Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 19
Invisible : 0
Total : 19
13205 membres inscrits

Montréal: 18 sept 20:29:37
Paris: 19 sept 02:29:37
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Ah! L'alitée rature... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
35 poèmes Liste
6276 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
17 septembre
  Publié: 18 juil à 15:14 Citer     Aller en bas de page

En position lecture, le lit semblait défait
Malgré la conjoncture du nouvel an, brassé
La quiétude naît d'un rayon de lumière
Quand fond la pensée, aux portes du désert.

Suivant la ligne de la main qui s'égare
Dans la chambre digne, des écrivains notoires
La raison ne s'oppose qu'à l'éclat du silence
Où l'esprit se repose, narguant l'intelligence.

La plume, légère, tombait du cœur des rêves
Au fil de l'air, quand la mémoire se lève
D'un flot de sang, millénaire, elle abreuve
L'étourdissant regard de chaque femme, veuve.

Les champs sont pleins de notes - florilège -
Sur papier peint, griffé du roi des beiges
La vue se troublait, au contact des vers
Faisant coup double, à la croisée des fers.

Les miroirs soliloquent, en buées abstraites
En un flou rire sinoque, tombé de quelques têtes
Fusion co(s)mique, d'art et niaiseries prégnantes
Dans l'absolu hasard, des formes atténuantes.

Livres qui tanguent, aux yeux désordonnés
Sont-ce des langues ou les mots sont timbrés?
Qu'on pose l'encre en mélopées sanguines
L'air est morose et la voix, intestine.

Échappé du néant, le mot vient percuter
La page, d'un blanc, vierge d'idées
Sans une vague de profonde essence
Comme une dague perçant l'âme-innocence.

S'endorment alors, les fielleux prosateurs
Dans le conforme, chloroforme, castrateur
Hypocondrie aqueuse de leurs principes
Dans le vomi des nuitées de casse-pipes.

Hubix.

 
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
82 poèmes Liste
551 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
18 septembre
  Publié: 19 juil à 01:42 Citer     Aller en bas de page

Impressionnante valse des mots, les mots comme les livres, il y en a à prendre et à laisser.

 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
35 poèmes Liste
6276 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
17 septembre
  Publié: 25 juil à 02:37 Citer     Aller en bas de page

Merci Fried...

C'est vrai que les mots savent danser, suivre des mouvements, aléatoires, emmener le lecteur, en musique...

De chacun de ces mots, nait le plaisir, ou non, de la recherche, d'une idée, d'une histoire, d'une émotion...

Après, les goûts et les couleurs, ça se discute et, poète ou romancier, essayiste ou dialoguiste, chacun a sa place dans la création écrite...

J'ai pris, ici, de l'altitude, pour observer, sans juger, l'attitude de ce qui peut naître d'un rien... avec un décalage suffisant...

Amitiés...

Hubix.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 188
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0233] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.