Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 18
Invisible : 1
Total : 23
· Soliste · ode3117 · Wilhelm · QUOIQOUIJE
13177 membres inscrits

Montréal: 13 août 04:00:51
Paris: 13 août 10:00:51
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Marathon Éphémères 2020 (semaine 6) : "L’apparence" :: Une sombre histoire d'écus Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Quitterie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
206 commentaires
Membre depuis
9 juin 2018
Dernière connexion
11 août
  Publié: 30 juil à 04:25
Modifié:  30 juil à 04:42 par Quitterie
Citer     Aller en bas de page

Les appâts rances de l'amour
Comptent les sous et les écus.
On se croyait dans une tour
On se retrouve sur le cul.

Est-on marié.e ou marionnette ?
Dans l'étrange machinerie
Qui donc anime les manettes
De l'amour mort qui croit qu'il vit ?

Avecques l'âge nul.le n'est dupe
Des sourires sages ; et, pleurs cachés,
On oublie même les culbutes

Où nos corps jeunes tremblaient un peu
Tant les rencontres ont révélé
Qu'en nous couvaient bien d'autres feux.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
790 poèmes Liste
22655 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
13 août
  Publié: 30 juil à 05:13 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Quitterie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
206 commentaires
Membre depuis
9 juin 2018
Dernière connexion
11 août
  Publié: 30 juil à 06:43
Modifié:  1er août à 14:23 par Quitterie
Citer     Aller en bas de page

Citation de Aude Doiderose
J'aime beaucoup



Merci ! C'est ton poème qui en a donné l'impulsion (mais le jaillissement subi(t?) de ce texte m'engage à penser que ce poème "gisait" sans doute en moi depuis longtemps). "appâts rances" n'a, bien sûr, rien d'original, mais que faire quand une formule éculée se présente de manière aussi insistante au faible esprit qui est le mien ? Souriante et heureuse, un peu fâchée aussi, j'ai bien dû me résoudre à l'accepter telle quelle : comme mon reflet dans un miroir.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
790 poèmes Liste
22655 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
13 août
  Publié: 30 juil à 07:34
Modifié:  30 juil à 07:36 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Citation de Quitterie

Citation de Aude Doiderose
J'aime beaucoup



Merci ! C'est ton poème qui en a donné l'impulsion (mais le jaillissement subi de ce texte m'engage à penser que ce poème "gisait" sans doute en moi depuis longtemps). "appâts rances" n'a, bien sûr, rien d'original, mais que faire quand une formule éculée se présente de manière aussi insistante au faible esprit qui est le mien ? Souriante et heureuse, un peu fâchée aussi, j'ai bien dû me résoudre à l'accepter telle quelle : comme mon reflet dans un miroir.



Il faut laisser sortir les mots ou les expressions qui miaulent avec insistance à la porte de notre esprit.
J'ai particulièrement apprécié : "  l'amour mort qui croit qu'il vit". Il traduit parfaitement ma pensée.
Quant aux "appâts rances", on peut se consoler en considérant qu'au Tibet le thé au beurre rance est une friandise

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
ode3117

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
503 poèmes Liste
23297 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
12 août
  Publié: 31 juil à 09:32 Citer     Aller en bas de page

Et moi j'aurais ajouté aux mots de la fin
"qu'en nous couvaient bien d'autres jeux"
Je pense que c'est aussi valable pour ce texte que j'apprécie
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
Quitterie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
206 commentaires
Membre depuis
9 juin 2018
Dernière connexion
11 août
  Publié: 1er août à 14:22 Citer     Aller en bas de page

Citation de ode3117
Et moi j'aurais ajouté aux mots de la fin
"qu'en nous couvaient bien d'autres jeux"
Je pense que c'est aussi valable pour ce texte que j'apprécie
Bises amicales ODE 31 - 17



Oui, vous avez raison : les jeux brûlent aussi parfois autant - sinon plus - que le feu quand ils sont de l'amour !

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 130
Réponses: 5
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0283] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.