ce poème et sa signification.
Amitiés sincères.

  Flora Lynn
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
2535 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 11 juil à 18:15 Citer     Aller en bas de page

Voilà une trés belle narration qui nous invite en écoutant le chant de la nature, et celui de l'alouette, à retrouver une humeur paisible, voire notre bonne humeur.
J'aime
Bonne journėes
Christophe

 
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
3424 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
19 août
  Publié: 12 juil à 04:53
Modifié:  12 juil à 04:53 par Le Poète Masqué
Citer     Aller en bas de page

Citation de Flora Lynn
Une interprétation symbolique de votre poème est possible, l'ascension de l'alouette représentant l'être humain en quête du spirituel mais sa condition, difficile à dépasser, le ramène toujours sur la terre vers son quotidien,d'où la chute de l'oiseau.J'apprécie beaucoup ce poème et sa signification.



J'ai apprécié cette lecture symbolique, très pertinente.

Amitiés




  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
114 poèmes Liste
848 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 12 juil à 05:27
Modifié:  12 juil à 05:46 par Jacques-Marie JAHEL
Citer     Aller en bas de page

Flora Lynn,

Votre interprétation sublimée de mon poème me transporte dans une dimension intellectuelle judicieusement observée.
Vos observations et vos réflexions, quant à cet oiseau des plus humbles qu'est la brune alouette, sont, comme vous le mentionnez si bien, la quintessence de l'Être dans tous ses désirs de transcendance inassouvie.

Amitiés sincères.
JMJ

 
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
114 poèmes Liste
848 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 12 juil à 05:34 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Cidnos,

Ton passage me réjouit ainsi que ton simple et sincère commentaire.
Bonne journée ! OUI ! et bonnes vacances aussi.

A bientôt.
Bien amicalement.
JMJ

 
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
114 poèmes Liste
848 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 12 juil à 05:44 Citer     Aller en bas de page

Ami poète LPM,

Vous aussi,alors, vous avez été subjugué par l'éblouissant commentaire de Flora Lynn qui, transcendant le réel, nous transporte dans le monde de la symbolique finement observé et judicieusement décrit.

Merci Georges-Alain d'y avoir fait référence.

Mes amitiés sincères.
JMJ

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 211
Réponses: 13
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,1308] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.