Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 498
Invisible : 1
Total : 500
· Galatea belga
13142 membres inscrits

Montréal: 22 févr 17:12:12
Paris: 22 févr 23:12:12
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Hermann Dietrich Straße Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
199 poèmes Liste
5150 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 février
  Publié: 25 jan à 08:42
Modifié:  25 jan à 08:43 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

 



Hermann-Dietrich-Straße

Mon ombre sur le mur blanc
sirupeuse et assoupie
venue de la rivière d’une étoile
quand vient l’odeur
de la Polizei * qui passe
dans une procession de clics
ou une intention
de plumes blanches

Fragment de paix
armé de mots évaporés
et la poésie comme courage
et le ciel
et le ciel
entaché d’amertume
bateau fragile sur le cours
d’un regard d’attentes

Et le mur blanc crémeux
lorsque l’ombre s’éloigne
me traverse lent défait et opaque
du clocher dense et somptueux
la pluie du Rhin aux jambes
et le noir fourbe de mes questions

Mon vélo crie des nouvelles
c’est la somme de l’Univers
précipité et précieux
on ne refait pas la grande importance
oh non
d’un poème qui n’est pas justifié


Kehl, le 25 janvier 2020
* Police


 

  La vie commence à chaque instant.
Adria d'Orances


Recueil de poésies érotiques édité ...... (voir mon profil)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
867 commentaires
Membre depuis
9 mars 2016
Dernière connexion
22 février
  Publié: 26 jan à 13:03 Citer     Aller en bas de page


JB, je l'avoue, votre poème me reste hermétique, ce qui n'enlève rien à sa raison d'être.

Adria

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
199 poèmes Liste
5150 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 février
  Publié: 26 jan à 13:16 Citer     Aller en bas de page

Adria d'Orances, Ah ! moi qui croyais avec ce poème faire enfin un poème avec ZÉRO commentaires, c'est raté.

Oui, ce poème... est à lire comme une succession de flashes. D'événements dans ma rue (d'où le titre), tous en lien, mais bien sûr il faut savoir lesquels.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
84 poèmes Liste
6505 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
22 février
  Publié: 26 jan à 13:29 Citer     Aller en bas de page

Salut JB...

Moi, ton poème me parle... à petite voix...

Comme au ralenti d'un rêve, d'une nuit étrange, dans une rue, celle que tu cites...

Acteur d'un instant figé, à travers le temps, d'une réflexion sur la condition d'être là, à cet instant, pas ailleurs et de ressentir les choses comme si elles existaient réellement...

Je ne vois rien d'hermétique dans la liberté que tu prends pour t'exprimer...

Chacun(e) pourra y voir des images, peut-être bien différentes, mais elle mèneront toujours là où toi, tu nous emmènes...

Amitiés...

Hubix.

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
151 poèmes Liste
4274 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
22 février
  Publié: 26 jan à 13:38 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Jean-Baptiste,

Je sais ou tu demeures. Cela dit, Adria est la seule à souligner ce que d'aucun pensait sans vouloir le dire; "un poème qui n’est pas justifié." Zéro commentaire ( déjà deux ), impensable avec In Poésie.

Bien à toi
jlouis

  Poésie, la vie entière
Adria d'Orances


Recueil de poésies érotiques édité ...... (voir mon profil)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
867 commentaires
Membre depuis
9 mars 2016
Dernière connexion
22 février
  Publié: 26 jan à 13:54
Modifié:  26 jan à 13:55 par Adria d'Orances
Citer     Aller en bas de page

Citation de Hubix-Jeee
Je ne vois rien d'hermétique dans la liberté que tu prends pour t'exprimer...


Pour ce qui me concerne; ce n'est pas l'expression qui est hermétique, je voulais signifier que c'est ma lecture qui n'a(vait) pas la clé.

Citation de In Poésie
ce poème... est à lire comme une succession de flashes. D'événements dans ma rue (d'où le titre)


Pour la rue j'avais saisi. J'ai effectivement pensé à un patchwork de flashs, restitués dans une forme d'écriture automatique.

Zéro commentaire ? Hé oui, raté !

 
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
121 poèmes Liste
1195 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
14 février
  Publié: 28 jan à 14:51 Citer     Aller en bas de page

J'ai eu besoin d'un GPS, même si je connais le quartier et le poète qui s'y promène.
Je te prête une burette d'huile pour ton vélo qui crie, voilà voilà

  SHElene
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
117 poèmes Liste
3468 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
29 janvier
  Publié: 29 jan à 00:16 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Jean-Baptiste,

Le sens du poème m'avait échappé à la première lecture, et j'avoue avoir pensé : "Je vais attendre (bêtement) que d'autres lecteurs formulent des commentaires pout tâcher de mieux comprendre", et pour ne pas avoir l'air d'un idiot s'il s'agissait d'un poème consacré à un événement historique que je ne connaîtrais pas. J'espère qu'on me pardonnera cette attitude passive.

