Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 24
Invisible : 0
Total : 25
Équipe de gestion
· Maschoune
13206 membres inscrits

Montréal: 20 sept 02:01:53
Paris: 20 sept 08:01:53
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Retour des vagues Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
4529 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 22 jan à 02:47
Modifié:  22 jan à 10:13 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

 

Retour des vagues
 
Je voguais sur les flots démontés des stupeurs
toute amarre lâchée et d’humeur raboteuse
L’heure avait aboli dedans ma tête creuse
le miel des souvenirs et mille autres douceurs

Un balancement lent coulait sa longue houle
Les vagues s’élevaient jusqu’à vaincre mes pieds
leurs tumultes chantaient les côtes magnifiées
et là, je m’enivrais de lueurs qui roulent

Gouttes d’or et couleurs illuminées d’azur
je goûtais sobrement des mouettes moqueuses
le rire acidulé agitant les muqueuses
surprises de l’esprit s’affolant dans l’air pur

Et dans cette heure prête à me soûler de doutes
alors que je couvais de malingres désirs
j’avais le nez gonflé d’effluves à bénir
refuges pour un jour des splendeurs en déroute

Le fleuve redouté des questions sans réponses
montrait ses maigres bras - des douceurs de coton
pour éponger le fiel qu’emportait ma raison
en putrides pensées râpées de pierre ponce

La passion envolée loin des portes des yeux
le sang marmoréen des songes cathartiques
lavait l’âme au flot clair des lendemains éthiques
J’avais dû succomber aux flux crevant mes cieux

Bien plus tard je touchais la rondeur sablonneuse
d’un long rivage clair où mon songe affalait
enfin ses voiles nues De ce havre j’allais
explorer les lenteurs de mes pensées rêveuses

Aux bruits sains du repos sur ces rives de fleurs
mon esprit peu à peu oubliait ses déboires
les heures agitées et les noires mémoires
pour ne plus penser qu’à ce beau temple d’odeurs

Le ciel de feu les eaux bleutées lueurs des nacres
espérées le cœur à l’ancre et le temps venu
d’enfin poser en ces instants un air connu
qui peut me soulager de quelques simulacres

À terre le retour désiré et goûté
avait la bonté pour en tout me satisfaire
comblant par la beauté des magnifiques sphères
et sa calme nature mon âme de damné

Kehl, le 19 janvier 2019


 

  La vie commence à chaque instant.
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 22 jan à 02:57
Modifié:  22 jan à 04:14 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Salut Broth', il était temps de jeter ton ancre...le voilier a viré ses bords et surmonté les vagues amères,...Une damantion à la "Flying Deutchman"....mais tu connais l'histoire...


Spassibo...pour cette lecture d'un matin déjà bien avancé...

Paka....

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
114 poèmes Liste
1764 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 22 jan à 03:12 Citer     Aller en bas de page

Cc JB
Une magnifique poésie pour ne pas changer.
Tu m'as donné du fil à retordre, tu te doutes bien pourquoi. PGV championne en ... ,,, !!! s'étouffe quand il n'y en a pas
Excellent exercice pour moi au demeurant et autre manière d'aborder l'écriture de la poésie.
Quoi qu'il en soit, toujours un régal de te lire avec ou sans ... ,,, !!!
Bisous

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
205 poèmes Liste
11297 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 22 jan à 07:36 Citer     Aller en bas de page

Tu nous chahutes avec tes mots, passant de l'ombre à la lumière, du sombre au clair ... On suit le mouvement des vagues...

Merci pour cette lecture JB

  ISABELLE
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
4529 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 22 jan à 08:25 Citer     Aller en bas de page

@ Riaga, Mawringhe, ODIN, Drôle d'oiseau et Maschoune, merci d'avoir marché sur mes eaux.

Riaga, je ne mets pas trop d'ancre, deux fois la longueur de ma nef... pour repartir plus vite, au risque de dérader.

Mawr, ma chère dans l'ordre : souffle, idée et technique. Un pas de plus. Alors les points et les virgules, ce ne sont que des figurants.

ODIN si tu le dis...

Maschoune, n'oublie pas tes lunettes de soleil !

Drôle d'oiseau, merci. Attends, je regarde mes chevilles...

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15601 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 22 jan à 12:28 Citer     Aller en bas de page

magnifique
amicalement

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
149 poèmes Liste
4185 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
10 septembre
  Publié: 22 jan à 15:31 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Jean-Baptiste

La tempête et le calme. Au risque de l'épuisement succède une douce ataraxie loin des courants contradictoires.

Amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
11 septembre
  Publié: 22 jan à 16:32 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir JB,

Superbe !
Bravo !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
4529 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 23 jan à 01:24 Citer     Aller en bas de page

@ Prune, Drôle d'oiseau (bis), mido ben, Jean-Louis et Sybilla ("Cependant la sybille au visage latin, etc.", - désolé Sybilla, je ne peux m'empêcher d'y penser - Delfica, de Nerval)

J'aime vos commentaires, y lire que ce que je vous ai livré plait. Un merci singulier JC,
Jean-Louis, n'oublie pas qu'un c'est un rêve... et ajoute à cela que je ne réfléchis pas trop lorsque j'écris. Na !

