Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 116
Invisible : 0
Total : 116
13178 membres inscrits

Montréal: 4 juin 16:29:20
Paris: 4 juin 22:29:20
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: " Raciste " comme Gandhi Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 6 nov 2019 à 15:37
Modifié:  6 nov 2019 à 17:52 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Ou l'insoutenable grossièreté de l'être.

Petits et grands hommes on souvent prôné l'amour, entre les hommes. Mais pour certains de ces hommes, l'Homme noir n'était pas un être humain. Et ne l'est toujours pas pour certains, aujourd'hui.
Mais moi, je veux croire que vous adhérez à la cause de l'Homme noir et à sa souffrance, lorsque vous utilisez le mot " nègre ", comme tant de frères noirs afro-americano-antillais, s'interpellent entre eux, parfois. Et qui dans leurs bouches, veut dire homme. Mais " Nègre " n'est pas qu'un mot. Il est plus qu'un mot. Comme tous les mots d'ailleurs. Mais certains résonnent plus que d'autres, chargés qu'ils sont de violence et de haine. Ce mot raconte l'Histoire des souffrances et des humiliations faites à tout un peuple. L'homme et la femme noir(e) se dressent toujours fièrement, mais ne veulent pas oublier cette histoire. Moi non plus, je ne veux pas oublier que l'on a appelé mes ancêtres et moi-même "nègre". Alors peut-être que vous non plus. Vous ne voulez pas oublier. Alors, vous seriez un frère.
Oui, je veux croire que vous avez une telle sympathie pour le peuple noir, que de les voir s'entre-tuer, lors de ce récent épisode de violence en Afrique du sud auquel vous faites référence, vous déchire le coeur. Mais il faut dire que la population noire n'est pas moins intelligente qu'une autre différente population. Et au vu de ce que l'homme blanc fait à ces congénères, lui-même n'est pas plus intelligent que l'Homme noir. Cela est vérifié chaque jour. Mais il y a comme une sorte d'incapacité à voir en nous ce que l'on reproche chez l'autre.
Voudrait-on nous faire croire qu'il y aurait une violence propre et une autre sale ? La violence propre à l'occidental blanc ( n'est-il pas le civilisateur ? ) et une violence sale à l'Homme noir, ( primitif qu'il serait ) ? Et nous voyons là encore poindre dans cette assertion, une pensée " raciste ".
Vos dires suggèrent qu'en Afrique du sud, c'était mieux avant, avant Nelson Mandela. Il y a là l'insinuation que l'Homme noir ne peut pas se diriger, gouverner un pays, tout seul. C'est comme cela que je le comprends : sans le contrôle de l'homme blanc, l'homme noir redevient à l'état sauvage. Il n'est pas un homme, il est qu'un nègre. Vous effacez du coup, et d'un coup le prestige d'un homme qui s'est levé contre contre l'injustice raciale institutionnelle de son pays.
Le " racisme " peut être plus ou moins nuancé chez un individu, mais ce qu'il faut en retenir, c'est que le " raciste " pense qu'il est supérieur à l'autre, selon des critères morphologiques, intellectuels et moraux. Cela n'a pas besoin d'être pensé, réfléchi par des thèses pseudo savantes, il suffit que le " racisme " soit ressenti à l'endroit du cœur. Le " racisme ", ce n'est pas seulement une pensée, c'est aussi un sentiment. Un sentiment de supériorité, qui peut aller jusqu'à la répugnance de l'autre, différent.
Notre sentiment de supériorité, nous rend aveugle à notre connerie. Alors quand on voit quelqu'un de " bête ", on s'empresse de (se) le dire. Cela rehausse le peu d'estime que l'on a pour soi. Et en plus s'il est noir, jaune, rouge ou blanc... Et si on croise un autre "bête", et noir, jaune, rouge ou blanc. Encore ! On commence à se dire que tous les noirs, jaunes, rouges ou blancs sont "bêtes". Et là, on est en plein "racisme".
Et notre connerie s’accroît. C'est toujours la même ; une et indivisible connerie. Mais elle augmente au fur et à mesure qu'augmente le nombre de gens que l'on n'aime pas. Certains diront qu'ils ne sont pas obligés d'aimer tout le monde. Non. Mais pourquoi haïr et mépriser ? C'est là où c'est con. ???
Donc, la pensée raciste prend naissance dans ce sentiment. Là, il est plus difficile à contrer, à extirper de l'âme humaine, car naissent de ce sentiment ; les superstitions, les croyances, la foi, l'horreur ! ... tout ce qui est de l'ordre de l'irrationnel.
Mais aussi, le " racisme " naît de la peur, de l'angoisse surtout. Le " raciste " est un éternel angoissé. Il a peur qu'à un moment ou à un autre, il paraisse aux yeux de l'autre, moins sûr de lui. Du coup, l'une des attitudes pour cacher cette faiblesse, surtout à l'autre détesté, est le mépris. Le Mépris, ressenti aussi et surtout lorsque c'est un " cafre " qui donne un cours au soi-disant civilisé. Un cours d'amour, entre tous les peuples. Un cours de paix, entre noirs et blancs. Sans discrimination, sans ségrégation.
Nous savons maintenant que le concept de " races " différentes, est faux. Il n'y a qu'une seule espèce humaine. Mais il y aura toujours des " racistes ", qui ne se priveront pas d'utiliser le terme de " race ". Et de le mettre en avant.
Parmi cette espèce ; humaine, il y aura toujours des hommes et des femmes qui n'aimeront pas leurs prochain(e)s, selon des critères irrationnels, c'est tout ce que l'on peut dire. Et tout ce que l'on pourrait alors dire à cet égard c'est :
l'Homme contre l'Homme.
Quoiqu'il en soit, je veux croire que si vous aviez existé à la même époque que Martin Luther king, vous vous seriez joint à son combat. Et vous auriez partagé son rêve. Alors nous aurions été frères de cœur. C'est le plus important. Et vous auriez été dans mes bras. Vous seriez nègre au-dehors comme en-dedans, car je n'aurais vu aucune différence importante entre nous.

