Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 827
Invisible : 1
Total : 830
· La Brune Colombe · Lafleurquirime
13142 membres inscrits

Montréal: 9 avr 00:43:27
Paris: 9 avr 06:43:27
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: La larme Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
gabrielich
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
205 commentaires
Membre depuis
26 mars 2007
Dernière connexion
3 avril
  Publié: 24 mars à 21:53 Citer     Aller en bas de page

Ils sont partis au front les soldats en blouse blanche
Ils ne sont pas armés ils n’ont pas de drapeau
Ils sont partis au front les soldats en blouse blanche
Ils luttent pour nos vies et ils risquent leur peau

Ils combattent le mal sans arme ni cuirasse
Ennemi invisible que personne n’a vu
Avec leurs mains gantées ils se battent et font face
Ils nous donnent l’espoir même si c’est perdu

On ne voit que leurs yeux mais ils en disent long
Brillants d’un tel éclat avec eux ils amènent
La douceur le soutien quelque chose de bon
Ces yeux ne parlent pas mais ils disent je t’aime

  Gaby
Adria d'Orances


Recueil de poésies érotiques édité ...... (voir mon profil)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
1063 commentaires
Membre depuis
9 mars 2016
Dernière connexion
8 avril
  Publié: 25 mars à 03:05 Citer     Aller en bas de page


En ces moments qui saignent d'un sang invisible
En ces heures maudites, tout est bon pour célébrer les personnels soignants, au front, et tous les travailleurs qui, d'une manière ou d'une autre, se retrouvent exposés à cette faucheuse invisible.

pour eux.

Adria

 
HF.TELLER
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
200 commentaires
Membre depuis
24 décembre 2019
Dernière connexion
8 avril
  Publié: 25 mars à 05:11 Citer     Aller en bas de page

très bel hommage aux soignants qu'on ne peut qu'applaudir (les soignants et l'hommage).
HFT

 
ori
Impossible d'afficher l'image
Mourir? C'est bien la dernière chose que je compte faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
73 poèmes Liste
968 commentaires
Membre depuis
24 août 2018
Dernière connexion
8 avril
  Publié: 25 mars à 06:30 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,
Le texte est très beau mais hier j'entendais le témoignnage d'un soignant qui mettait en garde contre ce type de dialectique... La dialectique des héros, des termes guerriers…
Non nous ne sommes pas en guerre mais en crise sanitaire, ce ne sont pas des guerriers mais des personnels soignants qui ont besoins d'encouragements mais surtout de moyens et demain quand cela sera passé pas de monuments aux morts mais surtout qu'il n'y est pas d'oublie et que c'est en période de calme que l'on construit un système de santé capable de résister aux cataclysmes…
J'ai trouvé son intervention pertinente et elle renvoyait surtout au fait que ceux qui ont aujourd'hui introduit cette dialectique guerrière dans le discours ambiant sont les mêmes qui il y a un an cassé notre système de santé publique au profit de la privatisation.
Amicalement
Philippe

  Ori
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
176 poèmes Liste
2415 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
8 avril
  Publié: 25 mars à 09:37 Citer     Aller en bas de page

Bonjour gabrielich,

Je tiens et ne peux que te remercier pour un tel texte... ayant dans ma famille " des blouses blanches " et autres sur le terrain !

Toutefois, comme je l'ai écrit précédemment dans la rubrique journal (et qui viendrait rejoindre le com de Philippe !) ce n'est pas le tout de les encenser aujourd'hui pour les oublier, ou les laisser demain dans les mêmes conditions de travail ! La prise de conscience doit se faire là et rapidement... rénover les hôpitaux, fournir le matériel et surtout le personnel en manque. Car, qui peut nous "promettre" que nous ne connaitrons plus une pareille catastrophe ? Personne ! Alors, soyons prêts et plutôt que des mots et des promesses, des actes... Nos " combattants " sont fourbus par le travail énorme et les conditions qui se rajoutent !

Encore merci pour ces encouragements qui font chaud au cœur, pour eux et pour tous ceux qui sortent et continuent malgré les risques !



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
gabrielich
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
205 commentaires
Membre depuis
26 mars 2007
Dernière connexion
3 avril
  Publié: 26 mars à 01:04 Citer     Aller en bas de page

Merci les amis, pour votre lecture et vos réflexions.

Le vocabulaire guerrier est un peu délicat a utiliser dans les circonstances. Mais c'est bien ce personnel habillé en blanc, équipé simplement de masques et de petit gants qui m'impressionne et que je tente de mettre en opposition avec l'image des guerriers qui habituellement ont des gros bras et un armement phénoménal pour aller au combat.
C'était ma tentative de m'émerveiller pour le courage de ces personnes qui pourraient nous paraître fragiles, parfois de très jeunes femmes qui s'engagent jusqu'à risquer leurs vies pour nous. Je vois déjà mourir des médecins et mon cœur saigne. Je pense à vous amis lointains et sensibles poètes.

  Gaby
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 89
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,1865] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.