Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 34
Invisible : 0
Total : 38
· ode3117 · Obsidiane · andre · Lapoètesse
13053 membres inscrits

Montréal: 11 déc 08:56:29
Paris: 11 déc 14:56:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: bien propre , bien agréable Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Octobre

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
828 commentaires
Membre depuis
26 avril 2008
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 4 déc à 19:02 Citer     Aller en bas de page



Je porte mon poids d’ombre à la pointe des lames
En inventant la guerre, ils n’ont rien oublié
Ni le non-sens à vie, ni l’aisance des flammes
Beau guerrier de naguère, où est ton peu plié


Un lapin de jadis courait encore hier
Nous n’irons pas au bois en sautant mais aux Puces
J’ai un stradivarius à la place des lèvres
C’est un alexandrin qu’il me faut mais sur glace


Diversion diversion à la tienne à la sienne
Diversion diversion pour les plus forts en thème


Je m’amuse à compter les moutons d’ignorance
Une laine isotherme a conquis leur toison
Et tes boucles et les miennes à la pointe d’un non
Feront .... et caetera, à la face des chiennes


Loup y es-tu, sur la mer, mon escorte de sel !
Reviens d’où tu pourras, reviens mon cher archer
Somnambule ou violon, surviens en archet libre
Je suis sol, atterris, et marche où tu marchais

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
166 poèmes Liste
2593 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
11 décembre
  Publié: 4 déc à 19:30 Citer     Aller en bas de page

Ce texte m'apparaît comme une poésie multi-vectorielle dans laquelle chaque proposition conduit vers un bouclage. Je n'ai pas encore trouvé la clé de ta sémiologie complexe.

Je reviendrai plus tard sur ce texte d'atterrissage, en quelque sorte.

Dis, tu ne mettrais pas une majuscule à Stradivarius ?

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Obsidiane

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
222 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
11 décembre
  Publié: 5 déc à 02:43 Citer     Aller en bas de page



Tout est mis en place pour qu on se perde
dans ces nuit et brouillard cachant des ombres errantes
surgissent ça et là des fantômes blafards
invités à porter un chant d espoir ..

C’est mon ressenti .

O.

 
Paul Ferguson


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
180 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 5 déc à 09:15 Citer     Aller en bas de page

Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux.
René Char


Il y a dans la beauté de ce texte assez de force pour s'en contenter, assez d'espace pour s'y perdre et assez de densité pour y sarcler un peu de soi même. J'ai toujours considéré le travail d'écriture poétique comme une sorte de migration, par le langage, du sentiment vers l'expression inattendue à soi même. Je retrouve dans votre texte une "familiarité" d'écriture qui me fait un unisson à votre poème. La poésie ne sert pas à se faire comprendre, elle sert à créer des paysages, et plus ils sont ressemblants aux énigmes du rêve plus ils nous parlent intérieurement...

Merci.

  Trouver d'abord, chercher après. Jean Cocteau
Miette
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
22 poèmes Liste
224 commentaires
Membre depuis
30 novembre
Dernière connexion
11 décembre
  Publié: 6 déc à 02:11 Citer     Aller en bas de page

Citation de Octobre
Diversion diversion à la tienne à la sienne
Diversion diversion pour les plus forts en thème


A la vôtre !
Merci de votre beau partage Octobre

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
12937 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 6 déc à 16:33 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Octobre,

Très belle poésie à méditer !



Bonne soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Octobre

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
828 commentaires
Membre depuis
26 avril 2008
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: Hier à 17:50 Citer     Aller en bas de page

oh ! les grandes orgues des aquarium , JB !
leur silence m'est coi ?


merci à tous ..
infiniment !

je n'oublie rien ...

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 111
Réponses: 6
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0379] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.