Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 191
Invisible : 0
Total : 191
13154 membres inscrits

Montréal: 8 déc 14:59:59
Paris: 8 déc 20:59:59
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Sang-carnation Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
192 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
7 juillet
  Publié: 2 avr à 12:17 Citer     Aller en bas de page




Sang-carnation


Pour les coups de bouche
Je suis sans cœur...
Pour les coups de chair
Je suis sang mort...

Pour tant et tant

Le Sous-bois
L’Homme-nie-présent
Désincarné

Née-en-moins

Parfois...

Les coups ont du cœur
Ils se blottissent
Comme des blessés
Sous les combles
Dans l'obscur
Dans l'inavoué

Attendant d'accomplir leurs destinés

"Ô las mémoire !
Les Moires sont à l'affût
De l'Histoire
Des Heures
De l'inévitable"

Morte langue
La Nona court en artères

Frénétiquement

Et je plonge...

Et je vole...

Pour le meilleur
Pour le rire
Le rien
L'acte
Indocile
Aérien
Contradictoire

Et je vole...

Et je plonge...

Frénétiquement

Inversion des pôles

L’abysse est en haut
L’illumination est en bas

Magnétisme en vers
Vers l’uni

Morte en haut
Vivante en bas

Sous la tombe
Creusant une galerie

Sous les bombes
Menant au filon

Sous un linceul
Les mains dans la boue

J’ai trouvé
Un Chef-d’œuvre
Rare
Précieux

C’était un cœur
Bleu nuit
Embourbé

Et...

Il battait

Battait... battait... battait... battait... battait...

Et...
(Depuis)

Je ne suis plus
Sans cœur...

Mais je reste
Sang mort...




  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 2 avr à 16:25 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Saphariel,

De belles images poétiques !



Bonne soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
3741 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 16 avr à 05:52
Modifié:  16 avr à 07:39 par actuaire
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Saphariel,


Toujours un vrai challenge de vous commenter.

Les trois Moires, en charge des heures de l’inévitable, attendent d’accomplir leur destinée respective. Car elles se succèdent, déjà dès la naissance, durant toute une vie et finalement en ce moment fatidique du retour au néant.



Ô las, mémoire Humaine !

« La Nona » court dans nos artères frénétiquement.

« Nona autem senectus intelligitur,
In qua sol velut ab alto axe descendit,
Quia ea aetas a calore iuventutis defecit. »*




Et en ce moment fatidique s’accélèrent les mots, se bousculent les idées et les principes, s’entrechoquent le réel et l’imaginaire et tout devient poésie telle que chacun d’entre nous l’aime…



Ô Inversion des pôles.


L’abysse est en haut. L’illumination est en bas
Magnétisme à l’envers. Morte en haut. Vivante en bas

Sous la tombe creusant une galerie
Sous les bombes menant au filon
Sous un linceul les mains dans la boue

J’ai trouvé Un Chef-d’œuvre Rare Précieux
C’était un cœur Bleu nuit
Embourbé. Et... Il battait

Et...(Depuis)

Je ne suis plus Sans cœur...
Mais je reste Sang mort...






Un poème superbe et d'une force explosive inouïe dans la deuxième partie.

Un grand plaisir de vous lire... au départ un challenge de vous commenter... à la fin un réel plaisir.

Bien à vous Saphariel.
Amicalement
actuaire

*
La neuvième heure symbolise la vieillesse
Qui perd de son ardeur de jeunesse
Tel le soleil décline de son point le plus haut

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
192 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
7 juillet
  Publié: 18 avr à 08:31 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Actuaire,

et bien, je trouve que le challenge est plus que réussi... tu lis, tu entends, tu vois et ressens... puis tu commentes... j'aime le tout, je veux dire ta façon de faire... merci infiniment pour tout ça... j'apprécie...

« Nona autem senectus intelligitur,
In qua sol velut ab alto axe descendit,
Quia ea aetas a calore iuventutis defecit. »*



  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
192 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
7 juillet
  Publié: 23 mai à 12:13 Citer     Aller en bas de page

Oups ! Sybilla j'ai oublié de te remercier de ta présence... voilà qui est fait...

  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 224
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0287] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.