Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 16
Invisible : 0
Total : 17
· Pichardin
13161 membres inscrits

Montréal: 27 mai 01:14:26
Paris: 27 mai 07:14:26
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Miroir Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Sans Nom

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
235 commentaires
Membre depuis
12 juin 2009
Dernière connexion
25 avril 2013
  Publié: 18 nov 2009 à 11:48
Modifié:  18 nov 2009 à 12:26 par Mencita Monoï Angel
Citer     Aller en bas de page


Je me suis regardée ce matin au réveil
Dans le miroir posé tout près de mon lit.
Juste passait à l’instant un rayon de soleil,
Et bien malgré moi j’ai souri.

L’image se reflétant ne me plaisait guère,
Je sortais à peine du lit, toute ébouriffée.
Plus rien du visage juvénile de naguère,
Des rides y étaient bien marquées.

J’ai détourné les yeux de cette vision,
Ils se sont posés sur lui encore endormi.
Je sentis en moi comme une désillusion,
Nous étions devenus des amis.

Je suis retournée dans le jeu du miroir,
J’ai fermé les yeux un tout petit instant,
Et les paupières closes j’ai bien cru voir
Ta silhouette que j’aime tant.

Tu me caressais d’un regard amoureux,
Le doigt sur les lèvres implorant le silence.
Tu m’as regardée le visage douloureux
De ne pouvoir affirmer ta présence.

Lentement je me suis éloignée du miroir,
Je suis sortie de la chambre un peu étourdie.
J’ai senti le froid, j’ai enfilé mon peignoir,
C’est là que mon cœur a bondi.

Planté au milieu du couloir tu me souriais,
Tu m’as ouvert les bras, je m’y suis blottie.
Aucun besoin de parler, on s’embrassait.
Nous avions gagné la partie.

Souventes fois tu es venu me rejoindre
Dans cette chambre où personne ne dort,
Jusqu’à ce que l’on voit le jour poindre,
Moment où s’annonce l’aurore.



18 nov. 09

 
Rousselaure


J'aime les mots de ciel bleu. J'en écrirai jusqu'à ma mort.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
192 poèmes Liste
5644 commentaires
Membre depuis
5 juillet 2009
Dernière connexion
13 mars 2019
  Publié: 19 nov 2009 à 04:34 Citer     Aller en bas de page

C'est vraiment très beau Sylphide. L'amour et le regard de l'autre qui ne change pas malgré le temps qui passe. Merci pour ce partage. Amitiés.

  je suis et resterai celle qui t'attends
Sans Nom

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
235 commentaires
Membre depuis
12 juin 2009
Dernière connexion
25 avril 2013
  Publié: 23 nov 2009 à 08:06 Citer     Aller en bas de page

Merci, Rousselaure, je vois que tu es fidèles à mes textes, c'est super sympa!

 
CoeurOuvert


Il nous faut peu de mots pour exprimer l'essentiel. [Paul Eluard]
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
150 commentaires
Membre depuis
15 décembre 2009
Dernière connexion
1er mars 2015
  Publié: 19 mai 2010 à 05:53 Citer     Aller en bas de page

Vraiment une très belle composition...

  Ecrire n'est-ce pas se lever au milieu de la nuit, parmi les choses réelles et irréelles, proches et étrangères, aller jusqu'au bout de sa folie, troubler le sommeil des gisants, annoncer l'aube ? Jean SULIVAN
Sans Nom

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
235 commentaires
Membre depuis
12 juin 2009
Dernière connexion
25 avril 2013
  Publié: 31 mai 2010 à 12:32 Citer     Aller en bas de page

Merci, cœur ouvert. voilà longtemps qu'on m'avait lue, ça fait plaisir.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 460
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0833] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.