Parce que le concept de " race " ancre l'être, et dans sa matière et dans son charnel, il devient une prison où déjà l'étant est soumis aux forces terrestres, mais de plus ensuite, il est soumis à la pesanteur de son égo.
Alors oui, le " raciste " est un " grossier " personnage.

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
217 poèmes Liste
5606 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 6 nov 2019 à 17:58 Citer     Aller en bas de page

Le racisme, et sans guillemets, est une chose que je ne comprendrai jamais.
Le critère, c'est la couleur de la peau ? Soit.
Mais si le critère était la couleur des cheveux, ou des yeux ?

Quoique... il se trouve des imbéciles qui n'aiment pas les roux, ou les yeux violets... ou je ne sais quoi.
Tous les prétextes sont bons à celui qui veut s'inventer un moyen de se sentir supérieur.

Ce qui est certain, c'est qu'il y a des haineux de toutes les couleurs.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Allantvers Cet utilisateur est un membre privilège

Modératrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
53 poèmes Liste
568 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 7 nov 2019 à 03:31 Citer     Aller en bas de page

La haine et le rejet de l'autre, et donc de l'altérité, de la différence.
Encore un piège de l'ego.
Comme si la différence le mettait en danger..

Merci pour le partage

  MariePaule
gattopardo
Impossible d'afficher l'image
Tempus fugit
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
552 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2019
Dernière connexion
1er mai
  Publié: 7 nov 2019 à 05:26 Citer     Aller en bas de page

Veuillez jeter un coup d'oeil, SVP, dans "Les Mots des Autres", sous-catégorie du Journal.

