Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 320
Invisible : 0
Total : 323
· vivre libre · al1953 · Rayon de soleil
12989 membres inscrits

Montréal: 17 juil 13:32:47
Paris: 17 juil 19:32:47
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Chroniques d'une déprimée... (partie 4) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
KiMiNiE
Impossible d'afficher l'image
L'espoir sera-t-elle un jour durable ou sans cesse éphémère?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
134 poèmes Liste
693 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2002
Dernière connexion
13 juillet
  Publié: 3 août 2017 à 14:44
Modifié:  7 août 2017 à 23:49 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Cette chronique est un peu différente. Je n'ai pas relu mon texte. J'ai couché sur papier (ou ordinateur dans ce cas) ce que je ressentais suite à ma nuit ou du moins, ce que ma nuit a été dans mon inconscient. Je suis désolée si la structure des phrases est décousue ou même si le texte en soi est décousu, mais c'est ainsi que ma tête est ce matin. Elle tente de recoller des morceaux et le résultat est encore très loin devant.

La nuit dernière, j’ai fait un des rêves les plus dérangeants dans tous mes rêves. Par dérangeant, je parle de l’impact de mon rêve sur ma personne. J’ai toujours eu tendance à faire des rêves particulièrement irréalistes. Mes rêves sont souvent très mouvementés, encore plus depuis que je prends des antidépresseurs et que je suis en dépression. Cependant, cette nuit a dépassé tout ça. J’ai réalisé que c’est parce qu’il réunissait plusieurs types de rêves en un.

J’ai rêvé de mes collègues, mais surtout d’un de mes jeunes avec lequel j'intervenais avant de partir en vacances le 31 mars. Depuis le 1er mai, je suis officiellement en arrêt de travail découlant de ma dépression majeure. J’ai rêvé que je m’excusais auprès de lui, que j’avais l’intention de revenir le 1er mai, mais que les choses ont mal tourné. Le jeune était content de me voir et semblait comprendre. C’est à ce moment que tout a déboulé.

Je me suis mise à me faire harceler psychologiquement, mais surtout physiquement, par un gars de mon école secondaire. Pourquoi lui ? Je l’ignore. Je n’ai jamais vraiment été amie avec lui. Nous nous sommes parlés à quelques occasions sans plus. Je me souviens qu’il était assis à ma table lors de mon bal de graduation, mais rien de plus. Il y avait même un de mes professeurs dans mon rêve. Mon professeur de chimie était dans mon rêve. Puis soudainement alors que nous étions en train de manger, je dûs sortir de la pièce pour je ne sais trop quoi et je fus suivie par celui qui se faisait un vilain plaisir de me harceler. Je dûs porter plainte contre lui au personnel de l’école alors que j'aurais pu le faire auprès du professeur qui était présent.

Soudainement, des hommes sont apparus avec la ferme intention de nous attaquer. Ils cherchèrent chaque recoin de l'école sans nous informer de ce qu'ils recherchaient. Toutes les personnes présentes couraient pour se sauver et éviter d'être abattues par ces hommes dont l'origine était inconnue. Par la suite, j'ai fait un bond dans l'histoire. Je me trouvais toujours à l'école, mais j'étais de nouveau intervenante à l'application des mesures à la protection de la jeunesse et je devais trouver une famille d'accueil pour une jeune fille dont les parents étaient introuvables. Malgré mes recherches, je n'ai pas pu en trouver et une collègue, qui était en réalité une autre de mes collègues de classe du secondaire mais qui n'a jamais travaillé avec moi dans la réalité, se proposa pour s'en occuper. La petite fille ne voulait pas la suivre et souhaitait rester avec, mais je ne pouvais pas la prendre et je pouvais voir le désespoir sur le visage de cette fillette.

Jusqu'ici, mon rêve me semblait bien insensé. Toutefois, à partir de ce moment, les choses ont pris une tournure encore plus étrange. Je me suis retrouvée prise à me promener entre deux corps. Quelques fois, j'étais moi-même, autrement dit, j'était Kim physiquement et psychologiquement. À d'autres moments, j'étais dans le corps d'un homme qui recherchait à tout prix le plaisir sexuel et qui est prêt à tout pour y arriver. En tant qu'homme, je me suis mise à la recherche d'un moyen pour répondre à mes pulsions sexuelles et y trouva une réponse dans une boutique tenue par plusieurs femmes. Les ébats allaient continuer pour une deuxième ronde quand je redevins Kim, la femme.

