Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 28
Invisible : 0
Total : 29
· NOMAL' SLAND
13119 membres inscrits

Montréal: 23 avr 04:25:19
Paris: 23 avr 10:25:19
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Bouches d'étuves... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
694 poèmes Liste
6096 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 19 jan à 16:07 Citer     Aller en bas de page

Entre les sanglots longs des filles du bord de mer
Débordent les vagues rousses chargées de riz amer
Et des conteurs transis décrivent leur génocide
Aux lueurs écarlates du soleil apatride.

Je me promène en rêve près des bouches d'étuves
Menant ma solitude aux cendres du Vésuve
J'avance au vrai silence qui brille au firmament
Et j'attends la musique que compose le vent.

Maintes plaintes se suivent en écho convenu
Sous la brise funeste écaillant l'âme crue
Des prieurs digérant leur passion révolue
Comme des déterrés chahutant leur vécu.

Mon ennui s'amenuise au fil de mon errance
J'essaie d'occulter le fond de ma présence
J'écoute mon esprit divaguer par besoin
Quand mes yeux se reposent sous mes paupières d'étain.

Aux hérétiques liaisons des candides losers
Se mêlent des cris vains au vif de la rumeur
Les jets de sel vitreux ensevelissent la terre
Noyée dans l'impossible raison d'être sincère.

Des mots couverts de larmes viennent à ma mémoire
Images décrites au sang du brisant désespoir
J'écris un court poème en forme de soupir
Du souffle de ma voix s'égrènent les souvenirs.

Passent les romantiques sur les digues écumeuses
Cheveux mêlés de pluie à la pensée brumeuse
Courent les chevaux de jais sur le sable jauni
La crinière fumante dans le ciel au teint gris.

Je suis sorti indemne d'une crise d'identité
Je me prenais pour l'ombre qui suivait mon passé
J'ai livré mon secret, des "tu" verticaux s'en allaient
Chercher une voie certaine au royaume du frais.

Un couple se prélasse sur un banc d'herbes folles
Caressant leur envie d'inhibition frivole
Des chiens vifs s'agitent à mordre la sagesse
Dans des aboiements clairs et des sauts de tendresse.

Du côté cicatrice de mon "môa" baladin
Des crispations verbales ont bouffé mes desseins
J'ai mis tout mon courage dans un sac hermétique
Maintenant j'ai moins peur d'être un trou elliptique.

Un corridor de doutes où dansent les feux follets
Un "hasbeen" fourbu aux pieds morts engelés
Marchant les yeux bandés près des bouches d'étuves
Loin des maisons de pierres aux barreaux d'hébétude.

Entre les rires hoqueteux des enfants de bohème
Sifflotent les canaris cramés des fins de scènes
Des mères empoisonnées détruisent leur catalogue
Aux bougies effarés d'un foireux décalogue.

Hubix.

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
14422 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 19 jan à 16:20 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Hubix,

Quelle magnifique poésie chargée d'émotions !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Calypso
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
16 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2018
Dernière connexion
23 avril
  Publié: 20 jan à 09:36
Modifié:  20 jan à 09:43 par Calypso
Citer     Aller en bas de page

J'aime ce quatrain, il me parle beaucoup. Je le trouve simple et plein de poésie comme les plages bretonnes où celles de Normandie en exemple St Laurent sur mer.


Passent les romantiques sur les digues écumeuses
Cheveux mêlés de pluie à la pensée brumeuse
Courent les chevaux de jais sur le sable jauni
La crinière fumante dans le ciel au teint gris

Poésie à dire, à lire, à voir et à écouter, revient souvent cette image, respirer la vie.

Merci

 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
694 poèmes Liste
6096 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 22 jan à 15:27 Citer     Aller en bas de page

Merci Sybilla et Calypso, pour votre visite...

