Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 33
Invisible : 0
Total : 39
· Brin d'harmonie · SHElene · ***Cocci*** · quentin de sade · Andesine · Fried
13210 membres inscrits

Montréal: 22 sept 13:03:26
Paris: 22 sept 19:03:26
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Désenchantement spatio-temporel Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
6280 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 8 sept à 13:23
Modifié:  9 sept à 03:33 par Hubix-Jeee
Citer     Aller en bas de page

Des inflexions s'attachent au ventre des vitres
Les dryades sont traverses de bois mort
Il y a un paradoxe - aquatinte clouée.

Les enfants sont des farceurs
Ils muent devant les psychés muettes
Il y a une logique - allégorie créée.

Devant le comptoir, les paréidolies parviennent à enfreindre les lois de la gravitation universelle.
Tous les pataugis du monde enflamment insidieusement les cerveaux plissés, dans les têtes engluées par les vapeurs d'alcool.
Je n'ai rien consommé; je m'agrippe à la lueur d'un regard latitudinal, qui semble étreindre un corps, amoureusement...

Des apophtegmes s'évadent des haliotides
Ils ont transpercé l'inconscient
Il y a un argument - il s'effeuille.

Les insomniaques se réveillent
D'une singulière coïncidence
Il y a une raison - elle s'endeuille.

Derrière la cantonnière, des gens se pressent, pour observer des gens qui attendent que leurs verres se vident naturellement.
Ce sont, peut-être, des métaphrastes qui vont proposer leurs numéros de télépathie, dans l'heure qui fuit.
Mais l'heure a tourné et contourné les illusions et les gens ont vomi dans le vide, ce qu'ils n'avaient plus dans leurs verres.
Ils étaient trop seuls et trop nombreux pour comprendre la réalité...

Hubix.

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
173 poèmes Liste
4549 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 septembre
  Publié: 9 sept à 04:09 Citer     Aller en bas de page

Si c'est un texte destiné à faire ouvrir un dico, c'est réussi !

À part ça, comme d'hab, belle imagination.

As-tu déjà pensé à l'écriture d'un roman de SF ?

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
6280 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 11 sept à 15:53 Citer     Aller en bas de page

Merci JB, de ton passage...

J'ai du, déjà le préciser auparavant, de mon plaisir à redonner à certains mots quelque peu oubliés, une présence, dans mes poèmes...

Lorsque l'on découvre l'immensité et la richesse du vocabulaire de la langue française, à travers son histoire, je trouve normal de les faire découvrir à celles et ceux, comme moi, d'ailleurs, qui les ignoraient, faisant partie intégrante du patrimoine de notre langue, c'est la moindre des choses...

Quant au roman de science-fiction, je suis incapable d'écrire une histoire sur le long terme, mais plutôt en petit format, parce que j'ai tendance à m'éparpiller, sortir du sujet, ne pas savoir agencer l'histoire elle-même, le chapitrage, à écrire plusieurs histoires dans la même histoire, quitte à m'embrouiller assez vite...

Non, je préfère la poésie ou alors, les histoires courtes, comme dans mon journal, c'est là où je me sens le plus à l'aise, en fait...

Amitiés...

Hubix.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 136
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0173] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.