Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 299
Invisible : 0
Total : 299
13118 membres inscrits

Montréal: 17 févr 18:12:21
Paris: 18 févr 00:12:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Ap.11-12 Le dernier combat Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
129 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
17 février
  Publié: 12 févr à 07:28
Modifié:  13 févr à 18:11 par Tychilios
Citer     Aller en bas de page

L’Apocalypse est une suite de fulgurances hallucinatoires, ce récit s’inscrit pourtant dans le registre de nos textes fondateurs. Cependant, présenté dans une traduction littérale trop sévère ou laborieuse, il perd beaucoup de son attrait originel. Sans être croyant, j’ai voulu révéler son lyrisme étonnant. Dans un recueil de 132 quatrains, divisé en douze volets, j’ai transposé l’œuvre de Jean en une longue fresque poétique versifiée. respectant du mieux possible le contenu et l’esprit. Voici donc la onzième et avant-dernière partie. Je vous souhaite une bonne lecture.




La chute des Anges Gustave Doré.(Domaine public)

Le dernier combat


Un cheval blanc, soudain, transperce les nuages
Son cavalier serein montre un très doux visage
Ses yeux flamboient autant que les nombreux diadèmes
Qu’il porte sur le front, c’est l’envoyé suprême.

“– LA-PAROLE-DE-DIEU –”, au-dessus de sa tête,
s’aligne en quatre mots, qu’il est seul à connaître
La cape qui le drape est imprégnée de sang.
La grande armée du ciel le suit fidèlement,

Composée d’escadrons de cavaliers vaillants,
Montés, à sa façon, sur des destriers blancs.
Son arme n’est pas celle d’un guerrier ordinaire,
Car sa bouche brandit une épée meurtrière1.

C’est le berger sévère qui mène les Nations,
De son spectre de fer, jusqu’à leur punition.
Une devise honore son étendard glorieux
Brodée en lettres d’or : ROI DES ROIS, DIEU DES DIEUX

Le Malin, général de l’armée des Nations,
Sur le champ de bataille fait son apparition.
Les deux camps opposés maintenant se font face
J’aperçois tournoyer, dans le ciel les rapaces.

La volonté de vaincre ronge les combattant,
Le combat se transforme en carnage sanglant,
Un verdict équitable, au Seigneur est rendu,
La Bête et son prophète sont de nouveau vaincus.

Un Ange qui descend saisit les deux perdants,
Et les jette vivants dans le grand lac brûlant.
Les oiseaux qui volaient au-dessus de la plaine,
Se délectent sans fin de bouts de chair humaine.

Je vois un nouvel Ange, près du lac, avancer
Une chaîne à la main, et dans l’autre, une clé.
C’est celle des abîmes, ou Satan enchaîné
Résidera pendant mille longues années.

Les martyrs de la foi reviennent à la vie.
Ils ont été choisis par des juges choisis,
Afin de partager pendant dix fois cent ans
À l’ombre du Seigneur, la paix des nouveaux temps.

Après mille ans, Satan surgit de sa prison.
Employant ses talents, il séduit les Nations2,
Par milliers, les impies de Gog et de Magog3
Se rallient à sa cause, pour l’ultime épilogue.

À quelques milles, à peine, de la Sainte Cité
Une armée de poussière s’avance à pas pressés,
Mais, tombant des nuées, des éclairs enflammés
Terrassent le Malin et ses légions damnées.

Alors, l’esprit du mal, avec son associé
Sont de nouveau jetés dans le lac enflammé.
Tourmenté nuit et jour pour les temps à venir,
Cette fois, le Démon ne pourra plus sévir.

Face au trône divin, les morts sont inclinés,
Attendant la sentence du jugement dernier.
Et la mort, et l’enfer, dans le lac sont jetés,
Avec les infidèles, ensemble ils sont noyés.


Tous droits réservés


1 Cette image reprise ici, symbolise la parole comme étant la meilleure arme
2 Le mot Nations, utilisé à de multiples reprises dans le texte illustre le monde païen de l’époque.
3 Gog et Magog représentent les impies des lointaines contrées inconnues, non soumises à l'Empire romain et qui font partie des ‘Nations’.



 
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
302 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
17 février
  Publié: 12 févr à 10:15
Modifié:  12 févr à 11:04 par Lucie Granville
Citer     Aller en bas de page

Dans ce volet de l’Apocalypse, tu gardes le lecteur en haleine, en maintenant la même intensité, avec une versification toujours aussi soignée. Images sublimes, habilement travaillées, et émotions fortes jaillissent, dans un enchainement d’un quatrain à l’autre sans temps mort, avec une montée en puissance, jusqu’à la chute, magistrale. Et toujours cette impression de film qui se déroule sous nos yeux, rempli d’effets spéciaux. L’illustration, superbe, s’accorde parfaitement à l’ensemble. Lucie

 
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
129 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
17 février
  Publié: 12 févr à 14:09 Citer     Aller en bas de page

Merci Lucie, Ravi que tu ne te soies pas encore lassée de cette transcription. Tu as bien raison de le souligner, cet épisode est particulièrement mouvementé. C'est l'un des passages que je préfère. G.I.

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
2195 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
16 février
  Publié: 12 févr à 14:32 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Georges,

No comment ! Tout est dit par notre fantastique Lucie à qui je fais un !

Si, quand-même, après cette chute de Babylone, l'arrivée de ce cheval BLANC et de ce cavalier SEREIN nous laisserait envisager un instant de répit... mais non, tout repart de plus belle, nous entraîne et entraînera dans cette course folle jusqu'à la fin ! Des images saisissantes et mises en valeur par ta plume. Parlant image, superbe illustration également.

Je me répèterai encore une fois de plus, mais je salue cet énorme travail que tu te donnes, merci Georges !

Bien à toi.

Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
292 poèmes Liste
5280 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
17 février
  Publié: 13 févr à 11:53 Citer     Aller en bas de page


Beau travail mais pas facile à commenter. A mon humble niveau le bien et le mal ne s'oppose pas, ils sont associés l'un justifie l'autre. quelques soient les écrits ils en sont toujours le pivot incontournable.

Amitiés

Yvon

  YD
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
129 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
17 février
  Publié: 13 févr à 12:52
Modifié:  13 févr à 12:53 par Tychilios
Citer     Aller en bas de page

_ Merci encore une fois Mawringhe, pour ta fidélité sur ce texte. Je suis touché par l'intérêt que tu y portes. Après la chute de Babylone, on aurait pu espérer une court instant de répit. Il n'en est rien, ça repart de plus belle. Amitiés, Georges.


_ Merci, Yvon, je suis d'accord en tout point sur ton commentaire qui s'éloigne de la vision manichéenne de la plupart des religions. Tu as bien compris, qu'étant athée j'aborde ici un texte scripturaire de manière très distancié sans jamais adhérer à son contenu doctrinal ou philosophique. Merci pour ton passage. Amicalement, Georges

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 124
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0506] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.