Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 447
Invisible : 1
Total : 449
· Lachésis (Moirae)
13141 membres inscrits

Montréal: 22 févr 14:27:07
Paris: 22 févr 20:27:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: S'écouler Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
199 poèmes Liste
5150 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 février
  Publié: 27 mai 2019 à 12:15 Citer     Aller en bas de page


          S’écouler

          Regard (é)coulé
          d’un rien
          C’était l’été

          Peux-tu voir
          dans le frémissement certain
          le doute
          avant la raison ?
          Sans doute

          Dans l’étincelle
          le spectacle vital
          du plaisir coruscant
          vague irrépressible d’irraison
          brûle

          Voilà bien le temps fatigué
          et son écoulement irréfragable
          Non
          Je ne nagerai pas contre

          Le siècle n’attend pas
          la chronique divisée
          par mes états d’âme
          commencement sans fin

Kehl, le 1er février 2019



  La vie commence à chaque instant.
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14983 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
14 février
  Publié: 27 mai 2019 à 15:00 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir JB,

Et le temps s'écoule doucement en ta très belle plume !



Bonne soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
16014 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
22 février
  Publié: 27 mai 2019 à 17:06 Citer     Aller en bas de page

fluide

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
272 poèmes Liste
9082 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
22 février
  Publié: 28 mai 2019 à 01:42 Citer     Aller en bas de page

bonjour JEAN BATISTE
21 lignes inhabituelles
sans césures bien sûr.
tu n'y es pour rien.

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
199 poèmes Liste
5150 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 février
  Publié: 28 mai 2019 à 01:48 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous, Sybilla et mido ben.

samamuse, forme inhabituelle ? Ah ben ce doit être un poème écrit par mon garagiste, ou mon kiné. Faut que je vérifie. Je m'a dû tromper.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
97 poèmes Liste
687 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
21 février
  Publié: 28 mai 2019 à 03:24 Citer     Aller en bas de page

Bon il vaut mieux s'écouler que s'écrouler, mes grands-parents disaient sur leurs vieux jours: on est pas du siecle, on est des momies. Je réalise que je pourrais dire que je ne suis pas du millénaire.
J'aime bien ton poème.

 
Adria d'Orances


Recueil de poésies érotiques édité ...... (voir mon profil)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
867 commentaires
Membre depuis
9 mars 2016
Dernière connexion
22 février
  Publié: 28 mai 2019 à 05:04 Citer     Aller en bas de page


Forme atypique. De la différence née la richesse.
Rien ne sert de nager à contre-courant, cela épuise et fait peu avancer.
Touchée... mais pas coulée.

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
293 poèmes Liste
5283 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
21 février
  Publié: 28 mai 2019 à 05:26 Citer     Aller en bas de page

S’écouler

Regard (é)coulé
d’un rien
C’était l’été…….. .Tu es encore dans l'été.

Peux-tu voir
dans le frémissement certain
le doute ……….. .Ton cœur refuse l'évidence du temps[.
avant la raison ?
Sans doute

Dans l’étincelle
le spectacle vital
du plaisir coruscant
vague irrépressible d’irraison……….toujours l'irrationnel du cœur..
brûle

Voilà bien le temps fatigué
et son écoulement irréfragable
Non
Je ne nagerai pas contre……...…..Un peu de résignation chuchotée par la raison.

Le siècle n’attend pas
la chronique divisée
par mes états d’âme
commencement sans fin...….tu n'as pas fini avec la méditation, la vieillesse arrive

Kehl, le 1er février 2019

j'ai compris ton poème de cette manière!

Amitiés

Yvon


  YD
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
199 poèmes Liste
5150 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 février
  Publié: 28 mai 2019 à 09:26
Modifié:  28 mai 2019 à 09:28 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Merci à vous, toutes et tous.

