Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 324
Invisible : 0
Total : 326
· Rosanna · Episto
12926 membres inscrits

Montréal: 20 oct 21:10:04
Paris: 21 oct 03:10:04
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Lettres ouvertes :: ...sans titre... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Nostalgique


Je suis fatigué par la vie, par le temps, fatigué par les coups perpétuel de mes larmes inscessent.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
159 poèmes Liste
892 commentaires
Membre depuis
25 novembre 2006
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 12 oct à 07:29
Modifié:  12 oct à 11:25 par Emme
Citer     Aller en bas de page

… Cela fait plus d’un an que j’ai rencontré cet homme qui a changé ma vie, qui a su faire naître des sourires sur mes lèvres. Chaque jour passé à ses côtés est un moment de bonheur. Mais comment être heureuse totalement alors que tu es toujours dans un coin de ma tête. Je pense à toi et tout ce que l’on a été, j’ai mal au cœur parce que t’es toujours là, dans mon être tout au fond de moi. Petite femme effrayée par son histoire, je n’ai rien trouvé de mieux à faire qu’à prendre la fuite en espérant voir s’éteindre la flamme. Il ne suffit pas de fixer le soleil pour trouver la lumière. J’ai perdu le fil, parfois j’me dis que je n’aurais pas dû revenir. Il est de ces instant que tu aimerais ne jamais avoir à vivre. Et si je sais depuis que le cœur guérit, qu’en est-il des blessures creusées dans l’âme ? Au moins guérissent-elles, dis-moi, le sais-tu toi, guérit-on vraiment de ce qui ne nous tue pas ? J’ai le cœur mort depuis ce soir de janvier. L’amour s’en est encore allé vers d’autres matins et me voilà seule à compter mes chagrins. La plaie est immense, géante et béante. Elle n’a de cesse de recracher nos souvenirs, nos éclats de sourires et dans un fracas de fous-rires je sens les larmes couler. Et de toi à moi, peux-tu me dire pourquoi il est si difficile pour moi de vivre sans toi ? Je n’en peux plus de ce que tu as fait de moi. Je m’étais juré de ne plus jamais toucher l’obscur, me voilà l’âme criblée de points de suture…

…Ce n’est pas vivre que retenir ses larmes, c’est entretenir son vague à l’âme…

…Je pourrais te conter cette peine durant des heures tant elle est omniprésente, mais si tu vois mon regard briller pendant que je te la raconte, c’est parce que je sais que tout n’est qu’une question de temps. Non tu ne reviendras pas, je l’ai bien compris maintenant. Et puisqu’il ne suffit pas de courir pour semer le vent, comprends que je t’en reparlerai sûrement. Un peu comme on aime se rappeler de vieux souvenirs tant qu’on s’en souvient encore. Je sais que l’amour fait des ravages dans le cœur de celle qui perd celui qui l'aime, mais tu sais que ce n’est pas la première guerre que je mène. Laisse-moi aimer à m’en faire péter les veines. Et si je m’efforce tant à lutter contre l’obscurité, c’est pour mieux m’en aller percuter le soleil. Mon monde entier a enfin compris que tu ne reviendras plus. Désormais tu sais comment je vais, tu ne peux plus prétendre ne pas être au courant de ce qui se passe au fond de moi. Le soleil se lève doucement, mais la tempête est toujours là. Les bruits des balles au son de tes éclats de rires sifflent à mes oreilles et dans le labyrinthe que j’ai dans le crâne, parfois je peine à trouver le sommeil. Mais comme Alice, je m’en vais visiter le pays des merveilles, et s’il n’existe pas, je le créerai moi-même…

  Nostalgique
Maschoune

Modératrice
Impossible d'afficher l'image
Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
159 poèmes Liste
8062 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
20 octobre
  Publié: 13 oct à 02:13 Citer     Aller en bas de page

Belle écriture, à n'en pas douter ...

  ISABELLE
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 91
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0401] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.