Pour le reste, un peu de patience ...
gattopardo

  gattopardo
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
285 poèmes Liste
9438 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 8 nov 2019 à 04:40 Citer     Aller en bas de page

- pour avoir été confronté à des réactivités de dominants, qui font des sélections d'appartenances en s'autorisant des services sur des victimes dans des indifférences parfois plus douloureuses à accepter, sans avoir à justifier leurs actes,
- nègre, a une résonnance de soumission ou de présence à cacher (écrivains inconnus rémunérés) y aurait-il une appellation qui soit respectueuse de ces honoreuses différences ?
- pour moi-même qui ai à en subir en tant qu'obèse, bizarrement en tant que français pour certains anglo-saxons, ou sur des tailles des cultures ou des religions.
- je suis allé en Afrique dite noire, et là j'ai su m'effacer ma culture de colonisateur, et maintenant je me sens mieux.
merci JCG pour nous avoir fait part de cette sensibilisation.

 
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège


Mieux vaut avoir raison seul que tort avec la foule.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
1049 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 10 nov 2019 à 06:05 Citer     Aller en bas de page

Merci pour ce texte Jean-claude. le racisme sous toutes ses formes est la marque de la pensée vulgaire. Amitiés Georges.

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 15 nov 2019 à 14:34 Citer     Aller en bas de page

Merci,
In Poésie,
Allantvers,
Gattopardo, (ok j'attends)
Samamuse,
Tychilios
pour votre visite sous ces mots.

Le racisme peut être très sournois. Il peut parfois se cacher derrière une attitude parternaliste et bienfaisante.

A bientôt !

 
gattopardo
Impossible d'afficher l'image
Tempus fugit
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
552 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2019
Dernière connexion
1er mai
  Publié: 14 déc 2019 à 14:03 Citer     Aller en bas de page

I have a dream

Speech by the Rev. MARTIN LUTHER KING At the "March on Washington"
(le 28 août 1963) Suivi de la traduction française

Posté dans "les mots des autres" le 7 novembre.

le 2019-11-07 05:26:29 je vous avais invité à
Veuillez jeter un coup d'oeil, SVP, dans "Les Mots des Autres", sous-catégorie du Journal.

Ça n'a pas eu l'air de vous intéresser

  gattopardo
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 18 déc 2019 à 04:52 Citer     Aller en bas de page

J'ai bien lu le texte que vous avez posté. Et alors ???

 
gattopardo
Impossible d'afficher l'image
Tempus fugit
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
552 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2019
Dernière connexion
1er mai
  Publié: 18 déc 2019 à 09:28 Citer     Aller en bas de page

"Quoiqu'il en soit, je veux croire que si vous aviez existé à la même époque que Martin Luther king, vous vous seriez joint à son combat. Et vous auriez partagé son rêve. Alors nous aurions été frères de cœur. C'est le plus important. Et vous auriez été dans mes bras. Vous seriez nègre au-dehors comme en-dedans, car je n'aurais vu aucune différence importante entre nous."

J'étais ado mais j'étais de tout coeur avec lui et son combat pour les droits civiques.

Et vous?

  gattopardo
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 24 déc 2019 à 02:07 Citer     Aller en bas de page

@ Gattopardo. Moi ? J'étais tout petit, à peine quatre ans. Mais mes parents, mes grands-parents étaient dans le combat. Un combat de tous les jours. Je suis né dedans, ainsi que bien d'autres. Mais nous n'avons pas eu le luxe de choisir ce combat.

Pour ce qui est du discours de Martin Luther King, où est-il fait mention du terme " nègre " incriminé ? Quand est-il dit, dans ce discours, qu'un homme noir s'en prenant à un autre homme noir, pouvait être traîter de " nègre " ?

 
gattopardo
Impossible d'afficher l'image
Tempus fugit
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
552 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2019
Dernière connexion
1er mai
  Publié: 26 déc 2019 à 05:40 Citer     Aller en bas de page

"negro" à la 4° ligne, puis 2 x à la 7° ligne, encore une fois à la 10°. Je me suis arrêté là.
(Vous disiez l'avoir lu?!)