Cerdick, Oui, il s'agit en effet d'une réflexion, devant un choix fondamental à mes yeux, choix dans lequel le temps qui passe est un élément déterminant, surtout sous son aspect temps perdu, une sorte de fin du temps, par opposition à tout ce qui peut être vu comme un commencement. "Sous le Pont Mirabeau coule la Seine..." Et il ressort que la meilleure manière de donner du temps au temps est de ne plus en perdre. Mes états d'âme qui comptent trop le temps ne vivent pas, pas de comptabilité... il faut vivre. Voir ma signature : La vie commence à chaque instant. J'ai aimé ton commentaire éclairé, et assez juste. Enfin, merci de me reconnaître de l'originalité. Mais n'en avons-nous pas tous ?

Fried, le temps perdu n'est-il pas un effondrement, un écroulement de la durée ? J'aime que tu aimes bien.

Adria d'Orances, bien "née"... si je vous ai touchée, rien n'aura été volontaire. À propos de la forme de ma poésie (samamuse en a déjà parlé ci-dessus et je l'ai un peu charrié), je ne crois pas qu'il y ait une forme standard chez moi. Je passe allègrement des formes classiques, pour des raisons que j'ai cent fois expliquées, à des formes contemporaines, sans lever un sourcil. Tout dépend du sujet, de mon humeur, de la charge sémiotique des images et mots qui me viennent. Si je me sens coincé, je vais faire du classique : la forme est entendue a priori et je m'y tiens. Si je me sens plus libre, je peux me hasarder à chercher d'autres rythmes. La forme retenue s'avère circonstancielle plus qu'une nécessité poétique de convention. La riche palette des choix poétiques laisse finalement à l'auteur l'opportunité de jouer de l'instrument qui lui va le mieux à l'instant de l'écriture.

Bizzz JB



  La vie commence à chaque instant.
Adria d'Orances


Recueil de poésies érotiques édité ...... (voir mon profil)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
867 commentaires
Membre depuis
9 mars 2016
Dernière connexion
22 février
  Publié: 28 mai 2019 à 12:05 Citer     Aller en bas de page

Citation de In Poésie

Adria d'Orances, bien "née"... si je vous ai touchée, rien n'aura été volontaire. À propos de la forme de ma poésie (samamuse en a déjà parlé ci-dessus et je l'ai un peu charrié), je ne crois pas qu'il y ait une forme standard chez moi. Je passe allègrement des formes classiques, pour des raisons que j'ai cent fois expliquées, à des formes contemporaines, sans lever un sourcil. Tout dépend du sujet, de mon humeur, de la charge sémiotique des images et mots qui me viennent. Si je me sens coincé, je vais faire du classique : la forme est entendue a priori et je m'y tiens. Si je me sens plus libre, je peux me hasarder à chercher d'autres rythmes. La forme retenue s'avère circonstancielle plus qu'une nécessité poétique de convention. La riche palette des choix poétiques laisse finalement à l'auteur l'opportunité de jouer de l'instrument qui lui va le mieux à l'instant de l'écriture.


Nous sommes bien d'accord. Même si cela n'est pas tangible sur ce que j'en laisse apparaître ici, j'écris aussi, parfois, de manière tout à fait libre.

 
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
121 poèmes Liste
1195 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
14 février
  Publié: 28 mai 2019 à 17:08
Modifié:  29 mai 2019 à 11:38 par SHElene
Citer     Aller en bas de page

"Commencement sans fin"... ça me rappelle quelqu'un…
Cycle de l'eau, cycle de vie.

J'ai pensé, avec un léger vague à l'âme...
Quand on nage en eau trouble, parfois, serait-ce que les filtres soient fatigués?
Peut-être serait-il bon d'ouvrir les vannes?
On passe du goutte à goutte aux gros bouillons, quand au lieu de s'écouler, on choisit de s'écouter!

Voilà, j'ai lu, relu et réfléchi… sacrée soirée!

  SHElene
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
199 poèmes Liste
5150 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 février
  Publié: 29 mai 2019 à 00:27 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous deux.

Adria d'Orances, je n'ai jamais eu le plaisir de vous lire en vers libres.

SHElene, ce commencement sans fin peut comporter plusieurs métaphore.

La vertu de la purge n'est plus à démontrer.

Est-ce que ma poésie est aussi incompréhensible qu'il faille lire et relire ? J'espère au moins ne pas t'avoir donné de migraine. Cela m'embêterait bien.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 549
Réponses: 11
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0604] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.