Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 71
Invisible : 1
Total : 75
· Miette · samamuse · student27
13019 membres inscrits

Montréal: 19 nov 09:25:21
Paris: 19 nov 15:25:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Le feu au cul Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Miette

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
111 commentaires
Membre depuis
28 septembre
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 29 oct à 17:51
Modifié:  30 oct à 03:03 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

Tu as le feu au cul, me disait mon grand-père.
Ça manquait pas de recul, mais je n'appréciais guère,
son petit air sévère qui me faisait misère,
d’être pis que légère à mener mes affaires.

Mais à bien y revenir, je me dis cependant,
que cette envie de vivre était un fleuve puissant,
quand j'avais 19 ans et des rires plein les dents.

En effet j'embrasais la vie à plein poumon !
Poussée par mon derrière et devant mon menton,
je découvrais le monde et aussi les garçons,
enivrée d'être rose jusqu'au moindre bouton,

et confiante en demain qui se montrait offert
j'ai décidé que vivre était la chose à faire…

 
samamuse

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
215 poèmes Liste
7188 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 30 oct à 05:48 Citer     Aller en bas de page

ce feu est-il devenu braises ?
au point d'en ramasser les "miettes" ?

 
Shovnigorath  Cet utilisateur est un membre privilège


« La Foi est un arc-en-ciel plein de couleurs, dommage que les religions soient daltoniennes. » Sh
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
283 poèmes Liste
1896 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2015
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 30 oct à 08:18 Citer     Aller en bas de page

Voilà une envie de vivre truculente, quand au feu, la bougie se ferait appeler triste cire sans sa flamme, j’ ai beaucoup aimé cette évocation, merci Miette


Amitié,

Sylvain

  Sylvain Vous souhaite la bienvenue et une agréable lecture
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
1457 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
17 novembre
  Publié: 30 oct à 13:42
Modifié:  30 oct à 13:42 par Jean-Claude Glissant
Citer     Aller en bas de page

J'ai bien aimé cette petite histoire. Merci pour cet amusant partage. A bientôt Miette !

 
Obsidiane

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
7 poèmes Liste
109 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 30 oct à 13:43 Citer     Aller en bas de page

Mutin, nature et plein d'humour !

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
718 poèmes Liste
21361 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 30 oct à 15:32 Citer     Aller en bas de page

Poussée par mon derrière et devant mon menton,
je découvrais le monde et aussi les garçons,
enivrée d'être rose jusqu'au moindre bouton,

et confiante en demain qui se montrait offert
j'ai décidé que vivre était la chose à faire…


Je pense que ton grand-père avait raison et que tu avais raison aussi.
Joli poème !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Miette

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
111 commentaires
Membre depuis
28 septembre
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 30 oct à 18:13 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup à vous tous d'avoir pris le temps de commenter ces quelques vers


Sam c'est drôle ce que vous dites, mais non, Miette est mon pseudo depuis toujours enfin depuis IRC ce qui ne me rajeunie pas ^^
Shovnigorath triste cire
Et Aude, oui ! j'en suis arrivée à la même conclusion
Merci,

 
Pichardin
Impossible d'afficher l'image
Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
328 poèmes Liste
3272 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
17 novembre
  Publié: 31 oct à 02:04 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Miette,
lorsqu'on a le feu au derrière le meilleur remède c'est de prendre les devants. Le "fondement" de toute tentation c'est de succomber
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
samamuse

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
215 poèmes Liste
7188 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 31 oct à 05:51 Citer     Aller en bas de page

Miette est mon pseudo depuis toujours enfin depuis IRC
c'est quoi IRC ?
oh tu peux me tutoyer.

Mais à bien y revenir, je me dis cependant,
que cette envie de vivre était un fleuve puissant,
quand j'avais 19 ans et des rires plein les dents.

MUSE est en train de me titiller d'un dilemme.
19 ans c'était "hier" tu étais majeure ?
et des rires plein les dents.
ça laisserait suggérer que;
les rires seraient moins nombreux.
ou que ce seraient les dents.


 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
265 poèmes Liste
4513 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
17 novembre
  Publié: 31 oct à 13:14 Citer     Aller en bas de page

Parfait! j'aime, tu as raison nous n'avons qu'une vie il faut la vivre comme on l'entend



Yvon

  YD
Chlamys
Impossible d'afficher l'image
Le centre est là d’où viennent les murmures - François CHENG
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
44 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 31 oct à 17:17 Citer     Aller en bas de page

Un grand-père plein de bon sens, mis à l'honneur avec élégance !

 
Hubix-Jeee
Impossible d'afficher l'image
Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
5731 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 1er nov à 05:02 Citer     Aller en bas de page

c'est une excellente idée que de vouloir vivre, ça permet au moins de pouvoir en parler à d'autres personnes qui ont eut exactement la même idée...

C'est ce que l'on appelle communément l'intelligence du partage...

Amitiés...

Hubix.

 
Paul Ferguson


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
93 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 1er nov à 13:40 Citer     Aller en bas de page

On en vient à souhaiter
D'avoir tous, ce feu au cul
Une chaudière en acier
Et le cœur comme un accu

Pour s'en aller la vie affronter!

  Trouver d'abord, chercher après. Jean Cocteau
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
2536 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 4 nov à 04:13
Modifié:  6 nov à 14:57 par Cidnos
Citer     Aller en bas de page

Bonjour MIette
Aller de l'avant ... profiter du temps.
Jouir de la vie et des garçons.
Belle idée
J'aime
Cidnos

 
Miette

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
111 commentaires
Membre depuis
28 septembre
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 12 nov à 14:31 Citer     Aller en bas de page

Merci à tous d’être passé laisser vos impressions sous mes mots
A bientôt !

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 227
Réponses: 14
Réponses uniques: 12
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0367] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.