Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 42
Invisible : 0
Total : 45
· Flora Lynn · drissi23000 · Soliste
13200 membres inscrits

Montréal: 5 juin 14:08:44
Paris: 5 juin 20:08:44
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Dors Pablito, dors! Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ACONCAGUA
Impossible d'afficher l'image
A ton sourire, badaud endimanché sur le quai de mes rêves
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
6 mars 2018
Dernière connexion
10 juillet 2019
  Publié: 21 juil 2018 à 06:08
Modifié:  24 juil 2018 à 04:57 par ACONCAGUA
Citer     Aller en bas de page




Dors Pablito dors

La photo semblait m’avaler
dans un trou noir de tristesse
quand les mots se cachent
pour éviter de pleurer
et pourtant…

L’air avait un goût de cerise au soleil
Il palpitait sous les porches haussmanniens
Comme le vol d’une mésange affolée.
Buenos Aires alignait ses rideaux de fer
vaguelettes rouillées par le grignotage du temps
vestiges insouciants d’un passé agité.

Le printemps étirait ses langueurs musquées
dans les frondaisons bourgeonnantes de parfums.
Des jacarandas soyeux comme une caresse
soufflaient des murmures bleutés
dans le petit matin gracile des bitumes souillés.

Elle dormait là, sous un abri de matelas
Ses jambes nues avaient renoncé aux herbes fraîches
Un drap à peine froissé et tapissé de roses
cachait mal l’insolence des salissures
La tête sur son bras elle rêvait aux belles choses

Les jouets renversés, les roues du camion suppliant le ciel
et la bouteille de soda qui défiait la misère
et la grande sébile noire avec ses quatre pesos
criant l’injustice aux passants trop pressés
qui sentaient encore le café noir et les croissants chauds

Avec son dos aux rondeurs de tendresse
et sa couche blanche qui rehaussait le cuivré de sa peau
Pablito dormait accroché au sein fané de sa mère
Il tétait le vent et boxait les nuages
pour faire semblant d’être heureux

Dors Pablito dors

La photo me hante
J’ai honte de la regarder et de ne pas avoir vu
J’ai honte d’être passé sans hurler ma révolte
et mon absence au marché des caresses
j’ai honte d’avoir gardé mes mots pour plus tard
quand ils ne servent à rien

Dors Pablito dors

A Zorah la femme des mille enfants
Christian Dumotier
Mane le 24 juin 2018


PS: Cette photo est personnelle et a été prise à Buenos Aires

  Aconcagua
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
216 poèmes Liste
12256 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 23 juil 2018 à 02:21 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup ton texte et ce qui en ressort, même si, malheureusement, je n'arrive pas à ouvrir le lien de la photo

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
ACONCAGUA
Impossible d'afficher l'image
A ton sourire, badaud endimanché sur le quai de mes rêves
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
6 mars 2018
Dernière connexion
10 juillet 2019
  Publié: 23 juil 2018 à 04:31 Citer     Aller en bas de page

Merci Isabelle
Le lien a été modifié, tu peux maintenant voir la photo et je me sens toujours aussi mal en la regardant!

  Aconcagua
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
712 poèmes Liste
15179 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 23 juil 2018 à 20:32 Citer     Aller en bas de page




Des vers inoubliables pour une image puissante qui fait mal.

Merci pour ton regard.

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 300
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0391] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.