Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 11
Invisible : 0
Total : 11
13108 membres inscrits

Montréal: 13 nov 21:49:49
Paris: 14 nov 03:49:49
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: " Raciste " comme Gandhi Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
76 poèmes Liste
1528 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
6 novembre
  Publié: 6 nov à 15:37
Modifié:  6 nov à 17:52 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Ou l'insoutenable grossièreté de l'être.

Petits et grands hommes on souvent prôné l'amour, entre les hommes. Mais pour certains de ces hommes, l'Homme noir n'était pas un être humain. Et ne l'est toujours pas pour certains, aujourd'hui.
Mais moi, je veux croire que vous adhérez à la cause de l'Homme noir et à sa souffrance, lorsque vous utilisez le mot " nègre ", comme tant de frères noirs afro-americano-antillais, s'interpellent entre eux, parfois. Et qui dans leurs bouches, veut dire homme. Mais " Nègre " n'est pas qu'un mot. Il est plus qu'un mot. Comme tous les mots d'ailleurs. Mais certains résonnent plus que d'autres, chargés qu'ils sont de violence et de haine. Ce mot raconte l'Histoire des souffrances et des humiliations faites à tout un peuple. L'homme et la femme noir(e) se dressent toujours fièrement, mais ne veulent pas oublier cette histoire. Moi non plus, je ne veux pas oublier que l'on a appelé mes ancêtres et moi-même "nègre". Alors peut-être que vous non plus. Vous ne voulez pas oublier. Alors, vous seriez un frère.
Oui, je veux croire que vous avez une telle sympathie pour le peuple noir, que de les voir s'entre-tuer, lors de ce récent épisode de violence en Afrique du sud auquel vous faites référence, vous déchire le coeur. Mais il faut dire que la population noire n'est pas moins intelligente qu'une autre différente population. Et au vu de ce que l'homme blanc fait à ces congénères, lui-même n'est pas plus intelligent que l'Homme noir. Cela est vérifié chaque jour. Mais il y a comme une sorte d'incapacité à voir en nous ce que l'on reproche chez l'autre.
Voudrait-on nous faire croire qu'il y aurait une violence propre et une autre sale ? La violence propre à l'occidental blanc ( n'est-il pas le civilisateur ? ) et une violence sale à l'Homme noir, ( primitif qu'il serait ) ? Et nous voyons là encore poindre dans cette assertion, une pensée " raciste ".
Vos dires suggèrent qu'en Afrique du sud, c'était mieux avant, avant Nelson Mandela. Il y a là l'insinuation que l'Homme noir ne peut pas se diriger, gouverner un pays, tout seul. C'est comme cela que je le comprends : sans le contrôle de l'homme blanc, l'homme noir redevient à l'état sauvage. Il n'est pas un homme, il est qu'un nègre. Vous effacez du coup, et d'un coup le prestige d'un homme qui s'est levé contre contre l'injustice raciale institutionnelle de son pays.
Le " racisme " peut être plus ou moins nuancé chez un individu, mais ce qu'il faut en retenir, c'est que le " raciste " pense qu'il est supérieur à l'autre, selon des critères morphologiques, intellectuels et moraux. Cela n'a pas besoin d'être pensé, réfléchi par des thèses pseudo savantes, il suffit que le " racisme " soit ressenti à l'endroit du cœur. Le " racisme ", ce n'est pas seulement une pensée, c'est aussi un sentiment. Un sentiment de supériorité, qui peut aller jusqu'à la répugnance de l'autre, différent.
Notre sentiment de supériorité, nous rend aveugle à notre connerie. Alors quand on voit quelqu'un de " bête ", on s'empresse de (se) le dire. Cela rehausse le peu d'estime que l'on a pour soi. Et en plus s'il est noir, jaune, rouge ou blanc... Et si on croise un autre "bête", et noir, jaune, rouge ou blanc. Encore ! On commence à se dire que tous les noirs, jaunes, rouges ou blancs sont "bêtes". Et là, on est en plein "racisme".
Et notre connerie s’accroît. C'est toujours la même ; une et indivisible connerie. Mais elle augmente au fur et à mesure qu'augmente le nombre de gens que l'on n'aime pas. Certains diront qu'ils ne sont pas obligés d'aimer tout le monde. Non. Mais pourquoi haïr et mépriser ? C'est là où c'est con. ???
Donc, la pensée raciste prend naissance dans ce sentiment. Là, il est plus difficile à contrer, à extirper de l'âme humaine, car naissent de ce sentiment ; les superstitions, les croyances, la foi, l'horreur ! ... tout ce qui est de l'ordre de l'irrationnel.
Mais aussi, le " racisme " naît de la peur, de l'angoisse surtout. Le " raciste " est un éternel angoissé. Il a peur qu'à un moment ou à un autre, il paraisse aux yeux de l'autre, moins sûr de lui. Du coup, l'une des attitudes pour cacher cette faiblesse, surtout à l'autre détesté, est le mépris. Le Mépris, ressenti aussi et surtout lorsque c'est un " cafre " qui donne un cours au soi-disant civilisé. Un cours d'amour, entre tous les peuples. Un cours de paix, entre noirs et blancs. Sans discrimination, sans ségrégation.
Nous savons maintenant que le concept de " races " différentes, est faux. Il n'y a qu'une seule espèce humaine. Mais il y aura toujours des " racistes ", qui ne se priveront pas d'utiliser le terme de " race ". Et de le mettre en avant.
Parmi cette espèce ; humaine, il y aura toujours des hommes et des femmes qui n'aimeront pas leurs prochain(e)s, selon des critères irrationnels, c'est tout ce que l'on peut dire. Et tout ce que l'on pourrait alors dire à cet égard c'est :
l'Homme contre l'Homme.
Quoiqu'il en soit, je veux croire que si vous aviez existé à la même époque que Martin Luther king, vous vous seriez joint à son combat. Et vous auriez partagé son rêve. Alors nous aurions été frères de cœur. C'est le plus important. Et vous auriez été dans mes bras. Vous seriez nègre au-dehors comme en-dedans, car je n'aurais vu aucune différence importante entre nous.

