Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 420
Invisible : 0
Total : 424
· La Brune Colombe · sarah74 · ami_des_vers · Argynne Aphrodite
13191 membres inscrits

Montréal: 20 jan 11:06:07
Paris: 20 jan 17:06:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Identités Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
430 poèmes Liste
13678 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
20 janvier
  Publié: 11 jan à 16:03 Citer     Aller en bas de page





Laversill était tourmentée, suicidaire et coupable. Elle ne voulait pas être assimilée à une femme, d'ailleurs, son avatar était une sculpture de Rodin : des mains qui se touchaient du bout des doigts. Deux mains noires. Des mains parce que sur l'une des siennes, un oiseau avait été gravé il y longtemps. Pourquoi noires ? Parce qu'elle ne voulait tromper personne sur la marchandise.
Ses poèmes étaient tristes, pleins d'interrogations. Elle avait de nombreux doutes qu'elle écrivait. En cela, je l'aimais : « Femme qui doute se trompe rarement ». Lili a commencé à vivre à travers elle ; tour à tour triste ou mauvaise mais présente, amie fidèle.

Laversill s'était inscrite sur ce site pour laisser un testament virtuel. Pour que sa famille trouve après sa mort à travers ses écrits, des réponses aux questions qu'elle n'aurait pas manqué de se poser. Mais les choses ont changé. Elle a trouvé une écoute dans ce village virtuel, de la compréhension sans jugement, une empathie qu'elle est (jusqu'à maintenant) incapable de montrer. On lui a fait comprendre qu'elle avait sa place et que, malgré toutes les horreurs qu'elle pensait avoir commises, elle avait le droit d'être là. On lui a montré qu'elle pouvait être utile aussi. Elle a découvert le plaisir d'écrire un duo et cette première proposition, faite par un poète absent depuis longtemps maintenant, l'a remplie d'une joie indescriptible : elle n'était plus transparente.
Elle a pris confiance en elle, on lui a fait confiance aussi et les choses ont changé.

Laversill est morte et Ishtar est née. Plus vivante, plus joyeuse mais plus fragile aussi. Funambule de la vie, alternant des phases de bonheur intense, d'espièglerie et d'autres, beaucoup plus sombres.
Son avatar était femme. Profil plutôt. La main était présente : un doigt était posé sur ses lèvres. Chut ! On peut suggérer mais tout ne se dit pas.
Ishtar a continué le chemin initié par Laversill, nourrissant Lili, lui faisant exprimer ses peurs les plus profondes. Ishtar a écrit, boulimique d'encre et cela l'a rendue heureuse comme jamais. Et petit à petit, le changement s'est intensifié. L'assurance virtuelle a imprégné la vie réelle et son autre a pris de l'assurance aussi. Au bout de quelques temps, Lili n'a plus eu besoin d'être son porte-douleur.
Ishtar a appris à parler et son double réel aussi ; elle n'était plus que triste, mais amoureuse, espiègle, érotique même. Elle était femme avec ses douleurs et ses couleurs aussi... Et les choses ont changé.

Ishtar a laissé sa place à Adamantine. Dure comme je peux l'être sous un aspect anodin. Un nom qui rime avec clémentine (un fruit que j'adore).
La première Adamantine n'exhibait plus ses mains abîmées, elle ne se cachait plus sous un doigt. Elle souriait car dans son pseudo se cachaient toutes les facettes de sa personnalité et le prénom d'un prince parti trop tôt. Elle souriait et ses dents blanches étaient une insulte à celui qui aurait aimé qu'elle ne rie plus jamais.

