Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 271
Invisible : 0
Total : 274
· Filiquier · guy Olivié · ode3117
13306 membres inscrits

Montréal: 25 jan 11:17:43
Paris: 25 jan 17:17:43
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Le miroir Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
gillesdepont
Impossible d'afficher l'image
Tout poème naît d'un germe, d'abord obscur, qu'il faut rendre lumineux pour qu'il produise des fruit
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
82 poèmes Liste
688 commentaires
Membre depuis
24 avril 2015
Dernière connexion
22 janvier
  Publié: 21 mars 2020 à 05:09
Modifié:  21 mars 2020 à 05:53 par gillesdepont
Citer     Aller en bas de page

Face à l’intelligence, je suis papillon,
Papillon de nuit attiré par la lampe
Et qui se cogne vainement à la vitre
Comme je me fracasse sur mes ambitions.

Je me croyais poète, je ne suis qu’un couillon,
Un Don Quichotte de pacotille à l’assaut du monde
Et porter l’étendard du français, ma seule langue
Connue, que je massacre d’approximations.

Pauvre Gilles, tu te rêves futur écrivain,
Te voilà face au grand miroir, réveille-toi
Et regarde l’image renvoyée par le tain.

Que vois-tu ? Sinon un grand nigaud de gamin,
qui n’a pas les clés, les mots, le verbe ni la foi
pour espérer devenir un jour écrivain.



Gilles

  gilles
ode3117

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
537 poèmes Liste
24095 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
25 janvier
  Publié: 21 mars 2020 à 06:12 Citer     Aller en bas de page

Observe bien le miroir, il te reverra l'image d'un poète dont les écrits sont souvent appréciés.
Petit papillon évite la lampe, j'aimerais te voir voler dans la nature.
A bientôt
Bien amicalement ODE 31 - 17
Tu n'es plus gamin encore moins nigaud

  OM
Errant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
461 commentaires
Membre depuis
15 janvier
Dernière connexion
5 décembre 2020
  Publié: 21 mars 2020 à 07:41 Citer     Aller en bas de page

On se nourrit de ses faiblesses pour devenir plus grand ... Mais restez un gamin le plus longtemps possible !

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
237 poèmes Liste
3016 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 21 mars 2020 à 08:08 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Gilles

Tu es bien sévère avec toi même ! Accorde toi un peu plus d'indulgence et ais confiance en toi, la confiance... oui, je pense que c'est ce qui te fais le plus défaut. Chacun à une valeur... la sienne ! Elle est ce qu'elle est mais ne laisse jamais personne la sous-estimer, ni toi et encore moins les autres !

Pour la suite, je rejoins totalement Ma Petite Cigogne et Errant !

Sois... toi et reste le !



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 291
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0285] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.