Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 14
Invisible : 0
Total : 14
13119 membres inscrits

Montréal: 18 nov 02:19:45
Paris: 18 nov 08:19:45
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Un beau jour pour...mourir ? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 27 août à 10:59
Modifié:  27 août à 13:41 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page



Une musique joue en boucle
- et c'est toujours la même -
dans un Paris qui chante
dans un Paris qui veille

Un beau jour, une nuit,
elle a fui dans les nues
sachant qu'une matinée
lui trancherait l'aorte
à coup de stylo gris,
future petite morte



Les mains peuvent créer, les mains peuvent tuer,
les siennes sont prisonnières d'un gantelet d'acier
Inspirée - autrefois - par la moire d'un drap,
la taie d'un oreiller a étouffé sa foi
Peut-on mourir deux fois ? Elle le savait déjà...

Passé minuit de craie, elle descendit les marches
à la volée, sifflant en traversant les arches
d'une de ces allées bordées par des statues
animées sur les ombres albâtre de la rue

Les feux étaient au vert mais elle ne voyait plus
qu'un Boulevard sans Sunset vrombir dans le chahut
des moteurs de voitures fonçant tombeau ouvert
- seuls les chats de gouttières étaient à ses côtés
quand elle prit son élan pour embrasser la terre

Une détonation dans un air étonné
a fleuri les trottoirs d'une ville incolore
de buissons magenta valsant dans le décor
du ciel, au saut du lit d'une Seine enfiévrée
- les miasmes de la folie en poussières écarlates,
les explosions nacrées du mastic de ses os
répandues sur le sol comme des morceaux d'émaux


Un beau jour s'est levé
- que la nuit était belle -
dans une pluie de rêves
sur les ponts et les berges
d'un pari - quitte ou double -
d'une vie qui s'abrège


Une musique joue en boucle
- et c'est toujours la même -
dans Paris qui déchante
perdu sans son amante,
dans Paris qui s'éveille,
dans Paris qui s'endort...






Riagal - le 27 août 2019 -
*Sunset : Crépuscule
**Boulevard sans Sunset : allusion au film "Sunset Boulevard" de B. Wilder

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15740 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
17 novembre
  Publié: 27 août à 11:31 Citer     Aller en bas de page

j'aime beaucoup
amicalement

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 27 août à 11:43
Modifié:  27 août à 13:42 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Merci, l'ami...: -)

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
207 poèmes Liste
11458 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 27 août à 14:31 Citer     Aller en bas de page

Une recherche dans les mots et les images qui aboutit à une très agréable lecture !

Merci à toi !

  ISABELLE
Miette Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
854 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 27 août à 17:09 Citer     Aller en bas de page

RiagalenArtem,
merci de tout vos maux...
Vous êtes de la poésie, l'essence, transie !

 
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
2580 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
8 novembre
  Publié: 28 août à 01:48 Citer     Aller en bas de page

Intenses moments !
Images sculptées d’un corps envolé...
« Passant, ici les sons du désespoir »
Seine défile, scène fatale...
Paris splendide aux mots ensanglantés !
À nous l’impression de vertige abyssal.

Et la vibrante poésie se jette dans le vide...


(Équilibre parfait)


marché

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Naej  Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
3766 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2008
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 28 août à 06:14 Citer     Aller en bas de page

Un texte remarquablement écrit qui nous prend aux tripes
Merci !
Amts - Naej -

  Carpe diem...
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
101 poèmes Liste
952 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
17 novembre
  Publié: 28 août à 07:41 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Riaga,
J'ai aimé le cheminement de cette femme vers la mort, scénarisé avec des images superbes et un rythme soutenu.
Puis le calme revient, Paris reprend ses droits, sans elle.

Très beau ...


  SHElene
glycine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
113 poèmes Liste
602 commentaires
Membre depuis
8 août 2018
Dernière connexion
9 novembre
  Publié: 28 août à 10:39 Citer     Aller en bas de page

Bravo pour cette manière originale de parler de la mort de cette femme...
J'ai vu le déroulement de l'histoire comme une scène de film : personnage, décor, ambiance...
De belles images et de l'émotion !

 
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
2551 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 28 août à 11:18 Citer     Aller en bas de page

Rien à ajouter aux commentaires, l'effet de ce poème est réussi.

 
Lilania Cet utilisateur est un membre privilège

Modératrice


Osez Etre
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
86 poèmes Liste
3399 commentaires
Membre depuis
14 juin 2011
Dernière connexion
17 novembre
  Publié: 29 août à 00:52 Citer     Aller en bas de page



De très belles images dans ce texte, un plaisir de lecture,
Merci Riaga

 
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
444 poèmes Liste
8677 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 29 août à 05:07 Citer     Aller en bas de page

Hello Brother,

J'ignore de qui tu parles. Il semble que le vole plané vers le bitume soit poétique. Un poème qui reste très abrupt dans ses matériaux, comme la vie, parfois, que certains préfèrent quitter prématurément. Les gens se voient, se croisent, le lendemain, ils ne sont plus, trop las.

Bises
CathdeSévigné

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 29 août à 14:55
Modifié:  29 août à 15:10 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Maschoune, Miette, Marché (tu brûles sur le sens de cet écrit, la Tosca aussi s'est jetée dans ce vide empli de musique ; -), .Naej, SHElene, glycine, SienKieWicz, Lilania, Cat, un big "Spassibo".

Je l'ai écrit très vite, ce texte, mais il était depuis longtemps dans ma tête, je suppose...les cauchemars l'avaient englouti parce que ce n'est pas triste - les projecteurs sont ceux de l'insolite - et que si ce n'est pas qu'une fiction à la base, la femme de l'histoire pourrait être toute symbolique, et Paris nocturne en ses lumières et ses battements en est aussi l'acteur principal.

Pour le titre le mystère reste entier.
Ms toutes vos interprétations sont bienvenues et sont, en elles, un partage et c'est ce que j'aime.

Un grand merci pour avoir souligné l'approche scénarisée...comme au cinéma, les stars ne meurent pas vraiment. C'est une raison pour laquelle j'aime tant ce septième art...loin d'être le dernier...; -).

C'est un beau soir pour vous souhaiter de "sweet dreams" !

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 365
Réponses: 12
Réponses uniques: 11
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0630] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.