Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 323
Invisible : 0
Total : 326
· Cléo · DeviousF · isabelleguy
12994 membres inscrits

Montréal: 23 juil 13:31:52
Paris: 23 juil 19:31:52
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Jette ce livre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
LA REINE DES GLACES


Pars avant l'aube.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
77 poèmes Liste
379 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2011
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 10 juil à 10:32
Modifié:  10 juil à 15:02 par LA REINE DES GLACES
Citer     Aller en bas de page

Je t’ai relu,
comme un vieux bouquin,
qu’on a jamais terminé,
Une après midi ennuyante,
je t’ai pris sur l’étagère,
pour te dire enfin,
pour te comprendre, toi, tes ailes brisés
Te pardonner, peut-être,
Me pardonner aussi,
tout le temps que j’ai perdu à feuilleter ces pages,
alors que tu n’m’apportais rien
que doute,
Je voulais une dernière fois te prendre entre mes bras,
te montrer sous mes paupières,
les histoires que tu n’a jamais su lire,
tu penses me connaitre et savoir me manipuler,
mais tu ne sais rien des histoires sous mes paupières,
tu ne sais rien de mes ailes brisées,
L’amour est une des langues que tu n’as pas encore apprises...
Il est des airs sur lesquels on ne peut danser,
des livres qu’il est préférable de ne pas finir,
Il y a ton lit, mes cheveux emmêlés,
ton sourire narquois, mes rêves envolés,
il y a ton nom que je voulais porter,
Mais tu ne pensais qu’à me porter,
et cette fille dont le prénom danse autour du tien
sur le mur juste derrière nous,
calligraphie ma douleur à l’encre de tes yeux,
Jalouse, j’ai perçu ces heures comme l’ultime dégoût
tu m’as présenté l’amour, la haine, le deuil
bout à bout,
d’un chemin à l’autre,
J’ai croisé ton regard,
Que voulais-tu de moi ?
M’entendre gémir ton nom ?
Me voler tous les soirs ?
M’appeler mon amour,
comment ai-je pu y croire?
Quand tes yeux noirs m'appellent,
il ne semble pas me voir,
Tu sentais le deuil, la perte, les larmes de feu,
Tu sentais les flammes, la honte, le jeu,
Comme un tonneau percé,
Une faim sans fin,
si mes ailes dépecées venait à nouveau te frôler,
Si mes yeux tombent encore une fois sur toi, là, seul sur l’étagère,
Je détournerai les yeux,
Il n’y a que désir, délires, des livres inachevés,
des lettres sans sens,
démence, tes soupirs esseulés,
Il n’y avait que mon coeur, sur l’oreiller,
Le tien était plus bas,
où il a toujours été,
j’ai repris ma chaussure, avant midi,
J'ai ignoré ta colère, ta déception d'enfant,
ton amour de surface,
ton égoïsme patent
mon mascara qui coule
et mes ailes brisées
j’ai repris un à un mes vêtements sur le sol,
comme on ramasse son coeur,
une fois bien chiffonné,
j’ai repassé les rides de notre histoire,
j’ai posé ma douleur sur le tapis le soir,
j’ai regretté de n’avoir été qu’un autre nom
sur le passage,
qu’une remplaçante s'échauffant près du banc de touche
j’ai pris une douche, froide.
Fermer ce recueil de contes,
à dormir debout,
j’ai dormi sur mes larmes
Respiré un bon coup...
Et j'ai rompu le charme.
Il y a des histoires qui nous nient,
Nous effacent,
Nos intérieurs se plient en quatre,
remplis de crasse,
Il est des êtres qui ne désirent que posséder,
et nos ailes recroquevillés,
ne demandent qu’à voler,
oisillon, femme, enfant, homme!
lève-toi et rappelle-toi qui tu étais avant ce livre,
Avant ce conte,
Et qui tu voulais être,
Avant ces règlements de comptes,
ne pense pas que la fin d’une histoire veut dire la fin de l’encre
Ton encre est inépuisable,
ton souvenir continuera à écrire
dans certains coeurs
même après ton heure
Alors,
J’ai jeté le bouquin
dans la cave ce matin,
et moi et mon coeur on s’est pris par la main
on a dévalé les marches,
retrouvé notre chemin
On a sauté de joie,
libres,
d’être
Un
Enfin !



R.D.G

  j'écris donc je suis.
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
221 poèmes Liste
13961 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 10 juil à 11:23 Citer     Aller en bas de page

très beau texte
amicalement

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
ODIN
Impossible d'afficher l'image
J'ai une langue, qu'elle soit utile et subtile!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
620 poèmes Liste
3502 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2012
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 10 juil à 19:59 Citer     Aller en bas de page

Beau travail littéraire

 
LA REINE DES GLACES


Pars avant l'aube.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
77 poèmes Liste
379 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2011
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 19 juil à 10:14 Citer     Aller en bas de page

Citation de mido ben
très beau texte
amicalement



Merci à toi

  j'écris donc je suis.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 74
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0284] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.