Le paysage changea subitement et je partis en voyage avec plusieurs personnes sans connaitre la destination. À la fin du voyage, nous étions près de la Jordanie. Tout se déroula bien durant le périple. Toutefois, sur le chemin du retour, nous nous sommes retrouvés dans un pays dans lequel les femmes n'avaient pas de droit et pour une raison inconnue, les habitants se sont mis à nous pourchasser. Le groupe a pu s'en sortir en empruntant un véhicule qui pouvait voler. Malheureusement, un des membres du groupe est décédé dans le processus. De mon côté, je me suis mise à courir seule dans les rues de cette société archaïque qui souhaitait que me voir périr. J'ai pu me rendre à la frontière de la Jordanie et y traverser. Mes assaillants ne pouvaient pas m'y suivre sans enfreindre les lois. Je me retrouvai donc enfin en sécurité. Après plusieurs heures de marche, je retrouvai mon groupe qui se trouvait à l'aéroport. Suite à un problème de billets d'avion, plusieurs personnes du groupe ont dû attendre pour prendre l'avion. Par chance, tout était en règle dans mon cas.

Une fois de retour au Canada, nous avons pris un autobus surchargé obligeant ainsi quelques personnes, moi incluses, à rester debout à l'extérieur de l'autobus en devant s'agripper à celui-ci. Après un moment, je pus enfin m'installer à l'intérieur et pris place au côté de ma meilleure amie. Mon professeur de chimie prit place dans la rangée suivante. À moitié chemin, l'autobus fit un court arrêt permettant de nous dégourdir les jambes. Malheureusement, l'autobus découla sans moi. Je me suis donc retrouvée seule sans s'avoir dans quelle ville j'étais.

Je sentis soudainement que ma vie était de nouveau en danger alors qu'un groupe de personnes me pourchassaient. Dans ce groupe, je connaissais plusieurs personnes, dont ma meilleure amie, deux collègues de travail et moi-même, mais en version homme. Je ne connaissais pas les autres personnes.

Mon calvaire commença par un viol brutal qui laissa des marques très visibles. Je n'étais plus en mesure de marcher par la suite. C'est en cherchant à savoir qui était mon agresseur que je remarquai qu'il était moi mais en version homme. Je ne comprenais pas pourquoi mon moi masculin souhaitait me faire du mal ainsi. Je pouvais déjà voir les marques de sa violence sur moi. Des ecchymoses sur les bras et les jambes étaient présents et je pouvais sentir du sang s'écouler tranquillement de mon vagin et de mon anus de par la force de sa pénétration. Après un moment, je pus enfin bouger et alla me cacher dans un entrepôt qui me semblait abandonné afin de m'y reposer. J'étais complètement épuisée et dû me coucher afin de faire taire la douleur qui assaillait mon corps en entier. Je ne comprenais pas ce qu'il se passait et je n'avais pas la force d'aller dénoncer le tout aux forces policières.

Soudainement, je vis deux filles d'approcher de moi. Une d'elles était ma meilleure amie. J'étais semi-consciente, mais j'entendis lorsqu'elle expliqua que je méritais tout ce que je subissais et que ça n'allait pas s'arrêter là. Je tentai de distinguer leurs mouvements, mais tout était flou. Je n'ai pas vu ma meilleure amie prendre un morceau de vitre qui se trouvait au sol. Cependant, je l'ai vu près de moi alors qu'elle enfonçait ce morceau dans mes poignets et qu'elle transperça mes veines délivrant mon sang. Entre temps, mes deux collègues de travail ainsi que l'autre fille (les inconnus sont disparus à ce moment) me frappèrent à plusieurs occasions avec leurs pieds et les poings. Mes deux collègues de travail, qui étaient des hommes, me soulevèrent à plusieurs occasions pour me lancer au sol d'une force incroyable.

Mon corps se fit plus léger, le sang s'écoulant toujours de mon corps. Je commença à m'affaiblis et ne pouvait plus réagir à mes assaillants. Je fis la morte. C'était comme si mon corps était en train de mourir, mais que quelque chose m'en empêchait. Les filles ont fini par se rendre compte que j'étais encore bien là. Ma meilleure amie continua à me couper en espérant j'imagine que j'y laisse mon dernier souffle. Cependant, un élan soudain de force s'empara de moi et je tenta de m'échapper de mes bourreaux. Un de mes collègues tente de m'empaler avec un tuyau, mais malgré mes blessures, je fus en mesure de sortir de l'entrepôt et d'aller chercher de l'aide dans un restaurant pas très loin.

