Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 44
Invisible : 0
Total : 45
· Lapoètesse
13126 membres inscrits

Montréal: 24 avr 18:23:09
Paris: 25 avr 00:23:09
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Votre poison d'avril Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Shaula


Seuls les coeurs des vrais amants jamais ne se rident...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
166 commentaires
Membre depuis
22 février
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 14 avr à 07:47
Modifié:  14 avr à 10:24 par Shaula
Citer     Aller en bas de page



J'ai bu votre poison d'avril à vos prunelles
Mes pieds s'endormiront en des bras paternels
Ce gouffre m'est cul de sac je n'en serai maîtresse
Votre cœur fou bivouac baisant moult prêtresses !

Insondable tristesse condamnez-moi à coudre
L'édredon de tendresses parant les coups de foudre
Quand ce songe édénique où les lianes de ses bras
Remontent le long du palme me tendant le coprah !

Ne palpez plus le galbe de mes seins interdits
Car la lame du sabre écourterait la vie
De l'oiselle déposée dans le creux de vos mains
D'où déversent des larmes à en boire le salin.



  On ne se rend compte du véritable bonheur qu'après l'avoir perdu...
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
2534 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 14 avr à 08:11 Citer     Aller en bas de page

Cela me plaît les trois strophes !
Leurs caractères énergiques bousculent poétiquement les directions...
Le sens s’empare des mots, c’est époustouflant !


Merci pour ma lecture

Bon dimanche Shaula


marchepascal

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
214 poèmes Liste
3787 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 14 avr à 10:02 Citer     Aller en bas de page

Citation de Shaula

Insondable tristesse condamnez-moi à coudre



En pleine inspiration homérique... ce poison que Pénélope n'a pas voulu consommer.

"Car la lame du sabre écouterait la vie "

Écouterait ou écourterait ?

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
3663 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 14 avr à 10:40 Citer     Aller en bas de page


Insondable tristesse condamnez-moi à coudre
L'édredon de tendresses parant les coups de foudre
Quand ce songe édénique où les lianes de ses bras
Remontent le long du palme me tendant le coprah !

Ne palpez plus le galbe de mes seins interdits
Car la lame du sabre écourterait la vie
De l'oiselle déposée dans le creux de vos mains
D'où déversent des larmes à en boire le salin.



Silence... lisez, inhalez et respirez, admirez et contemplez, vivez tout simplement cette beauté en crescendo de flots de mots. Et laissez vous bousculer et emporter par la force, la vérité des battements du cœur, l'essence vitale de toute humanité.
Merci Shaula pour ce superbe partage.

actuaire

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
229 poèmes Liste
15177 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 14 avr à 13:05 Citer     Aller en bas de page

bonne reponse poètique
bonne soiree

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
14440 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 14 avr à 16:42 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Shaula,

Une poésie de toute beauté !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Shaula


Seuls les coeurs des vrais amants jamais ne se rident...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
166 commentaires
Membre depuis
22 février
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 15 avr à 03:45
Modifié:  Hier à 03:14 par Shaula
Citer     Aller en bas de page

Bonjour à tous,

Merci pour votre venue sous mes lignes

Marchepascal,
Les histoires d'hier prennent une tournure insoupçonnable. Une sorte de délivrance qui amène cette facilité à exprimer les mots, moins "durs" cependant avec le recul.

JB,
Sympa j'ai pu faire la correction.
Je crains que Pénélope ait mis plus de temps, la malheureuse. Mais, l'idée est bien là !

Actuaire,
Laissez-moi vous remercier doublement pour ce superbe commentaire.

Mido ben,
Ce texte-ci 'est plus qu'une réponse, j'avais un certain Avril "in memories".

Sybilla,
C'est certain que cela fait du bien d'exhorter de la sorte et désormais passer à autre chose...
Comme écrire, aimer... Là, j'avoue qu'il y a plus de "beauté"


Bien cordialement à vous tous

  On ne se rend compte du véritable bonheur qu'après l'avoir perdu...
Shaula


Seuls les coeurs des vrais amants jamais ne se rident...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
166 commentaires
Membre depuis
22 février
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 17 avr à 05:22 Citer     Aller en bas de page

Bonjour cher poète,

Il est vrai que j'ai pris un rythme plus large...et qui sait si ce n'est une sorte de transition au présent qui "pourrait" ou saurait servir d' intermède à un interminable exil...à suivre.

À vous lire très bientôt



  On ne se rend compte du véritable bonheur qu'après l'avoir perdu...
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
178 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
23 avril
  Publié: 18 avr à 09:24 Citer     Aller en bas de page

Bel écrit... de belles et fortes images... une lecture très appréciée...

  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
Rose-Amélie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
347 commentaires
Membre depuis
1er mars
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 18 avr à 09:34 Citer     Aller en bas de page

Belle richesse, littéraire et recherchée! Merci pour le coprah.

Sincèrement,

Rose-Amélie


 
doux18

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
312 commentaires
Membre depuis
4 septembre 2016
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 19 avr à 09:19
Modifié:  19 avr à 09:22 par doux18
Citer     Aller en bas de page

Les sensations s'entrechoquent, l'amour devient venimeux...

C'est riche, foisonnant et ça ne me laisse pas indifférent !

Merci Shaula pour ce très beau partage.

Pierre-Emmanuel

 
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
246 poèmes Liste
16094 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
20 avril
  Publié: 20 avr à 03:23 Citer     Aller en bas de page

Le dire c'est bien, l'écrire c'est mieux...et de quelle belle manière....

Bravo

des

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Shaula


Seuls les coeurs des vrais amants jamais ne se rident...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
166 commentaires
Membre depuis
22 février
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 20 avr à 21:58
Modifié:  Hier à 03:15 par Shaula
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir à vous tous,

Saphariel, Rose-Amélie, Pierre-Emmanuel et Guid'O

Grands mercis pour chacune de vos lectures appréciées.

Bien cordialement !

  On ne se rend compte du véritable bonheur qu'après l'avoir perdu...
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
302 poèmes Liste
17525 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 21 avr à 08:48 Citer     Aller en bas de page

Je vous découvre et savoure vos mots

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Shaula


Seuls les coeurs des vrais amants jamais ne se rident...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
166 commentaires
Membre depuis
22 février
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 21 avr à 09:39 Citer     Aller en bas de page

Citation de Bestiole
Je vous découvre et savoure vos mots




Ça me touche, encore des mercis d'apparaître sous mes lignes

Bien cordialement Bestiole !

  On ne se rend compte du véritable bonheur qu'après l'avoir perdu...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 216
Réponses: 14
Réponses uniques: 11
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0742] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.