Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 23
Invisible : 0
Total : 23
13258 membres inscrits

Montréal: 16 oct 02:02:54
Paris: 16 oct 08:02:54
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Liosion 260 Terminal B Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
180 poèmes Liste
4683 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 6 juin à 23:43
Modifié:  8 juin à 10:42 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

 
Liosion 260 Terminal B

Athènes est rongée de canicules
quarante-deux degrés sales
passent la lumière au rouleau compresseur
le soleil coule sa sueur lourde

Une heure à attendre le bus pour Skyros
le site de la KTEL transpirait des horaires grillés

Sur la terrasse du bar hypothétique du Terminal B
à l’ombre des grands sophoras
et des lamelles de PVC lacérées
par les vents et le temps
elle est là, immobile
statue effondrée de chaleur

Sur un pauvre fauteuil de plastique blanc
impassible elle lit un roman allemand
Die Zauberberg, de Thomas Mann
lecture appropriée au saunatorium athénien

Birkenstock chaussettes blanches short blanc tee-shirt ciel
c’est bien plus une signature qu’une tenue

Son bras gauche semble dormir sur son genou gauche
le livre est déboîté au-dessus de ses maigres cuisses
par un poignet éteint d’assoupissement

Il semblerait qu’elle va se quitter
qu’au secret de son corps plus rien ne commande
libre de se payer le vertige de l’oubli

Sous ces latitudes infernales
le ciel l’écrasait
et ne se distinguait le rivage d’aucune montagne

La seule chose magique était ce livre épais
mystérieusement tenu
tel un sérac prêt à s’effondrer

Derrière moi le ventilateur cacochyme
chantait plus qu’il ne rafraîchissait
et la mousse de mon frappé
n’était plus qu’un rêve carbonisé

Athènes, le 4 juillet 2012


* KTEL, ΚΤΕΛ en grec, Κοινά Ταμεία Εισπράξεων Λεωφορείων, Fond Public des Recettes des Autobus, association nationale créée dans les années 60 pour améliorer les liaisons intercités.
* Die Zauberberg, La montagne magique, ambiance tuberculeuse dans les sanatoriums de Davos, un sommet de la littérature allemande
* saunatorium, néologisme loufoque : sauna + sanatorium
* frappé, nescafé battu pour qu’il mousse, boisson nationale de l’été en Grèce

Le Terminal B de la KTEL est situé au 260 rue Liosion et dessert le nord de l’Attique et l’Île d’Eubée.

 

  La vie commence à chaque instant.
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
252 poèmes Liste
8621 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 7 juin à 09:02 Citer     Aller en bas de page

merci JB,
- je ne connais pas la Grèce, à une orthographe prêt.
athène à sous pyrée.
- ce pays aux excellents architectes, capables de construire des décors de théâtre, avec des constructions non terminées, que des spécialistes appellent des ruines, ou des vestiges de l'histoire.
- il y en a qui ont de la chance de pouvoir s'européaniser.

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
149 poèmes Liste
4185 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
10 septembre
  Publié: 7 juin à 13:22 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Jean-Baptiste,

Je transpire avec vous...Cette personne et ce livre de Thomas Mann nous libèrent un temps de la torpeur générale puis retour vers le pauvre narrateur et son café glacé. Choses vues, instantané réussi.
Amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
888 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 7 juin à 13:36 Citer     Aller en bas de page

Rien qu'à te lire, j'ai besoin d'aller chercher une bière dans le frigo

"Birkenstock chaussettes blanches short blanc tee-shirt ciel
c’est bien plus une signature qu’une tenue",
Tiens je pourrai essayer de me fondre dans la population la prochaine fois que je passe la frontière, j'ai juste besoin de trouver la paire de Birkenstock

Plus concrètement, Athènes sous la canicule, j'y ai mâché de la poussière! et d'imaginer lire dans cette atmosphère, ça a quelque chose de surréaliste, comme cette scène que tu nous décris.
Merci pour la séquence baroude !




  SHElene
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 7 juin à 15:31 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir JB,

Je vais vite me rafrâichir après la lecture de ta très belle poésie !



Bonne soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
180 poèmes Liste
4683 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 7 juin à 16:01
Modifié:  8 juin à 10:43 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Merci à vous quatre.

samamuse, s'européaniser est ouvert à tous. Il suffit de passer les frontières, apprendre la langue des autres, autres que l'anglais, fréquenter tous les européens... à Strasbourg on a de la facilité à ce titre.

Jean-Louis, tu as raison, ce texte est un peu de l'ordre de l'esquisse, j'ai privilégié l'image. Il faut dire que je me souviens d'avoir été un peu endormi moi-même, par cette chaleur terrible, et d'avoir eu un peu de difficulté à saisir ce texte qui me venait à l'esprit.

SHElene, euh... une bière pour moi aussi STP. Entre alsaciens il s'agit là de solidarité de base.
Si tu passes en Allemagne, essaie de passer par Kehl... je rêve de te voir en Birkenstock et chaussettes blanches. MDR par avance. Bon, tu passeras inaperçue aux yeux des allemands.

Sybilla, toi aussi tu es à la bière ?

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
2580 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
4 septembre
  Publié: 8 juin à 04:24 Citer     Aller en bas de page

Ce qu’on aime
S’égarer dans tes mots à l’histoire qui défile devant nous adorons

Et bien sûr Thomas Mann !


Écriture qui nous distrait de la torpeur, nos sens en éveil.



marchepascal


    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
287 poèmes Liste
5083 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
14 octobre
  Publié: 8 juin à 10:33 Citer     Aller en bas de page

Citation de JB
Athènes est rongée de canicules
quarante-deux degrés sales
passent la lumière au rouleau compresseur
le soleil coule sa sueur lourde



Une belle inspiration pour planter le décor - bien aimé -

Amitiés
Yvon

  YD
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
180 poèmes Liste
4683 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 8 juin à 17:48 Citer     Aller en bas de page

Merci les hommes !

marchepascal, effectivement il y a un côté vidéo dans cette action que j'ai tenté de "poétiser" à ma façon.
J'ai adoré La montagne magique, œuvre de longue haleine, mais lue en français.

Yvon, cette gare routière fait partie des lieux "interlopes" où l'on croit que rien ne se passe. Mais des vies y passent ; j'aime les regarder et noter si j'ai l'âme à le faire.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 285
Réponses: 8
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0327] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.