Au tout début, les gens semblaient vouloir m'aider. Mon corps ne mentait pas. Le viol était évident, les coupures également. Les ecchymoses sur mon corps laissaient savoir que j'avais été rouée de coups. Je me sentis soudainement délivrée sachant que j'avais enfin de l'aide. Je me rendis vite compte que mes assaillants étaient de retour et que personne ne voulait vraiment m'aider. Les clients du restaurant regardaient ce qu'il se passait sans bouger, malgré le fait que je fus poignarder à plusieurs reprises. Je voulais que tout s'arrête. Cette douleur, cette souffrance et cette incompréhension face à autant de violence m'épuisaient. Je voulais mourrir. Malgré mes appels, la mort ne voulait pas de moi.

Une tempête se déchaîna soudainement et un tsunami nous frappa. Malgré la force du courant et la force des vagues, mes assaillants voulaient à tout prix me tuer. Mon double masculin s'approcha de moi et me forcit à rester sous l'eau. Il était en train de me noyer. Je ne me débattais pas y voyant ainsi une délivrance à ce calvaire. Cependant, alors que la mort semblait s'emparer de moi, quelque chose me tira vers la surface alors que mes assaillants eux restèrent coincés sous l'eau. Après quelques minutes de noirceur, je revins à moi dans mon double masculin. Mes assaillants ont réussi à s'en sortir, mais ne tentent plus de m'attaquer.

Les images se sont bousculées et je suis redevenue cette Kim battue à mainte reprises et sur le point de mourir. L'eau était toujours là et mon double masculin tentait toujours de me noyer.

À ce moment, dans mon rêve, je me suis sentie comme aspirée. J'avais l'impression de ne pas pouvoir combattre ce mal. J'ai même réalisé que je me trouvais dans un rêve, mais c'était comme si j'étais emprisonnée et que je ne pouvais pas me réveiller. Je me suis mise à panique et j'ai hurlé le plus fort possible dans l'espoir que ce cri, même s'il se trouvait dans mon rêve, allait me réveiller dans la réalité.

Je ne sais pas si j'ai réellement crié, mais après un moment, dans la réalité, le 3 août 2017 à 11h00 le matin, je me suis réveillée en sursaut. Mon lit était humide de par ma sueur. Je me sentais étourdie et ma vision était floue. Je pris quelques minutes avant de voir normalement et pouvoir me lever. Cependant, quand je me suis levée, j'étais tellement étourdie que je me suis rendue de peine et de misère jusqu'à la salle de bain. Mes paupières étaient lourdes et ma vision recommençait à être embrouillée. J'ai décidé de retourner dans mon lit. Ma vision est redevenue normale, mais mon corps était devenue tellement lourd que j'ai eu l'impression de soudainement peser une tonne. Je pouvais bouger mes bras et mes jambes, mais le reste refusait de suivre. J'avais l'impression de m'enfoncer dans le lit.

J'ai toujours eu un sommeil problématique et je souffre d'insomnie depuis longtemps. J'ai eu l'impression de dormir plus qu'à l'habitude durant ma nuit, mais je me suis réveillée complètement vidée et épuisée. Mon corps ressentait les effets de mon rêve comme si j'avais réellement vécu ce que j'avais rêvé. Je me suis mise à me questionner à savoir pourquoi j'ai fait un rêve avec autant de violence. C'est tout de même mon deuxième rêve en une très courte période dans lequel je me fais du mal. La première fois, c'était réellement moi par contre. Ce n'était pas un double masculin.

Je me sentis attirée vers mes poignets et mes cuisses. J'ai regardé mon poignet gauche sur lequel quatre coupures étaient visibles. Sur ma cuisse droite, en plus des cicatrices des dernières coupures, une coupure fraîche s'y trouvait.

Est-ce que mon rêve est le résultat de ma crise de la veille? Est-ce que mon rêve représente cette tendance que j'ai à me faire du mal, à m'autodétruire? C'est étrange puisque j'ai discuté récemment, avec mon intervenante, qu'il existait deux parties en moi qui étaient en combat. Une partie veut continuer à se battre et à trouver des solutions pour que je puisse enfin sortir de ma noirceur alors que l'autre se demande à quoi ça sert de se battre et si elle doit abandonner. Est-ce que mon rêve représente cette bataille présente en dedans de moi? J'ai plusieurs fois été affectée par des rêves, mais celui-ci m'a particulièrement affectée. Je ne suis pas certaine de ce que je devrais en comprendre...

