Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 761
Invisible : 0
Total : 763
· Rose-Amélie
Équipe de gestion
· Catwoman
13152 membres inscrits

Montréal: 1er avr 14:02:37
Paris: 1er avr 20:02:37
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: L'univers ne sait pas Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Elodie Daraut


Rend toi fière
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
148 poèmes Liste
647 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
30 mars
  Publié: 18 mars 2019 à 08:40
Modifié:  20 mars 2019 à 11:35 par Elodie Daraut
Citer     Aller en bas de page

Je suis au banc de sable
Malade et fatigué
Ma marche interminable
Vas-tu te terminer ?

Mon pas s'enfonce et la
blondeur inconsolée
Me rappelle ton corps
Par le sol avalé

Vais-je mourir encore
Au pied de l'absolu
Je souffre mille morts
Depuis que tu n'es plus

Ma marche, était hier
Altière tant elle était
Enviable, douce, légère
Quand tu me regardais

Ma marche est à présent
Lourde sans grâce aucune
Le vide m'emplissant
De tout ce que nous n'eûmes

Tes yeux sont l'océan
Où je me consolais
Ta bouch' que j'aimais tant
Enfuie évaporée

Pourquoi me laisses-tu
Où rien ne peut renaître
Sans toi je ne suis plus
Et je ne veux plus être

Je traverse ce monde
Misérable sans toit
Car tout ce qui y compte
C'est l'absence de toi

  ⠨⠺⠓⠕ ⠙⠑⠑⠍
philoulune

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
69 commentaires
Membre depuis
15 mars 2019
Dernière connexion
23 octobre 2019
  Publié: 19 mars 2019 à 02:18 Citer     Aller en bas de page

Bonjour !!!

Sublime ode à la souffrance de l'absence !
J'ai bien aimé la nostalgie de la présence de l'être aimé, dans des vers cours et pertinents.
Merci !

  Demain dés l'aube
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
3741 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
29 mai 2019
  Publié: 19 mars 2019 à 05:27
Modifié:  26 mars 2019 à 11:18 par actuaire
Citer     Aller en bas de page

Datura, Bon Jour


Je l'ai mis dans mes favoris (autres).

Cet écrit m'émeut et chamboule mon cœur, ma raison et mon être tout entier.


Je ne saurai dire si votre écrit exprime une nostalgie de la présence, de l'absence d'un être aimé.
C'est possible...

Mais je sens quelque part sous l'épiderme de vos vers une autre profondeur... comme si vous vous substituiez à la mère Nature qui souffre....


Me rappelle ton corps,
Par le sol avalé

Pourquoi me laisses tu
Ou rien ne peut renaitre
Sans toi je ne suis plus
Et je ne veux plus être




Je traverse ce monde, misérable sans toit
Car tout ce qui y compte, c'est l'absence de toi.

Comme si tu parlais de la couche d'ozone nécessaire au maintien du Vivant sur cette planète déroutée par des humains qui semblent avoir perdu le Nord.

Datura, merci pour la mise en partage.

actuaire

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Rose-Amélie

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
1075 commentaires
Membre depuis
1er mars 2019
Dernière connexion
1er avril
  Publié: 24 mars 2019 à 18:59
Modifié:  25 mars 2019 à 07:17 par Rose-Amélie
Citer     Aller en bas de page

Cher poète, ami-dans-les-mots,

Chaque strophe renforce pour moi l'effet créé par la précédente, la forme est vivante, on lit le tout sans heurter sur rien.

Citation de Datura.
Ma marche est à présent
Lourde sans grâce aucune
Le vide m'emplissant
De tout ce que nous n'eûmes

Rempli par le vide, l'art de l'oxymore sans que cela ne paraisse, ''ce que nous n'eûmes'', c'est magnifique, j'aime, c'est tout.

Amitiés
Rose-Amélie

  🌷
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 307
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 3 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0281] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.