"Quand est-il dit, dans ce discours, qu'un homme noir s'en prenant à un autre homme noir, pouvait être traîter de " nègre " ?"
Vous fantasmez encore, ni Martin Luther King ni moi-même n'avons jamais dit ni fait ça.
(Mon texte initial, que je ne puis nommer, a été effacé, mais je puis vous en fournir une copie pour que vous puissiez vérifier))
à bientôt?
gattopardo

P.S. Malgré tout votre acharnement, je persiste à penser que vous êtes de bonne foi.

  gattopardo
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
285 poèmes Liste
9438 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 28 déc 2019 à 06:40 Citer     Aller en bas de page

- oh, au risque de paraitre être insensible, en 1967, la british air Craft Product, m'avait proposé d'aller en Afrique du sud pour 6 mois, ma conscience m'a dit de refuser. j'étais français, non partisan des sélections des couleurs, et pour ne pas perdre un combat, mieux vaut de ne pas le commencer.
- je suis allé au Togo en 2014, (sans le savoir, en y allant, dans un esprit de colonialiste) j'y ai découvert une philosophie, ne plus y voir de couleurs de peaux, et devoir par obligations de revenir en France.
- Parce que le concept de " race " ancre l'être, et dans sa matière et dans son charnel, il devient (le concept) une prison où déjà l'étant est soumis aux forces terrestres (du conditionnement sociétal), mais de plus ensuite, il est soumis à la pesanteur de son égo.
- Alors oui, le " raciste " est un " grossier " personnage. (non un ignorant, qui a besoin de vivre des effets miroirs)
à bientôt.

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 7 jan à 04:07 Citer     Aller en bas de page

Citation de Gattopardo
Mettre Auteur : gattopardo :: Posté : 2019-12-14 14:03:45
I have a dream

Speech by the Rev. MARTIN LUTHER KING At the "March on Washington"
(le 28 août 1963) Suivi de la traduction française

Posté dans "les mots des autres" le 7 novembre.

le 2019-11-07 05:26:29 je vous avais invité à
Veuillez jeter un coup d'oeil, SVP, dans "Les Mots des Autres", sous-catégorie du Journal.

Ça n'a pas eu l'air de vous intéresser



Auteur : gattopardo :: Posté : 2019-12-26 05:40:09
"negro" à la 4° ligne, puis 2 x à la 7° ligne, encore une fois à la 10°. Je me suis arrêté là.
(Vous disiez l'avoir lu?!)

"Quand est-il dit, dans ce discours, qu'un homme noir s'en prenant à un autre homme noir, pouvait être traîter de " nègre " ?"
Vous fantasmez encore, ni Martin Luther King ni moi-même n'avons jamais dit ni fait ça.
(Mon texte initial, que je ne puis nommer, a été effacé, mais je puis vous en fournir une copie pour que vous puissiez vérifier))
à bientôt?
gattopardo

P.S. Malgré tout votre acharnement, je persiste à penser que vous êtes de bonne foi.


@ Gattopardo. Voilà que j'apprends que vous n'aviez pas seulement poster la version française, mais aussi la version américaine que je n'avais pas vu. Autant pour moi. Mais sachez que cela ne change rien. Les deux versions renforcent mon propos.

Où est-il fait mention du terme " negre " dans la traduction française et la version originale américaine, du discours de M.L King " I have a dream ", que vous avez posté dans votre journal, à mon attention ?

Vous n'avez donc toujours pas compris. S'il n'y a personne de vos ami(e)s sur le site pour vous aider à y voir plus clair, laissez-moi m'en charger, voulez-vous ?

Black en anglais veut dire noir. Négro en espagnol veut dire noir. Noir, en français veut dire noir. " Negre " en français veut dire sous-hommes, être inférieur. On a l'image du sous-homme toujours sale, qu'en français, c'est un pléonasme de dire " sale negre ! ".

