Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 25
Invisible : 0
Total : 26
· Harley Queen
13256 membres inscrits

Montréal: 15 oct 18:31:49
Paris: 16 oct 00:31:49
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: la Famine En Fleur Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ACONCAGUA
Impossible d'afficher l'image
A ton sourire, badaud endimanché sur le quai de mes rêves
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
6 mars 2018
Dernière connexion
10 juillet
  Publié: 10 juil à 00:44 Citer     Aller en bas de page


La famine en fleur


Je ne risque plus rien.
Je ne ressemble plus à une femme,
juste à un bouquet de brindilles
échoué dans la poussière et le vent.
Je n’ai plus de lait
et les grands yeux de mon fils n’y peuvent rien,
il n’a même plus la force de fermer la bouche,
les mouches le savent bien,
elles qui le harcèlent avec la constance
des mauvais parfums
Il est si maigre que ses os
tentent à chaque instant
de s’échapper de sa peau.
Je le caresse à en user mon amour,
je lui chante cette berceuse
qui le plongeait dans la l’émouvante béatitude,
je le berce avec des douceurs de renaissance.
Il a marché je crois, il a chanté, il a ri,
Il a joué dans l’eau et dans les arbres,
mais là il semble s’écouler vers la terre.

J’ai oublié la pluie
J’ai oublié l’herbe fraîche
J’ai oublié l’ombre
J’ai oublié les belles récoltes
et le lait tiède des chèvres,
la viande grillée
et l’eau fugace du dernier puits.

Je ne risque plus rien,
mon fils non plus, il va essayer la mort.

Christian DUMOTIER
Mane le 8 juillet 2019
« Poèmes, prose et autres divagations » aux éditions Baudelaire

  Aconcagua
Cerdick

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
195 commentaires
Membre depuis
20 mars
Dernière connexion
10 octobre
  Publié: 10 juil à 02:27 Citer     Aller en bas de page

Bonjour !

L'inspiration est saisissante. Les tristes conséquences de ce fléau sont excellemment reconstruites. Des vers courts, des vers simples. Mais avec énormément d'émoi, de douleurs "muettes" et de "tragique" en leur intérieur.

Citation de ACONCAGUA
mais là il semble s’écouler vers la terre.


J'aime beaucoup ce vers, exprimant qu'autrefois il s'élevait vers une nature flamboyante et qu'à présent son corps va nourrir la terre ... à son corps défendant.

Citation de ACONCAGUA
Je ne risque plus rien,
mon fils non plus, il va essayer la mort.


La solution finale ainsi transcrite est elle-même un "final" détonnant. Un final qui réveille les consciences.

  ...
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
581 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 10 juil à 03:17 Citer     Aller en bas de page

"Je ne risque plus rien.
Je ne ressemble plus à une femme,
juste à un bouquet de brindilles
échoué dans la poussière et le vent."
Superbe et malheureusement réaliste.
J'aime beaucoup

 
fée de blé


La beauté est là où y s'y attend le moins
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
62 poèmes Liste
143 commentaires
Membre depuis
27 février
Dernière connexion
13 octobre
  Publié: 10 juil à 05:30 Citer     Aller en bas de page

Un texte qui ne laisse pas insensible, la famine est bien cruelle et surtout pour les enfants, votre poésie est accrocheuse pour le coeur

  Fée de blé
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
287 poèmes Liste
5083 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
14 octobre
  Publié: 12 juil à 12:44 Citer     Aller en bas de page

Un poème plein de force, l'eau est et sera le grand fleau sur notre terre... La bagarre sera rude !

Yvon



  YD
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 274
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0226] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.