Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 383
Invisible : 0
Total : 385
· samamuse · ori
13157 membres inscrits

Montréal: 27 févr 02:54:43
Paris: 27 févr 08:54:43
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Voilier Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 16 déc 2009 à 13:46
Modifié:  17 déc 2009 à 15:59 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Ton regard s'est arrêté
Sur mon calme rivage
L'amour avait ton visage
Ton vaisseau était racé

Tu m'as séduite au passage
Certes j'aurais dû refuser
D'embarquer sur un voilier
Dont je prévoyais le naufrage

On naviguait près des côtes
Dans un tendre cabotage
Ma main traînait au sillage
Folle, je savourais ma faute

N'écoutant pas les présages
Docile, je me laissais
Nouer par tes doux lacets
J'oubliais mon mariage

Tous deux étions enivrés
En un mutuel esclavage
Vers les dangereux parages
Où le flot nous entraînait

De cet amour anthropophage
Vorace, mais jamais comblé
De nos rendez-vous manqués
Sont nées ma fièvre et ma rage

Au pays des âmes perdues
Je fis un étrange voyage
Que d'aventures j'ai vécues
Que j'ai vu de paysages

Le jour est donc arrivé
De quitter la mer, enfin sage
Et de rester sur la plage
Seule, sans regrets, à méditer

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3849 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
28 avril 2018
  Publié: 16 déc 2009 à 13:50 Citer     Aller en bas de page

Un poème qui m'a fait naviguer sur une légère houle, juste de quoi avoir le mal de mer.

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 16 déc 2009 à 13:53 Citer     Aller en bas de page

J'espère que tu n'as pas vomi ?
Merci Eylork

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3849 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
28 avril 2018
  Publié: 16 déc 2009 à 13:56 Citer     Aller en bas de page

non, c'est bon, en reposant pied sur la grève, ça allait bien. Le voyage n'était pas horrible. Loin de là.

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
ovnissimo


L’amour, c'est sentir votre coeur battre dans la paume des mains divines de Dieu. Ovni
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
3135 commentaires
Membre depuis
18 juillet 2008
Dernière connexion
12 février 2013
  Publié: 16 déc 2009 à 14:02 Citer     Aller en bas de page

Un poème possédant la douceur parfumée d'un fruit défendu.









Amitiés.

  amour et poésie malgré tout
CoeurOuvert


Il nous faut peu de mots pour exprimer l'essentiel. [Paul Eluard]
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
150 commentaires
Membre depuis
15 décembre 2009
Dernière connexion
1er mars 2015
  Publié: 16 déc 2009 à 14:04 Citer     Aller en bas de page

J'aime grandement ce flot de mots... Magnifique... ...

  Ecrire n'est-ce pas se lever au milieu de la nuit, parmi les choses réelles et irréelles, proches et étrangères, aller jusqu'au bout de sa folie, troubler le sommeil des gisants, annoncer l'aube ? Jean SULIVAN
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 16 déc 2009 à 14:35 Citer     Aller en bas de page

C'est vrai Eylork que j'ai un peu le mal de terre.

Merci Ovnissimo pour ta lecture. Amitiés

CoeurOuvert ton commentaire me touche, amitiés

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
ladysatin


Ma plume est une brodeuse de mots .
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
212 poèmes Liste
4102 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
19 février
  Publié: 16 déc 2009 à 15:41
Modifié:  16 déc 2009 à 15:42 par ladysatin
Citer     Aller en bas de page

Un bien bel écrit , j'ai un coup de coeur , pour ses belles strophes

Au pays des âmes perdues
Je fis un étrange voyage
Que d'aventures j'ai vécues
Que j'ai vu de beaux paysages


merci pour ce bon moment

  Septembre ronronne aux couleurs de Charlie
Narcissange


emia t ej tnat seniev sem snad sap semusnoc et en ut ùo ruoj nu sap tse n lI
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
2182 commentaires
Membre depuis
23 novembre 2008
Dernière connexion
18 septembre 2016
  Publié: 16 déc 2009 à 16:15 Citer     Aller en bas de page

ton poème est magnifique; j'ai été touchée par cet amour mis en métaphore sur la mer... mais il me laisse un peu mélancolique; peut-être parce qu'il me parle un peu? merci à toi pour ce partage, j'ai adoré ma lecture...

mes amitiés

Ma

  ma971
ephemere99

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
9 poèmes Liste
309 commentaires
Membre depuis
5 décembre 2009
Dernière connexion
17 novembre 2012
  Publié: 16 déc 2009 à 16:42 Citer     Aller en bas de page

des fois, même une croisière en galère vaut le coup, si elle fait découvrir d'autres contrées.

"...Au pays des âmes perdues
Je fis un étrange voyage
Que d'aventures j'ai vécues
Que j'ai vu de beaux paysages..."

j'ai bien aimé, et particulièrement cette strophe.
le dernier vers peut-il être retravaillé?