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
149 poèmes Liste
4185 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
10 septembre
  Publié: 23 jan à 03:16 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Jean-Baptiste,

Rêve ou pas je maintiens mon commentaire; je dois trop réfléchir.
JLOUIS

  Poésie, la vie entière
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
84 poèmes Liste
809 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 23 jan à 03:26 Citer     Aller en bas de page

Magnifique! Et en plus tu as le pied marin !
J'aime cette citation de Kersauson: " En mer, je retrouve ma langue maternelle: le silence."

  SHElene
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
4529 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 23 jan à 04:44 Citer     Aller en bas de page

@ Jean-Louis et SHElene, merci.

Jean-Louis, je n'avais pas compris que tu n'avais pas compris. Ton post précédent ne le disait pas. Peut-être es-tu frappé d'ataraxie profonde ?

SHElene,
J'adore la mer et naviguer.
Pourtant Kersauson n'est pas particulièrement muet (voir les grosses têtes).

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Chara... bia
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
58 commentaires
Membre depuis
3 février 2018
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 25 jan à 19:19 Citer     Aller en bas de page

J'y suis. Les bras d'une mer qui vient bercer son enfant.
Merci, c'est très beau JB
Bises

  Plus vieille que ma grand-mère, moins sage que mes enfants
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
2580 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
1er septembre
  Publié: 26 jan à 03:31 Citer     Aller en bas de page

Le charme de ton écrit JB !
Tu te livres corps et âme aux mots qui te guident vers cet horizon qui nous libère et nous fait entrevoir une liberté exaltante

Il y a de la puissance à vouloir y aller coût que coût...


À lire et nous voici embarqué


Vite au prochain départ


marchepascal

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
4529 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 27 jan à 11:02 Citer     Aller en bas de page

@ Chara...bia et marchepascal, merci.

Chara...bia, tu essuies... presque. Ton compliment me va droit au cœur (et tu sais quelle épaisseur il y a pour l'atteindre) .

marchepascal, liberté... chairement acquise.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Chara... bia
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
58 commentaires
Membre depuis
3 février 2018
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 7 févr à 15:58 Citer     Aller en bas de page

Quelle épaisseur ? 😊

  Plus vieille que ma grand-mère, moins sage que mes enfants
Myo


Le bonheur se trouve comme un myosotis, tout petit, tout gentil dans un coin de la vie...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
215 poèmes Liste
3994 commentaires
Membre depuis
14 juin 2004
Dernière connexion
16 septembre
  Publié: 8 févr à 13:26 Citer     Aller en bas de page

Un lâcher prise qui fait du bien ...
la recherche d'un accord parfait qui soudain résonne de beauté.

Très joli

Myo

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
4529 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 9 févr à 06:15 Citer     Aller en bas de page

@ Chara...bia et Myo, merci.

CB... pas du muscle en tout cas.

Myo... c'est exactment ça.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
3741 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 9 févr à 09:47 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Jean-Baptiste,

Je viens me recueillir sous tes vagues retournant... en espérant y goutter toutes les effluves de ma mer adoré.




Je voguais sur les flots démontés des stupeurs
Gouttes d’or et couleurs illuminées d’azur
Et dans cette heure prête à me soûler de doutes
Le fleuve redouté des questions sans réponses
La passion envolée loin des portes des yeux
Bien plus tard je touchais la rondeur sablonneuse
Aux bruits sains du repos sur ces rives de fleurs
Le ciel de feu les eaux bleutées lueurs des nacres

À terre le retour désiré et goûté
avait la bonté pour en tout me satisfaire
comblant par la beauté des magnifiques sphères
et sa calme nature mon âme de damné




Sur ce long fleuve, pas toujours tranquille, coule et s'écoule les méandres avec leurs temps d'émerveillement, de doutes et de certitudes et tous ces instants de stupeur ou de questionnements...

Aux bruits sains du repos s'ensuit, après la rougeur des passions sur les rives fleuris sous un ciel en feu, le silence du guerrier comblé par la beauté des sphères apaisées par ces flots d'effluves calmantes et de liberté enivrante... le bruit assourdissant du silence des vagues retournant...

Un accord plus que parfait... la beauté des mots sous ta plume poétique.

Bien à toi ami de la poésie,

Etienne

PS... Est-ce que le Boulanger est en grève?

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
4529 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 9 févr à 10:56
Modifié:  9 févr à 10:56 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Merci Étienne, je lis à travers ces lignes le commentaire de quelqu'un qui s'est frotté à la vie qui n'est pas toujours un fleuve impassible, pour reprendre une expression rimbaldienne.

Le boulanger s'occupe de la boulangère, et le pain a trop gonflé.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 252
Réponses: 19
Réponses uniques: 12
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0691] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.