Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 318
Invisible : 1
Total : 321
· Cidnos · Pascal
13090 membres inscrits

Montréal: 24 mars 15:53:19
Paris: 24 mars 20:53:19
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Deux et deux font ...nous ! Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
137 poèmes Liste
3181 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 27 jan à 11:15
Modifié:  27 jan à 13:47 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page



Il avait refermé le livre,
plié deux pages entre son pouce et son index,
laissant une tache sanglante sur le vélin.

Comme il est triste, le mot "FIN"...

Il ne lui restait plus que ce dégoût au ventre creux.

Dévorantes, écœurantes,
ces âcres suavités,
douceâtres à vomir.


Fuir encore et encore.
Mais où ?
Plus d'attaches,
c'est la Fuite Impossible...


Vous êtes silencieux.
Sourds à mes appels.
Pourtant vous êtes là...

De douter de votre amour immense
qui jamais ne s'est tu,
je m'en veux...

Et soudain, j'ai compris,
et le mur est tombé.
Ce mur de l'invisible,
mirador d'un cauchemar,
une illusion d'optique
dans l'utopie des impostures.


"Vous ne m'aurez pas !"


Et d'entendre à nouveau, ce qui rend forces et vie
quand le mal est au puits,
pour abattre le monstre qui a une belle gueule d'ange.

Moi et l'Autre, comme deux et deux font Toi,
avec tes mal-appris, tes mépris, qui condamnent
avec une légèreté grisante,
élan moqueur;
presque tendre.

"Protège, profite et aime, laisse tomber le reste".

Il n'empêche que l'on souffre,
chaque marche est défi,
chaque pas, un heurt,
un pari dans Paris
qui manque à mes artères
en ses îles et ses quais,
ses places et ses ponts
et ces grandes avenues traversées en courant
avec nos insouciances et cette gaîté railleuse
qui se fiche dans la chair de tout ce lumineux
où se baignent mes Chers.

Direction le Sud et une autre île où je berce vos rêves :
les Sanguinaires me rappellent à vos sourires,
dans une mer étale
où je voudrais plonger
et mourir pour revivre avec vous...

Ainsi deux et deux feront Nous !







Riagal - le 27 janvier 2019 -

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
228 poèmes Liste
15047 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
24 mars
  Publié: 27 jan à 11:19 Citer     Aller en bas de page

sublime

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
137 poèmes Liste
3181 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 27 jan à 14:01 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous deux, Mido et Odin...touché...: -)
( et à une certaine Sist' qui a essayé de corriger ce texte pas facile, genre Champollion - private joke ; -))...j'ai donc repris les "coquilles"...ms je me sens encore plus "décalé" vu que j'avais mis 2017...^^)....alors qu'il viennent de naître, ces mots...

Bonne soirée...!

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
14061 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
23 mars
  Publié: 27 jan à 16:20 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Raga,

Magnifique !
Bravo !



Belle soirée !
Toutes mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
203 poèmes Liste
3529 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
24 mars
  Publié: 28 jan à 02:14 Citer     Aller en bas de page

Oh oh oh ! Ça sent le vécu là !

Des problèmes de moi, de nous, de on, de jeux... entre nous.

Finir un livre
Finir une relation
Finir une vie
C'est saignant.

J'aime bien que tu finisses Piéton de Paris, dans l'émotion.

Du Riaga pur sucre !

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
137 poèmes Liste
3181 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 28 jan à 10:24
Modifié:  28 jan à 10:49 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Sybilla


Bonsoir Raga,

Magnifique !
Bravo !



Belle soirée !
Toutes mes amitiés
Sybilla


Je sais pas si je mérite ces éloges, dear Sybilla maisça me fait évidemment plaisir, cela prouve que tu as perçu ce "quelque chose" que je voulais transmettre et ça, c'est toujours plus qu'une décoration ; -)....
Amitiés chaleures, itou.....

Citation de In Poésie
Oh oh oh ! Ça sent le vécu là !

Des problèmes de moi, de nous, de on, de jeux... entre nous.

Finir un livre
Finir une relation
Finir une vie
C'est saignant.

J'aime bien que tu finisses Piéton de Paris, dans l'émotion.

Du Riaga pur sucre !

Bizzz JB


Olan tu t'aventures en terrain miné mon JB....Mes textes ne sont pas à autopsier;...c'est chambre froide garantie...; -)

Non, c'est pas du "vécu" cru, j'aime pas me livrer, ce qui est intime le reste.
Sinon, il y a toujours une part de tranche de vie et de nous, je, moi, ten vous dans mes écrits...(je suis trop jeune pour faire une autobiographie ^^...et pis quel intérêt).
Tu pioches ce que tu veux of course, et comprends qui veut ou qui peut ou est touché ou pas...
Le reste...bah !
Et je ne donnerai aucun indice même sous la torture...:
Mas t'as raison sur un point pris à l'envers, les fins me glacent...alors je ne me laisse pas le temps d'un repos...et je continue subito...(les livres, l'Immortelle et tutti quanti..) et sur Paris, ma ville que je connais mieux que mes poches.