Je comprends mieux la teneur du poème, à présent, et je l'apprécie à sa juste valeur. J'ai pu en percevoir la beauté, qui m'avait d'abord échappé parce que j'étais obnubilé par l'ignorance dont je pensais faire preuve.

Kehl, est-ce la commune allemande près de Fribourg, à laquelle se rattache l'affaire du fantôme de Kehl ? – une affaire criminelle ; pardon de l'évoquer à la suite de votre poème, Jean-Baptiste ; c'est hors-sujet, mais un poème peut aussi évoquer autre chose que ce qu'il est censé nous communiquer initialement ; c'est la complexité liée à la découverte des textes respectifs, et comme j'ai suivi plusieurs affaires, pour préparer des études en criminologie, le nom de la commune de Kehl m'a tout de suite interpellé.

En effet, on voit sur Google Maps que la Hermann-Dietrich-Straße se trouve à quelques pas du Rhin, fleuve grandiose qui sera peut-être le sujet d'un prochain poème (ou qui l'a déjà été).

Amitiés

  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Filiquier
Impossible d'afficher l'image
Que vois-tu encore dans le sombre recul du temps ? Shakespeare, La Tempête
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
22 poèmes Liste
118 commentaires
Membre depuis
3 octobre 2019
Dernière connexion
22 février
  Publié: 30 jan à 05:26 Citer     Aller en bas de page

Les poèmes d'In-Poésie sont toujours chargés de mystère, me semble-t-il. Mais il y a le CHANT. Le chant des mots, des sonorités, des rythmes, des images, d'un art poétique bien maîtrisé. Et ce chant-là m'emporte. Lisant et relisant ce poème, je me sens marinier attiré par le chant de la Lorelei. Je m'y perdrai peut-être…
Filiquier

  TF
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
199 poèmes Liste
5150 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 février
  Publié: 1er févr à 05:03 Citer     Aller en bas de page

Citation de Hubix-Jeee
Salut JB...

Moi, ton poème me parle... à petite voix...

Comme au ralenti d'un rêve, d'une nuit étrange, dans une rue, celle que tu cites...

Acteur d'un instant figé, à travers le temps, d'une réflexion sur la condition d'être là, à cet instant, pas ailleurs et de ressentir les choses comme si elles existaient réellement...

Je ne vois rien d'hermétique dans la liberté que tu prends pour t'exprimer...

Chacun(e) pourra y voir des images, peut-être bien différentes, mais elle mèneront toujours là où toi, tu nous emmènes...

Amitiés...

Hubix.



Je ne sais pas, enfin pas convaincu quoi, que cela mène où je vous emmène. L'écriture et la lecture sont deux choses bien différentes.
Il y a des questionnements au sujet de ma présence relativement à ce qui se produit autour de moi.

Citation de Jean-Louis
Bonsoir Jean-Baptiste,

Je sais ou tu demeures. Cela dit, Adria est la seule à souligner ce que d'aucun pensait sans vouloir le dire; "un poème qui n’est pas justifié." Zéro commentaire ( déjà deux ), impensable avec In Poésie.

Bien à toi
jlouis



Tu as déjà mon adresse je crois me souvenir.
Et si je te disais que "justifié" est utilisé ici dans le sens typographique, et de plus dans un sens métaphorique... qui a le sens pour moi de "hors-cadre".
Je n'aurais tout de même pas l'impolitesse de faire lire des poèmes auxquels je ne trouve aucune justification.

Citation de Adria d'Orances

Citation de Hubix-Jeee
Je ne vois rien d'hermétique dans la liberté que tu prends pour t'exprimer...


Pour ce qui me concerne; ce n'est pas l'expression qui est hermétique, je voulais signifier que c'est ma lecture qui n'a(vait) pas la clé.

Citation de In Poésie
ce poème... est à lire comme une succession de flashes. D'événements dans ma rue (d'où le titre)


Pour la rue j'avais saisi. J'ai effectivement pensé à un patchwork de flashs, restitués dans une forme d'écriture automatique.

Zéro commentaire ? Hé oui, raté !



Adria bis. Non, je peux vous assurer que ce n'est pas de l'écriture automatique. J'ai pris le temps de choisir mes images, croyez-moi, et de travailler lerythme, même si ce n'est pas un poème classique.

Merci à vous pour vos commentaires.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 266
Réponses: 9
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,1014] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.