Aujourd'hui, Adamantine a évolué. Elle a retrouvé ses mains aux doigts trop courts et potelés ; aux ongles rongés et aux veines saillantes. Mais ses mains ont appris à créer, à caresser et à écrire. Elle n'en a plus eu peur et a repris l'avatar du début.
Adamantine ignore ce que lui réservera la vie, elle ne sait pas si Lili repoindra le bout de son nez mais qu'importe. Elle est heureuse et même ses tristesses le sont aussi. Dans ses yeux, brille son envie de découvrir ce que l'avenir lui réserve. Oui, parce qu'elle aura un avenir Adamantine.
Elle changera encore peut-être, elle deviendra même une autre, qui sait... mais elle vivra. Fidèle à ce qu'elle est… En essayant en tout cas.

J'aimerais remercier ceux qui m'ont fait comprendre que, malgré tout ce que j'étais, malgré tout ce dont, selon moi, j'étais coupable, j'avais ma place ici et dans ma réalité. Certains me l'ont montré par leur empathie, leur confiance, leurs coups de pieds sur mon virtuel mais non moins imposant popotin, et d'autres, par nos désaccords ou nos querelles : « On ne combat que ceux qui nous valent, les autres, on les ignore ».
Je voudrais remercier ces personnes, amies, connaissances qui m'ont permis sans s'en rendre compte, (par un sourire adressé, un commentaire peut-être anodin), d'aller de la survie à la vie, ici, sur LPDP : Sachez que je vous aime.

Adamantine

Ps : J'offre une boîte de chocolats Et une bouteille de rhum vieux à celui ou à celle qui trouvera tout ce qui se cache derrière le pseudo : Adamantine.



En écoute : Le secret de Fauré. La mélodie que je préfère... par Nathalie Stutzmann

 
ori
Impossible d'afficher l'image
Mourir? C'est bien la dernière chose que je compte faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
724 commentaires
Membre depuis
24 août 2018
Dernière connexion
20 janvier
  Publié: 11 jan à 16:19
Modifié:  12 jan à 03:07 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir,
Ce pseudo n'aurait-il pas à voir avec le diamant, sa pureté et sa dureté (évoqué dans le texte)..
Sinon j'ai une ancienne blague qui m'est revenue à la lecture:
Avant j'étais schizophrène mais maintenant on va beaucoup mieux… Lol
Amicalement
Philippe

Il y a le diamant mais c'est indice avait été donné Pas de rhum
Nous allons mieux aussi

Citation de Adria d'Orances
Voilà belle manière d'expliquer l'utilisation successive de pseudos.
A cela, se pose la question : Pourquoi utiliser un pseudo pour publier de la poésie ?


Je me refuse à utiliser mon prénom ici. Je me livre énormément dans mes écrits et ce prénom n'appartient qu'à moi et à ceux que j'ai choisis. C'est, dans mon cas, comme si j'effectuait un strip tease, mais en conservant mes dessous

  Ori
Adria d'Orances


Recueil de poésies érotiques édité ...... (voir mon profil)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
793 commentaires
Membre depuis
9 mars 2016
Dernière connexion
18 janvier
  Publié: 12 jan à 02:49 Citer     Aller en bas de page

Voilà belle manière d'expliquer l'utilisation successive de pseudos.

A cela, se pose la question : Pourquoi utiliser un pseudo pour publier de la poésie ?


 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
430 poèmes Liste
13678 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
20 janvier
  Publié: 12 jan à 03:07 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir,
Ce pseudo n'aurait-il pas à voir avec le diamant, sa pureté et sa dureté (évoqué dans le texte)..
Sinon j'ai une ancienne blague qui m'est revenue à la lecture:
Avant j'étais schizophrène mais maintenant on va beaucoup mieux… Lol
Amicalement
Philippe

Il y a le diamant mais c'est indice avait été donné Pas de rhum
Nous allons mieux aussi

Citation de Adria d'Orances
Voilà belle manière d'expliquer l'utilisation successive de pseudos.
A cela, se pose la question : Pourquoi utiliser un pseudo pour publier de la poésie ?


