Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 235
Invisible : 0
Total : 236
· ode3117
13167 membres inscrits

Montréal: 31 mai 05:53:01
Paris: 31 mai 11:53:01
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Ainsi vont-ils... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 27 nov 2019 à 08:12 Citer     Aller en bas de page


Aujourd'hui comme un autre, le présent parle d'hier,
les ombres ont trébuché sur l'huis de nos hivers,
la noirceur a pâli sous le joug de l'enfer :
Qu'êtes-vous devenus, où êtes-vous partis ?
Vous ne répondez pas, je questionne la vie...

Elle s'est moquée de nous, nous enchantant de contes
qui ne sont qu"illusions, trompe l’œil du décompte
d'un cadran de nocturnes quadrillé de grisailles
où tout n'est que silence se cognant aux murailles

Invisibles, les murs étouffent le respirant,
murmurent à des oreilles assourdies à présent :
Où sont les chants des aulnes et de ce canari
aux trilles insolentes, sont-ils partis aussi ?

Comme vous, comme moi, dépouillé de repères
sur ma terre en poussières ne reste que du verre
où s'égare la trace d'une poudre de vert
- il colorait nos aubes au fil de l'horizon -
On l'a perdu de vue en nos disparitions...



Riagal
- Le 27 novembre 2019 -

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
ode3117

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
484 poèmes Liste
22874 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 27 nov 2019 à 10:05 Citer     Aller en bas de page

Ce poème me trouble intensément, je ressens chaque mot, chacun me parle, des images et des souvenirs se bousculent, mais aucun ne murmure, que de silence, la nature s'est brisée en mille éclats de verre. La vie , le temps, ne sont que de futurs fantômes, c'est un déséquilibre qui me fait parfois douter de l'avenir si court soit-il.
C'est quand même du bonheur, sachant que tu reviens après trois longs mois d'absence.
Bises RIAGA
CIGOGNE

  OM
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
232 poèmes Liste
16342 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 27 nov 2019 à 11:45 Citer     Aller en bas de page

tres bel ecris

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
216 poèmes Liste
12255 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 27 nov 2019 à 15:19 Citer     Aller en bas de page

Tes mots sont magnifiques Riaga, aussi troublants et tristes soient-ils...

Merci pour cette lecture qui va dans mes favoris Et hop !

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
379 poèmes Liste
4073 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 28 nov 2019 à 01:05 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Riaga,
c'est un bien triste constat que tu nous fais là, mais c'est tellement bien écrit !
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 29 nov 2019 à 14:32
Modifié:  29 nov 2019 à 14:34 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Merci à vous....Ode-Cigogne, Mido, Isabelle, Pichardin pour vous êtres posé sur mes mystères et de les avoir aimés...même s'ils gardent leur secret.
Amitiés et bises
Riaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
470 poèmes Liste
9400 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
28 mai
  Publié: 29 nov 2019 à 16:37 Citer     Aller en bas de page

Les secrets sont bien là, ils chuchotent et murmurent pour peu qu'on tende une oreille attentive.

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
4575 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 29 nov 2019 à 17:10 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Riagal,

Souvent, lorsque je lis tes poèmes d'une manière attentive, je veux dire à m'en imprégner durablement, j'évoque toujours quelques poètes ou poétesses que j'ai en tête; ici Anna Akhmatova et je relis,

L'écho

Vers le passé déjà tous les chemins sont barrés,
Et que me fait maintenant le passé?
Qu'est-ce qu'il y a là-bas? Des dalles,
Avec du sang, une porte murée,
Ou un écho qui ne peut plus
Se taire, et pourtant je l'en supplie…
Il s'est passé avec cet écho la même chose
Qu'avec celui que je porte au fond du cœur.

Je ne sais pas de qui elle parle, et c'est comme avec toi…

Amitiés
jlouis






  Poésie, la vie entière
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
470 poèmes Liste
9400 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
28 mai
  Publié: 7 déc 2019 à 12:08 Citer     Aller en bas de page

Hello brother,

On manque d'air dans ce texte, les soutiens sont loin, les souvenirs également. Les oiseaux continuent à chanter mélodieusement.
Je t'envoie donc un aigle des steppes qui te fera prendre de la hauteur pour voyager de Ninjni-Volgorod à cet endroit de ton enfance que tu chéris tant ; un roselin de pallas, très sibérien - tu supportes bien mieux le froid que moi.
Il n'est pas trognon ? Tout rose, comme la panthère. J'imagine qu'il chantera de doux refrains en vers de 12 pieds. Vous serez ainsi sur la même longueur d'onde.

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 21 avr à 16:48 Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean-Louis
Bonsoir Riagal,

Souvent, lorsque je lis tes poèmes d'une manière attentive, je veux dire à m'en imprégner durablement, j'évoque toujours quelques poètes ou poétesses que j'ai en tête; ici Anna Akhmatova et je relis,

L'écho

Vers le passé déjà tous les chemins sont barrés,
Et que me fait maintenant le passé?
Qu'est-ce qu'il y a là-bas? Des dalles,
Avec du sang, une porte murée,
Ou un écho qui ne peut plus
Se taire, et pourtant je l'en supplie…
Il s'est passé avec cet écho la même chose
Qu'avec celui que je porte au fond du cœur.

Je ne sais pas de qui elle parle, et c'est comme avec toi…

Amitiés
jlouis








Merci Jean-Louis…..Le parallèle avec Akhmatova ne peut que me combler et aussi éclairer ce qui reste obscur et le restera sans doute pour beaucoup. Je ne le fais pas exprès. Analyser mes écrits n'est pas le but ( loin de là) de ce qui est avant tout un partage et je vous donne du mal à tous, j'en ai conscience ; -).
"Je ne sais pas de qui elle parle, et c'est comme avec toi…" Rien que pour cette franchise, Spassibo !

Amitiés idem...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 21 avr à 16:57
Modifié:  21 avr à 17:08 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Catwoman
Hello brother,

On manque d'air dans ce texte, les soutiens sont loin, les souvenirs également. Les oiseaux continuent à chanter mélodieusement.
Je t'envoie donc un aigle des steppes qui te fera prendre de la hauteur pour voyager de Ninjni-Volgorod à cet endroit de ton enfance que tu chéris tant ; un roselin de pallas, très sibérien - tu supportes bien mieux le froid que moi.
Il n'est pas trognon ? Tout rose, comme la panthère. J'imagine qu'il chantera de doux refrains en vers de 12 pieds. Vous serez ainsi sur la même longueur d'onde.


"Les secrets sont bien là, ils chuchotent et murmurent pour peu qu'on tende une oreille attentive"....j'ai failli manquer ton premier passage qui fait mouche et touche. Le deuxième idem, et la fin est "regalo"...
Spassibo bolchoï, Sister.
Paka !

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 536
Réponses: 10
Réponses uniques: 7
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0564] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.