FMR

 
Mystic4Ever


Le tant me manque et toi bien plus encore!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
761 poèmes Liste
10434 commentaires
Membre depuis
21 mars 2005
Dernière connexion
22 février
  Publié: 16 déc 2009 à 17:07 Citer     Aller en bas de page

Un naufrage certes mais avant il y a eu de si merveilleux moments que tu decris avec tendresse.....

Mystic

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 16 déc 2009 à 17:17 Citer     Aller en bas de page

Citation de james matis
Seule sur la plage .... entre sable ou galet car tu ne le précises pas ... Le sable colle le galet roule sous les pieds ... Tu choisis laquelle de plage ?


Les galets sont durs mais le sable est froid… en fait, la plage en décembre, c'est pas très agréable. Amitiés James Matis alias la SNSM…

Merci belle ladysatin, amitiés

Il est mélancolique ce poème, m-a971, mais il est aussi moral et philosophie. Amitiés

ephemere99 j'ai joué "la croisière s'amuse" et je finis pas le Titanic…
Amitiés

Chère Mystic il est vrai que ça valait… le voyage, mais il me faut abandonner le navire : les femmes et les enfants d'abord…
Bisous

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1022 poèmes Liste
16502 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
3 février
  Publié: 17 déc 2009 à 00:24 Citer     Aller en bas de page

L'amour dans sa joie puis l'amour après la joie, où le retour au rivage se teinte de tristesse, malgré que tu ne veuilles avoir de regrets...je souhaite que la marée fasse échouer un bateau, et que toi et le navigateur, vous puissiez voguer et que cette fois ci, ce soit le bon départ...Tu le mérites vraiment pour ce que tu laisses transparaître de toi !
Une lecture aux images très bien trouvées.
amitiés sincères à toi.
pyc.

 
opium
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
1702 commentaires
Membre depuis
9 septembre 2007
Dernière connexion
6 février
  Publié: 17 déc 2009 à 04:07 Citer     Aller en bas de page

Je te souhaite de reconstruire un beau navire à ton image. Au regard de ta créativité, je ne doute pas que cela soit un chef d'oeuvre.
Je t'envoie plein d'énergie pour relever tes manches et te remettre à quai.

Et si tu as besoin d'aide dans un déménagement, appelle bibi!

On va le lustrer ce nouveau bolide...

 
ludivine13


j'aime la vie et je l'apprends, je l'apprivoise discrètement...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
155 commentaires
Membre depuis
8 novembre 2009
Dernière connexion
23 février
  Publié: 17 déc 2009 à 13:48 Citer     Aller en bas de page

très joli texte,

j'aime laisser mon imagination s'évader pour voir et ressentir toutes ces images....

Merci

Ludy

  sandy
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 17 déc 2009 à 16:07 Citer     Aller en bas de page

Cher Pyc le voyage sur mer est toujours plus dépaysant que tout autre. Je ne suis pas naufragée sur une île déserte, je suis revenue à ma vie d'avant, mon calme rivage. Mais quand on connaît la haute mer…
Un nouveau départ ? Je n'en sais rien… Amitiés

Chère Sophie les bateaux c'est dangereux. Je devrais me contenter de les voir passer au large, ce serait préférable. J'ai même pas été au salon nautique !!
Bisous

Ce que tu dis Tselano est juste, me reste des beaux souvenirs et mes "carnets de voyage", un jour peut être je les publierai. Amitiés

ludivine13 je suis contente que tu aies vogué sur mes images. Amitiés

Ambiorix je te remercie pour ton amitié. Bises

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9809 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
23 février
  Publié: 18 déc 2009 à 19:52 Citer     Aller en bas de page

Ma chère Aude

Un mal de mer, un mal de rêve, un mal d'amour, mais pas un mal de vivre, vif est l'amour, agressive est la rupture.

Mais belle est la vie Aude doicroisés maintenant

Sélénaé bizzzzzzzzzzzzzz Aude sage

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 19 déc 2009 à 13:47 Citer     Aller en bas de page

Sage, sage… j'essaie. Merci ma belle Léonine, biiiiz à toi aussi.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 23 déc 2009 à 17:17 Citer     Aller en bas de page

Merci JCP, les voyages sont toujours une source d'émotions. Amitiés

Cher-Chris les destins nous ont séparés : lui d'un côté moi de l'autre, c'était écrit. Bises

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 26 déc 2009 à 04:59 Citer     Aller en bas de page

Moi, tu l'auras compris, j'ai peur sur la mer, peur de me noyer, d'être mangée par les requins… Mais parfois je prends l'R et vogue la galère, ça finit mal : tant pis. Bises

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 30 déc 2009 à 14:25 Citer     Aller en bas de page

Magnifique! J'aime tes vagues!!! Quelle que soit la saison!Par amour calme ou par tempête!! Merci Aude
Amicalement
Martine

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2737
Réponses: 24
Réponses uniques: 14
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0694] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.