Je me refuse à utiliser mon prénom ici. Je me livre énormément dans mes écrits et ce prénom n'appartient qu'à moi et à ceux que j'ai choisis. C'est, dans mon cas, comme si j'effectuait un strip tease, mais en conservant mes dessous

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
268 poèmes Liste
8940 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
20 janvier
  Publié: 12 jan à 03:29 Citer     Aller en bas de page

- c'est dommage, avec mon diabète, je n'ai plus le droit au chocolat, ni aux alcools, ni à plein de bonnes anciennes tentations.
- heureusement tu es là, (chut ! je ne le dirai pas). avec ces mots, ces formulations, ces convivialités, qui font chaud au cœur de chaque membre de notre virtuelle famille de LPDP.
gros bisou de SAM.

 
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
113 poèmes Liste
1119 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 12 jan à 03:42 Citer     Aller en bas de page

Quel cheminement. Je ne te lis que depuis un an et je te l'ai déjà exprimé, c'est Adamantine qui m'a donné envie d'ouvrir la porte de LPDP, je n'ai pas encore remonté le fil de mes lectures jusqu'à Laversill ou Ishtar.

Je penche pour Ada… Adagio… Amant… ça ne s'explique pas, ça se pratique… amantine, une déclinaison féminine d'amant plus gourmande qu'une amante, qui fond sous la langue comme une praline

  SHElene
ori
Impossible d'afficher l'image
Mourir? C'est bien la dernière chose que je compte faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
724 commentaires
Membre depuis
24 août 2018
Dernière connexion
20 janvier
  Publié: 12 jan à 04:10
Modifié:  12 jan à 04:15 par ori
Citer     Aller en bas de page

[citation=Adamantine ]Bonsoir,
Ce pseudo n'aurait-il pas à voir avec le diamant, sa pureté et sa dureté (évoqué dans le texte)..
Sinon j'ai une ancienne blague qui m'est revenue à la lecture:
Avant j'étais schizophrène mais maintenant on va beaucoup mieux… Lol
Amicalement
Philippe

Il y a le diamant mais c'est indice avait été donné Pas de rhum
Nous allons mieux aussi

Pas grave je ne bois pas d'alcool...
Sinon belle question posé par Adria
Amicalement
Philippe

  Ori
gattopardo
Impossible d'afficher l'image
Tempus fugit
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
502 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2019
Dernière connexion
19 janvier
  Publié: 12 jan à 15:31
Modifié:  13 jan à 16:19 par gattopardo
Citer     Aller en bas de page

Désolé

  gattopardo
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
1581 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
19 janvier
  Publié: 14 jan à 06:00 Citer     Aller en bas de page

Bises.

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
290 poèmes Liste
5228 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
19 janvier
  Publié: 14 jan à 11:59 Citer     Aller en bas de page

AVEC ?

- Laversill - Tu te croyais ombre...
.
- Ishtar - La guerrière - Tu es devenue soleil

- Adamantine - La mue est achevée - Tu présentes les qualités morales ou intellectuelles correspondant aux qualités physiques du diamant (la dureté ou le brillant)

C'est vu de ma fenêtre (rire)

  YD
Myo


Le bonheur se trouve comme un myosotis, tout petit, tout gentil dans un coin de la vie...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
224 poèmes Liste
4096 commentaires
Membre depuis
14 juin 2004
Dernière connexion
19 janvier
  Publié: 14 jan à 15:55 Citer     Aller en bas de page

L'une ne va pas sans l'autre et l'autre n'efface pas l'une.

C'est sans doute là que se cache la grande leçon de la vie.
Tous ces bouts de nous inachevés, tous ces carrefours de vie qui nous font évoluer, tous ces combats qui nous façonnent,
pour un jour décider de ne plus subir mais d'être CELLE que nous souhaitons et simplement, enfin ....nous aimer.

Je t'ai sans doute croisée à l'époque de Laversill ou d'Ishtar ... j'avoue ne plus trop m'en souvenir
mais je n'oublierai pas Adamantine

Bisous ma belle et merci.

Myo

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 219
Réponses: 10
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0590] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.