Ce mot " negre " utilisé dans une Europe colonialiste, qui tendait à tout catégoriser. Jusqu'à essentialiser et hiérarchiser. Cette tendance qui a été transmise aux êtres humain de toute la planète. Jusqu'à la parution du " Code noir ", en France.
On pourrait faire correspondre au mot " Negre " l'expression " bien meuble ( appartenant à un propriétaire ) ", que l'on trouve dans ce livre. Pourquoi il y a cette volonté en France (et ailleurs) visant à effacer le mot " negre " de la culture française ? Si ce n'est parce qu'il est insultant, dévalorisant.
Je fantasme ?? Mais je n'ai pas rêvé : vous avez bien employé, par deux fois, le terme " negre " dans votre fourche-langue.
M.L. King, lui, ne l'a pas fait dans son discours. " Negro " dans la bouche de M.L. King ne veut pas dire " negre ". Vous, vous l'avez fait, donc pensé et dit. Sûrement à plusieurs reprises et de plus en plus vite. Vous a t'il aidé à mieux articuler, au moins ?
Chez les hindoux, il y a des gens à la peau noire très foncée. Ils ne sont pourtant pas noirs. Et on ne les traite pas de " negros ". Martin Luther King s'adressait à son peuple. Et à aucun moment de son discours ne fut prononcé " N Word ". Et si vous étiez, comme vous le dites, un ardent défenseur de la cause noire, vous sauriez que " N Word " est jusqu'à présent tabou aux états-unis.
Pour tout ça, je peux dire que votre fourche-langue et son contexte dans lequel vous l'avez présenté, est ignoble.

Alors maintenant, pourquoi le noir s'approprie l'insulte raciste de l'autre ? Il y aurait deux raisons à cela. Une : pour s'insensibiliser à l'insulte. Un moyen de protection. Mais aussi une façon pour que l'insulte raciste perde de son sens et de sa portée. Deux : en s'accaparant l'insulte raciste de l'autre, on devient l'égal de l'autre, avec le même pouvoir que celui qui se dit supérieur. Dans quelles cases vous rangez-vous ? le noir n'est pas le seul à se comporter ainsi. En France, par exemple dans la chanson, nous avons Claude Bartozzi qui chante "Le rital". Nous avons Georges Moustaki, "Le métèque". Mais si vous voulez savoir ce que j'en pense, l'homme noir et la femme noire ne devraient pas utiliser ce mot pour se définir. Le paradoxe, c'est que ce mot doit rester dans l'Histoire, pour ne pas oublier qu'il a existé. Pour ne pas oublier que l'on a fait souffrir une partie de l'humanité à cause de sa couleur de peau. Resté dans l'Histoire, oui, mais pas de la façon dont vous l'avez fait.

Maintenant, vous pouvez tout dire et son contraire, puisque vous avez effacé votre texte. M'en fournir une copie ? Mais nous parlons bien de votre fourche-langue, n'est-ce pas ? Avec plaisir. Postez-le sur cette publication-ci, s'il vous plait. Pas de mp. Ni dans votre journal. Merci.

PS :
Quelle magnanimité !
Où voyez-vous de l'acharnement ? Bien que remonté par votre attitude, considérez-moi comme un pédagogue bienveillant désirant que son interlocuteur accède à une plus grande largeur d'esprit.


Samamuse, au contraire, ton intervention est très rafraichissante. Et très vraie. Cela relève de la représentation erronée que l'on se fait de l'autre. Créant ainsi des préjugés. Merci Sam, tu as saisi le coeur du problème.

 
gattopardo
Impossible d'afficher l'image
Tempus fugit
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
552 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2019
Dernière connexion
1er mai
  Publié: 10 jan à 10:55 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,

Lors de ma dernière retraite j’ai découvert la zen attitude.

Vous devriez essayer, ça calme.

gattopardo

P.S. C'est mon dernier mot.

  gattopardo
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 14 jan à 05:36 Citer     Aller en bas de page

Citation de gattopardo
Auteur : gattopardo :: Posté : 2020-01-10 10:55:46
Bonjour,

Lors de ma dernière retraite j’ai découvert la zen attitude.

Vous devriez essayer, ça calme.

gattopardo

P.S. C'est mon dernier mot.



Je vous souhaite de le pratiquer assidûment. Il vous permettra de vous connaître un peu mieux. De vous apaiser, et de dire moins de bêtises.