Parce que le concept de " race " ancre l'être, et dans sa matière et dans son charnel, il devient une prison où déjà l'étant est soumis aux forces terrestres, mais de plus ensuite, il est soumis à la pesanteur de son égo.
Alors oui, le " raciste " est un " grossier " personnage.

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
184 poèmes Liste
4796 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
13 novembre
  Publié: 6 nov à 17:58 Citer     Aller en bas de page

Le racisme, et sans guillemets, est une chose que je ne comprendrai jamais.
Le critère, c'est la couleur de la peau ? Soit.
Mais si le critère était la couleur des cheveux, ou des yeux ?

Quoique... il se trouve des imbéciles qui n'aiment pas les roux, ou les yeux violets... ou je ne sais quoi.
Tous les prétextes sont bons à celui qui veut s'inventer un moyen de se sentir supérieur.

Ce qui est certain, c'est qu'il y a des haineux de toutes les couleurs.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Allantvers Nouveau membre!

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
33 commentaires
Membre depuis
3 novembre
Dernière connexion
13 novembre
  Publié: 7 nov à 03:31 Citer     Aller en bas de page

La haine et le rejet de l'autre, et donc de l'altérité, de la différence.
Encore un piège de l'ego.
Comme si la différence le mettait en danger..

Merci pour le partage

  MariePaule
gattopardo
Impossible d'afficher l'image
Tempus fugit
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
430 commentaires
Membre depuis
6 janvier
Dernière connexion
13 novembre
  Publié: 7 nov à 05:26 Citer     Aller en bas de page

Veuillez jeter un coup d'oeil, SVP, dans "Les Mots des Autres", sous-catégorie du Journal.

Pour le reste, un peu de patience ...
gattopardo

  gattopardo
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
8731 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
13 novembre
  Publié: 8 nov à 04:40 Citer     Aller en bas de page

- pour avoir été confronté à des réactivités de dominants, qui font des sélections d'appartenances en s'autorisant des services sur des victimes dans des indifférences parfois plus douloureuses à accepter, sans avoir à justifier leurs actes,
- nègre, a une résonnance de soumission ou de présence à cacher (écrivains inconnus rémunérés) y aurait-il une appellation qui soit respectueuse de ces honoreuses différences ?
- pour moi-même qui ai à en subir en tant qu'obèse, bizarrement en tant que français pour certains anglo-saxons, ou sur des tailles des cultures ou des religions.
- je suis allé en Afrique dite noire, et là j'ai su m'effacer ma culture de colonisateur, et maintenant je me sens mieux.
merci JCG pour nous avoir fait part de cette sensibilisation.

 
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège


Helios
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
383 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
13 novembre
  Publié: 10 nov à 06:05 Citer     Aller en bas de page

Merci pour ce texte Jean-claude. le racisme sous toutes ses formes est la marque de la pensée vulgaire. Amitiés Georges.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 166
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0374] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.