  Kiminie *** Les larmes que l'on s'efforce de cacher sont toujours les plus sincères.***
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
202 poèmes Liste
6469 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 9 août 2017 à 10:50 Citer     Aller en bas de page

oh KIMINI je t'avais fait une promesse...
j'ai passé mes disponibilités sur d'autres demandes de commentaires.
cette fois-ci je vais te mettre en tête de liste, pour une réponse en septembre.
si, si, je vais essayé de m'y tenir
A+ de SAM

 
KiMiNiE
Impossible d'afficher l'image
L'espoir sera-t-elle un jour durable ou sans cesse éphémère?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
134 poèmes Liste
693 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2002
Dernière connexion
13 juillet
  Publié: 9 août 2017 à 13:06 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Sam,

Ne t'inquiète pas. J'ai pris un moment aussi pour écrire quoi que ce soit et je passe par une période encore plus difficile que ce l'était déjà.

Cela fait environ un mois que j'essaie d'écrire exactement comment je me sens et ce qui fait que je suis en dépression majeure, mais je n'y arrive pas.

Un jour, j'imagine que ça va couler de source.

D'ici là, fais attention à toi et à bientôt.

  Kiminie *** Les larmes que l'on s'efforce de cacher sont toujours les plus sincères.***
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
202 poèmes Liste
6469 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 9 août 2017 à 13:40 Citer     Aller en bas de page

je sors d'une opération de la main gauche, et je suis actuellement en rééducation. pénible pour l'avant bras et le bras. ça me crée de mauvaises lectures de pensées.
j'ai eu une période sans volonté.
j'ai eu un grand besoin de partage sur LPDP, qui n'est pas venu.
j'ai beaucoup aimé le dernier texte de ROSANNA sur l'après pour les femmes
la roue avec JOKER, une réflexion sur les apparences avec OASIS, etc...de tous ça j'en ai eu des perceptions en rapport avec tes confidences.
j'ai aimé tes reflesions sur ces 4 niveaux, je n'ai pas tout correctement lu... je vais devoir m'isoler pour y réfléchir, je subis trop d'interférances avec mes partages quotidiens.
grosses bises.

 
KiMiNiE
Impossible d'afficher l'image
L'espoir sera-t-elle un jour durable ou sans cesse éphémère?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
134 poèmes Liste
693 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2002
Dernière connexion
13 juillet
  Publié: 9 août 2017 à 17:07 Citer     Aller en bas de page

J'espère que ta réadaptation va bien se dérouler.

Que veux-tu dire par tu as bien aimé mes réflexions sur ces 4 niveaux? Quels sont les 4 niveaux?

À bientôt

  Kiminie *** Les larmes que l'on s'efforce de cacher sont toujours les plus sincères.***
Galatea belga
Impossible d'afficher l'image
Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
662 poèmes Liste
14464 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 10 août 2017 à 21:54 Citer     Aller en bas de page




Ciao Kiminie, je suis profondement touchee par la trascription de ton reve et par le vecu qui evidemment l' a genere'.


Amicalement

.galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Galatea belga
Impossible d'afficher l'image
Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
662 poèmes Liste
14464 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 10 août 2017 à 21:54 Citer     Aller en bas de page




Ciao Kiminie, je suis profondement touchee par la trascription de ton reve et par le vecu qui evidemment l' a genere'.


Amicalement

.galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Galatea belga
Impossible d'afficher l'image
Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
662 poèmes Liste
14464 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 10 août 2017 à 21:55 Citer     Aller en bas de page




Ciao Kiminie, je suis profondement touchee par la trascription de ton reve et par le vecu qui evidemment l' a genere'.


Amicalement

.galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
KiMiNiE
Impossible d'afficher l'image
L'espoir sera-t-elle un jour durable ou sans cesse éphémère?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
134 poèmes Liste
693 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2002
Dernière connexion
13 juillet
  Publié: 11 août 2017 à 00:12 Citer     Aller en bas de page

Merci de ton commentaire.

Nos rêves sont parfois vraiment troublants. Les miens le sont particulièrement depuis 1-2 semaines.

  Kiminie *** Les larmes que l'on s'efforce de cacher sont toujours les plus sincères.***
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
202 poèmes Liste
6469 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 13 août 2017 à 05:47 Citer     Aller en bas de page

sois patiente ça va venir.

 
KiMiNiE
Impossible d'afficher l'image
L'espoir sera-t-elle un jour durable ou sans cesse éphémère?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
134 poèmes Liste
693 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2002
Dernière connexion
13 juillet
  Publié: 14 août 2017 à 16:11 Citer     Aller en bas de page

Je l'espère.

  Kiminie *** Les larmes que l'on s'efforce de cacher sont toujours les plus sincères.***
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
202 poèmes Liste
6469 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 15 nov 2017 à 04:15 Citer     Aller en bas de page

et maintenant où en es-tu ?

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 300
Réponses: 11
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0438] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.