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 14 jan à 05:38 Citer     Aller en bas de page

Citation de gattopardo
Auteur : gattopardo :: Posté : 2019-12-18 09:28:10
"Quoiqu'il en soit, je veux croire que si vous aviez existé à la même époque que Martin Luther king, vous vous seriez joint à son combat. Et vous auriez partagé son rêve. Alors nous aurions été frères de cœur. C'est le plus important. Et vous auriez été dans mes bras. Vous seriez nègre au-dehors comme en-dedans, car je n'aurais vu aucune différence importante entre nous."

J'étais ado mais j'étais de tout coeur avec lui et son combat pour les droits civiques.

Et vous?



 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 14 jan à 05:42 Citer     Aller en bas de page

Croire qu'une création, faite de la main et de l'esprit de l'Homme, surtout dans le domaine artistique, ne devient qu'un simple objet une fois lâché à la vue des regards, serait une grossière erreur. Avant d'être au monde, il est déjà une oeuvre de l'esprit. Et par conséquent, ensuite, il devient l'expression d'une pensée ou d'une idéologie. Il n'est pas comme une pierre que nous ramasserions pour le lancer sur des gens. Si nous le pensons, qui tenterions-nous de lapider lorsque nous nous exprimons ? Cette pensée naît de nous, et de nos peurs. Et nous en sommes responsables. Et nous sommes responsables des effets qu'elle a sur nous-mêmes et sur les autres.

Certains pensent que j'en fait trop. ??? Ils n'ont pas torts. Mais lorsque certains participent à la libération de la parole raciste, (car c'est bien de cela qu'il est question) révisionniste et négationniste, je crois qu'il ne faut pas hésiter à réagir sur chaque points de leur argumentaire. Si nous ne le faisons pas, alors il y aurait consensus sur leurs idéologie, puisque personne ne contredirait. Nous ne devons rien laisser passer.

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 31 jan à 11:06 Citer     Aller en bas de page

Chercher l'erreur parmi ces noms classifiants les races ?
Négroïde, caucasoïde, mongoloïde et australoïde ?

Pour ce qui est du terme négro, négroïde, c'est la même chose. Il ne devrait pas être employé, bien qu'il semble moins péjoratif, du fait de son utilisation soi-disant "scientifique", que mot nègre. Il qualifie des caractères physionomiques et non régional comme par exemple le terme caucasoïde, mongoloïde, australoïde. Il y a là tout autant une discrimination.
Il se trouve qu'il existe un autre mot : congoloïde. C'est mieux. Pourquoi pas. Mais ce qu'il faut savoir c'est que les peuples noir s'étaient donner des noms pour se représenter, bien avant que les européens ne le fasse. Certains se nommaient " Kamite ".

 
CORRY
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
0 poèmes Liste
6 commentaires
Membre depuis
9 février 2019
Dernière connexion
23 février
  Publié: 22 févr à 20:09 Citer     Aller en bas de page

j'ai deux amis racistes, à Nice. Ces salauds le sont devenus après que leurs femmes aient péri lors de l'attentat. Un a eu le bras arraché, en plus. Mais est-ce vraiment une raison valable pour ne plus supporter les arabes ? Je crois comme vous que le racisme n'est pas provoqué par des agissements cruels ou qu'il est une réponse à des différences profondes de mœurs, culture ou religion. Non être raciste est inné, sans raisons apparentes. Le raciste est mauvais car pour la mort d'une seule personne, il peut haïr une communauté. Comme les immigrés violeurs en Allemagne, il faut bien leur laisser le temps de s'acclimater à notre façon de vivre. Si c'avait été votre fille la victime, je suis sûr que vous leur auriez pardonné. Mais certains ne le peuvent par manque d'humanité.

