Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 18
Invisible : 0
Total : 18
13403 membres inscrits

Montréal: 18 sept 09:59:47
Paris: 18 sept 15:59:47
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: De nos ébats déshérités. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 18 déc 2009 à 12:16
Modifié:  18 déc 2009 à 12:43 par Rouge
Citer     Aller en bas de page

Tu es une larve et je suis une carcasse
qui voudrait mourir

J'aimerais tant te faire l'amour lentement
en silence
et tout oublier
de la souffrance qu'on boit en bouteille
aux cigarette que l'on regarde
se consumer tranquillement à nos lèvres
de l'infinie tristesse des lendemains de veille
ratés, à l'ampleur démesurée de ma fièvre
Je nous dédie, ô incorrigibles camarades
une mort digne de ce nom

Tu me dirais que « tu es belle »
que je glisse mes doigts sur ta peau lisse
et cette fois je ne serai pas l'unique partisane
de nos révolutions charnelles
- Mais l'hiver est impardonnable et diaphane
arrachant l'un à l'autre quand il s'immisce
les amoureux à chaque flocon

Mais l'hiver ne pardonne pas
pas plus à nous qu'aux bourgeois
ni à ton ventre de pierre
sur lequel je fais courir mes doigts
incessamment
désespérément
(crucifiement)
religieusement
à m'épuiser les phalanges alors
alors que l'hiver ne pardonne pas

Je serais pour la dernière heure de ma vie
loin des bouteilles et nue comme l'enfant
dans la simple innocence d'une musique
offrant mon corps comme une étrange maladie
j'accoucherais du mal et ne serais plus pudique
te troublerais de par mon dépouillement
comme une douloureuse disparition.

X

 
innamoratto

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
56 poèmes Liste
138 commentaires
Membre depuis
12 février 2008
Dernière connexion
30 décembre 2016
  Publié: 18 déc 2009 à 16:35 Citer     Aller en bas de page

très beau poeme
triste..assombri
mais terriblement beau
chapeau bas

 
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20752 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
26 août
  Publié: 19 déc 2009 à 09:34 Citer     Aller en bas de page

Je retrouve de la beauté dans ta plume... Merci Mademoiselle

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16145 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
10 août
  Publié: 19 jan 2010 à 13:22 Citer     Aller en bas de page

un texte singulier....vraiment

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 20 mars 2010 à 12:29 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous tous.

 
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1027 poèmes Liste
16595 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
10 septembre
  Publié: 1er août 2011 à 15:43 Citer     Aller en bas de page

Il me paraît bien noir, ce texte...mais le tout début laissait à lui tout seul augurer cette obscurité !
un passage m'a grandement plu, de par la construction en un seul mot, qui donne une réelle intensité à la strophe :

"Mais l'hiver ne pardonne pas
pas plus à nous qu'aux bourgeois
ni à ton ventre de pierre
sur lequel je fais courir mes doigts
incessamment
désespérément
(crucifiement)
religieusement
à m'épuiser les phalanges alors
alors que l'hiver ne pardonne pas"

je ne lis pas beaucoup de textes aussi durs, mais si c'est bien écrit comme ici, je m'aperçois que je n'ai rien contre le fait de m y ouvrir...
amicalement.
pyc.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2092
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0220] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.