Ce poème est un instant de répit pour un homme qui a passé sa vie à subir, vexation, humiliation, violence, physique et psychologique, par ses (mauvaises) rencontres, (mauvais) choix, sa malchance et qui, au prix d'un effort inhumain, réussit à s'en sortir, indemne, sans doute bien plus fort, sans avoir la moindre haine, pour les gens, immondes qui l'auront fait souffrir, cela l'amenant, en cet instant, où débute le poème, à fermer les yeux et rêver d'une autre vie, une renaissance, tout en se remémorant les pires instants, sachant que désormais, le pire est derrière lui, grâce à son abnégation, son espérance, il est parvenu à recouvrer la joie de vivre et la liberté d'exister...

Il reste, dans le dernier quatrain, une (encore) légère part de cynisme, lorsqu'il parle du décalogue...

Amicalement vôtre...

Hubix.

 
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
3659 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 1er févr à 06:16 Citer     Aller en bas de page

Un couple se prélasse sur un banc d'herbes folles
Caressant leur envie d'inhibition frivole
Des chiens vifs s'agitent à mordre la sagesse
Dans des aboiements clairs et des sauts de tendresse.

J'ai mis tout mon courage dans un sac hermétique
Maintenant j'ai moins peur d'être un trou elliptique.

Un corridor de doutes où dansent les feux follets
Un "hasbeen" fourbu aux pieds morts engelés
Marchant les yeux bandés près des bouches d'étuves
Loin des maisons de pierres aux barreaux d'hébétude.

Entre les rires hoqueteux des enfants de bohème
Sifflotent les canaris cramés des fins de scènes
Des mères empoisonnées détruisent leur catalogue
Aux bougies effarés d'un foireux décalogue.





Un constat terrifiant parfois pas trop éloigné de nos réalités journalières.

Est t'il encore possible de fuir ce monde pour un ailleurs d'ici... Peut t'on encore retrouver l'enfant enfoui dans les profondeurs ultimes de notre cœur et notre conscience?


Comme vous le dites si bien... Retrouver la capacité de rêver d'une autre vie, une renaissance, un bain de jouvence... tout en se remémorant les pires instants...


Peut t'on croire que le pire est derrière nous... Peut t'on arriver à un tel degré d'abnégation que quasiment rien ne reste plus debout.. et sur quelle espérance s'appuyer à recouvrer la joie de vivre et la sensation de liberté d'exister... ??
Comment rester humain dans un monde qui se déshumanise à grand pas de géant ??


Merci Hubix-Jeee, pour ce partage hautement prémonitoire...
amicalement,
actuaire

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
694 poèmes Liste
6096 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 1er févr à 15:56 Citer     Aller en bas de page

Effectivement, cher actuaire, il y a tant de questions à se poser, sur le sens de tout acte humain, dans ce monde, qui, parfois, s'échappe de la logique, de la sagesse, de l'humanisme...

Pourquoi l'homme, même en minorité, devient-il violent, ne respectant pas le droit d'existence de chacun, en ce monde?

Ici, il s'agit bien d'un homme qui a déjà rencontré le MAL à l'état pur, l'a combattu, en a souffert, s'en est sorti, (mais s'en sort-on vraiment, du mal?), choisit de prendre une pause et fermant les yeux, tout lui revient, se mélange à un futur désiré... peut-être a-t-il un certain âge qui lui permet de penser que le pire est derrière lui...

Je ne parle pas de foi, parce que je considère que cet homme n'a jamais cru en n'importe quel dieu, mais qu'il a toujours cru, peut-être naïvement, je ne sais pas, que l'homme peut aussi être bon, avoir de la compassion, partager ses joies et ses peines et cela peut lui suffire à garder la force qui le maintien en vie et le recul nécessaire pour ne pas juger négativement chaque être humain, même s'il en a connu beaucoup de mauvais...

C'est d'ailleurs, peut-être ce qu'il a enduré qui lui a donné cette force, sans être obligatoirement insensible à tout ce qui l'entoure...

Amitiés...

Hubix.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 320
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0560] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.