Riagak'aime pas le sucre...(je suis plutôt piment...; -)

Spassibo pour ta venue, pour être allé jusqu'au bout....de la fin pour un recommencement ....

(je crois pas avoir été très clair, là, mais osef...)
Paka, l'ami !....: -)


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
203 poèmes Liste
3529 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
24 mars
  Publié: 28 jan à 10:51 Citer     Aller en bas de page

T'es comme moi boy, tu n'expliques pas tes textes.
Pas grave, plus qu'une analyse, c'est mon ressenti, c'est ce que le miroir que tu tends me renvoie.

V'la. osef.

Bizzz paka etc. JB

  La vie commence à chaque instant.
Catwoman

Administratrice


« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
433 poèmes Liste
8422 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
23 mars
  Publié: 28 jan à 14:19
Modifié:  28 jan à 14:20 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Moi aussi, suis plutôt piment 🌶 mais sous le soleil.
Je pensais à toi ce week-end en allant travailler.
A Medeleine, je me suis retrouvé devant le Pouchkine.

Moi je t'offre mes je-nous (oui, c'est un peu facile, j'en conviens) . Pas sûr qu'ils soient confortables mais on se donnera le temps de déguster tout le thé d'un bon grand Samovar. Comme je ne suis pas sourde et que j'écoute beaucoup, ça tombe bien

Kiss 💋 kiss 💋

 
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3847 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
23 mars
  Publié: 29 jan à 04:41 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Riaga,

Il y a une énigme Riaga là ou le visage de l'autre est toujours présent.
Amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
3545 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
24 mars
  Publié: 31 jan à 18:35
Modifié:  3 févr à 19:11 par actuaire
Citer     Aller en bas de page

Bon Jour Cher ami Riaga,


Après plusieurs lectures, un fort ressenti prend progressivement forme dans ma tête… une impression que de multiples ruptures dysharmoniques traversent de leurs empreintes le cheminement de cette narration hermétique et éminemment intimiste…. Mais tellement passionnant à lire.

Une première rupture au niveau du corps et son esprit… un corps visiblement fatigué par opposition à un esprit bouillonnant d’agilité et de créativité potentielle.

Suivie d’une deuxième rupture entre l’esprit et son ’âme… Une âme dégoutée du travail minable et pécunier effectué par cet esprit brillant.

Et finalement une rupture entre le ressenti du cœur et les sentiments extériorisés…




Mais soudain la lumière surgit … et le mur tombe… Ce mur de l'invisible, mirador d'un cauchemar, une illusion d'optique dans l'utopie des impostures.

"Vous ne m'aurez pas !"


Un cri de libération… une symphonie magique qui fait tabula rasa des dysharmonies.



La fuite devient possible… La fuite vers un ailleurs d’ici… en finir avec ces attaches qui corrompent l’âme… retrouver l’enfant enfoui au plus profond de nous.
Direction le Sud (la Corse) et une autre île où je berce vos rêves : les îles Sanguinaires près de Ajaccio, qui me rappellent à vos sourires, dans une mer étale où je voudrais plonger et mourir pour revivre avec vous...



Ainsi deux et deux feront Nous !


Cher ami et frère poétique, c’est toujours un immense plaisir de te lire et un énorme risque de te commenter car tes écrits sont de vrais dédales où le cœur, l’esprit et la culture se bousculent dans un espace-temps poétique complètement chamboulé.

Mais j'ai malgré tout une forte sensation que le paragraphe qui suit est un axe moteur dans votre quête.

Comprendre les expériences historiques antérieures, qui sont à prendre comme des témoins de nous-mêmes, c'est tracer dans le « désert de l'absence de soi-même » un chemin par lequel, en se rapprochant de soi, on ouvre un espace de liberté et donc de créativité plus grand.... La possibilité d'une ouverture à d'autres horizons... une évolution par escalier de transition vers un meilleur futur (collectif et individuel)...

Comme quoi il se peut fort bien qu'il y ait des mathématiciens qui savent faire des lectures littéraires ultra complexes et des littéraires qui arrivent à prouver que deux plus deux fait n+o+u+s dans un espace de Minkovski... Sourires...

N'étant malgré tout pas du tout sur de mon analyse... j'ai volontairement laissé tomber un large pan de mon comment...

Bien à toi.
Etienne

PS : J’ai pris une dizaine de jours de vacances dans une île de l’océan atlantique pas trop éloignée de la côte africaine… Raison de mon comment tardif…

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 271
Réponses: 9
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0507] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.