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 31 mars à 05:23
Modifié:  31 mars à 05:27 par Jean-Claude Glissant
Citer     Aller en bas de page

Citation de CORRY
J'ai deux amis racistes, à Nice. Ces salauds le sont devenus après que leurs femmes aient péri lors de l'attentat. Un a eu le bras arraché, en plus. Mais est-ce vraiment une raison valable pour ne plus supporter les arabes ? Je crois comme vous que le racisme n'est pas provoqué par des agissements cruels ou qu'il est une réponse à des différences profondes de mœurs, culture ou religion. Non être raciste est inné, sans raisons apparentes. Le raciste est mauvais car pour la mort d'une seule personne, il peut haïr une communauté. Comme les immigrés violeurs en Allemagne, il faut bien leur laisser le temps de s'acclimater à notre façon de vivre. Si c'avait été votre fille la victime, je suis sûr que vous leur auriez pardonné. Mais certains ne le peuvent par manque d'humanité.




Je suis très heureux de cette nouvelle intervention, car elle va me permettre de finaliser ce post. Enfin !
Je remercie donc CORRY de relancer le débat et de nous proposer en exemple un commentaire de son cru.
Analysons ce texte maintenant, si vous voulez bien ?

Tout d'adord, il y a là, je trouve, une impudeur choquante à nous livrer cette histoire personnelle de but en blanc. Juste dans le but de nous émouvoir. Il serait difficile d'y répondre sans être désolé pour le narrateur (c'est ce qu'il voudrait) et que nous soyons mis dans l'embarras par la suite, dans notre réponse. C'est cette impudeur qui me pousse à penser que là est présenté une fausse anecdote. Vous allez comprendre pourquoi le commentaire commence ainsi.

1 L'entame.
Il commence par une anecdocte toute personnelle visant à nous toucher émotionnellement. Qu'elle soit véridique ou qu'elle ne le soit pas, n'est pas là le propos. Cela permet aux personnes qui l'entendent d'être en état de réceptivité émotionnelle, et d'être ouvertes à ce qui peut suivre. L'entame vise à endormir, à créer la confiance et la sympathie. Et permettre ainsi un rapprochement entre individus, une connection. Ici :
" j'ai deux amis racistes, à Nice. Ces salauds le sont devenus après que leurs femmes aient péri lors de l'attentat. Un a eu le bras arraché, en plus. Mais est-ce vraiment une raison valable pour ne plus supporter les arabes ? "

2 Le message " subliminal ", pas si subliminal :
il est inséré au milieu du texte. Et vise à présenter le fond d'une pensée, un mensonge, une contre-vérité, cherche à discréditer ou à lancer une provocation. Mais aussi à délivrer la moitié d'une information pour réorienter la pensée du destinataire. Là :
" Je crois comme vous que le racisme n'est pas provoqué par des agissements cruels ou qu'il est une réponse à des différences profondes de mœurs, culture ou religion. Non être raciste est inné, sans raisons apparentes. "
" On sait bien que tous les bébés du monde naissent racistes et le sont donc tout au long de leur vie. "
Là, j'ironise, comme le fait le narrateur du com.
Il me semble n'avoir rien affirmé de tel. Mais le lecteur n'ira pas vérifier la véracité de l'information et restera dans son esprit, cette affirmation erronée comme venant de moi.
Je ne dis pas que le racisme est inné. Il est acquis par l'expérience dont on tire une mauvaise interprétation/réaction.
" Le raciste est mauvais car pour la mort d'une seule personne, il peut haïr une communauté. "
Pas seulement haïr une communauté, mais tuer une communauté, tout au moins le maximum de gens possible d'une communauté. Nous avons tous en mémoire les épisodes tragiques des fusillades perpétrées au nom de la pureté de la race entre autre, aux états unis, en allemagne... ( ça, il faut en parler aussi ) par peur d'un supposé " grand remplacement ".
" Comme les immigrés violeurs en Allemagne, il faut bien leur laisser le temps de s'acclimater à notre façon de vivre. "
Encore une fausse info. Premièrement en Allemagne, il y a plus de violeurs allemands que de violeurs immigrés ou de violeurs migrants. Et ensuite, les rapports indiquent à ce sujet, que certains migrants pour ne parler que d'eux sont " suspectés " de viol, et non condamnés. Les rumeurs et les accusations vont bon train quand on a quelqu'un ou un groupe, dans le collimateur.

