Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 7
Invités : 41
Invisible : 0
Total : 48
· TheLudz1 · jeromenardi · Hubix-Jeee · La Brune Colombe · ❀ninette1952 · ODIN · Tychilios
13124 membres inscrits

Montréal: 15 févr 14:31:20
Paris: 15 févr 20:31:20
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Démons et mères veillent... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
769 poèmes Liste
5952 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
15 février
  Publié: 16 jan à 15:49
Modifié:  17 jan à 03:19 par Hubix-Jeee
Citer     Aller en bas de page

Lorsque les loups hurlaient:"Danton!"
Les zombis bisaient les bisons
Un souffleur flou suivait la scène
L'art dans les mots, jusqu'au larsen.

Mes scies ondulent en Corse, huant
Le chat gris feule, dès l'aube, errant
Un taon pressé, s'identifiait
Rivant l'espace en parts, semées.

S'animent les seins et roues à mages
L'accord d'Éon, les lucioles en nage
Sous les vers où dansent les eaux celées
Au corps altiers des rêveurs passagers.

Des pneus s'enroulent autour des yeux vairon
Voyant "s'égocentrer" les âmes des démons
Avec entrain tout se raille en parallèles
Okay! Neuf voix sur disque l'ode est si belle.

Des plus vieux maîtres, en sol ayez
Un preux dardeur pour Kiss et levé
Au trait fin, lamine en coups, l'heure
Le mot râle et d'impro, ces sœurs.

La chance suinte et la suite, hein?
Kiffe et l'erreur à moches mains
Six taudis en plein cœur, pou sérieux
C'est la gratte que la ouate fêle mieux.

Au pré, cent tables multiples pliaient
L'arrêt action sans tort titillait
Quand l'amère verrue ouvrait l'âme
Des quidams véreux mêlés au drame.

La pluie sans fée riait, car récente
Tombe des cimes en tierce menthe
Votre vue va vers vains censeurs
Qu'on prenne ou pende la crème ailleurs...

Hubix.

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
13666 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
14 février
  Publié: 16 jan à 16:30 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Hubix,

J'ai aimé te lire !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
421 poèmes Liste
21399 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
15 février
  Publié: 17 jan à 03:45 Citer     Aller en bas de page

Et de bon matin, déchiffrer ces jeux de mots que j'apprécie, c'est comme un petit bonbon à la menthe, doux et acidulé avec en finale une fraîcheur bien agréable en bouche. Je me suis délectée.
"C'est la gratte que la ouate fêle mieux". Merci pour le rire et ma lecture.
Bises HUBIX
ODE 31 - 17

  OM
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
227 poèmes Liste
14866 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
15 février
  Publié: 17 jan à 12:02 Citer     Aller en bas de page

j'ai aime ma lecture
amicalement

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Pichardin
Impossible d'afficher l'image
Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
341 poèmes Liste
3519 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
14 février
  Publié: 19 jan à 01:13 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Hubix,
"qu'on pende la crème ailleurs" c'est bien mieux que "qu'on pende la crème hier"
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 121
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0293] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.