3 Et puis le " consensus ", où tout le monde peut se reconnaître et partager de nobles idéaux, de véritables valeurs, par exemple. Où on peut tous se rassembler autour d'une belle théorie, d'un beau sentiment. Dans l'idée surtout d'occulter, le message qui a été délivré, de le faire oublier de la conscience. Mais il laisse son empreinte ailleurs.
Dans le cas qui nous occupe, il y a tentative d'impliquer l'interlocuteur/destinataire en lui proposant à imaginer une situation dramatique qui ferait réagir la plupart des gens :
" Si c'avait été votre fille la victime, ...
Le narrateur ne s'adresse pas seulement à l'interpelé, mais à nous tous, en espérant que nous restions enfermés dans l'affect, plus que dans la réflexion ou dans le recul.
Ce commentaire n'a pour but que de nous cloîtrer dans l'émotion, la colère, l'envie de vengeance. Un commentaire dit au second degré, dans sa totalité, ce qui en inverse et/ou en adoucie l'effet "attaque directe". Le second degré permet aussi de cacher, soi et nos réelles intentions.
... je suis sûr que vous leur auriez pardonné. Mais certains ne le peuvent par manque d'humanité. "
Qui ne réagirait pas fortement à l'évocation de cette terrible tragédie. On ne peut être que... écoeuré, unaniment, par une telle infamie. Une fille, une soeur, une épouse ou une mère, violée. Moi, je le serai. On aurait envie de faire justice soi-même. Oeil pour oeil, dent pour dent. Est-ce cela qui nous est proposé ici ? Être des tueurs en série ? Mais si nous rendons la justice nous-mêmes et par nos propres moyens, ne devenons-nous pas des criminels ? On veut nous faire croire que l'on est en état de guerre. Et alors, le criminel n'en serait plus un. Il serait un héros. ??? Un résistant. ???
" Mais certains ne le peuvent par manque d'humanité. "
Il y a là, dans tout ce texte, comme une intimidation, une volonté à nous rendre coupables si jamais nous n'avions pas de coeur. Mais laissez-moi vous dire quelque chose ; lorsqu'une personne veut nous émouvoir pour tenter de nous manipuler, c'est qu'elle n'a pas de coeur.
Essayons de ne pas nous couper de tout ce qui fait de nous des humains. Nous ne sommes pas qu'une émotion, nous sommes aussi celui qui pose une réflexion sur son émotion, qui peut avoir du recul face à cette émotion. Nous sommes des êtres de réflexion et de sentiment. Sinon, nous ne serions que des animaux.


Récapitulation

1 Recherche de sympathie
2 Message à délivrer
3 Rassemblement unanime autour d'un thème, de nobles idéaux, pour faire passer le message, pour le minimiser et/ou pour le placer dans l'inconscient. Ou pour détourner l'attention du message précédemment lancé.
Ou
1 Pommade
2 Pénétration
3 Massage
Ou
1 La brèche Coeur (sentiment/émotion)
2 Cheval de Troie Pique (intelligence/ruse)
3 L'invasion
a) L'attaque Trèfle (nature : sexualité agressivité)
ou
b) L'oeuvre civilisatrice Carreau (la culture, le commerce)

Voilà, j'ai terminé. C'est juste un essais sans prétention. Je tiens encore à remercier CORRY pour avoir participé en laissant ce post, qui me rappelle dans sa construction le post d'un autre membre qui m'a fait vivement réagir, pour donner naissance à celui-ci. Si vous vous en souvenez, voyez comme est utilisé le même procédé.
Un spécialiste du langage et du comportement pourrait en parler mieux que moi, mais j'espère vous avoir donné quelques clés pour mieux repérer les manipulations psychologiques, utilisées par des groupes de pensées, à mauvais escient.

Merci pour votre attention.

Des questions ?

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 668
Réponses: 20
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,1257] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.