Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 746
Invisible : 0
Total : 747
· Lafleurquirime
13142 membres inscrits

Montréal: 9 avr 00:28:32
Paris: 9 avr 06:28:32
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Sans titre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
coldasice

Correcteur


Because we are already the past
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
1048 commentaires
Membre depuis
16 juin 2012
Dernière connexion
1er avril
  Publié: 25 mars à 04:40 Citer     Aller en bas de page

Elle servait à écoper,
Remplissant des gosiers, vidant des barriques.
Touchée par ces mains frêles
Qui n'avaient comme unique désir,
Satisfaire à défaut de plaire,
Elle servait à abreuver ou à saouler
Les êtres, rudes ou désespérés.
Elle servait à rendre la vie meilleure,
Dispensant des moments d'illusions
Pour des lendemains laborieux.
Mais, à force de s'entrechoquer,
Pour glorifier des joutes gagnées,
Pour sanctifier des combats gagnés,
Elles se sont brisées, répandant au sol,
Le sang des frêles mains,
Qui, jamais plus ne pourront satisfaire,
Les êtres rudes, les âmes désespérées.

  -
Sidonie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3781 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
4 avril
  Publié: 25 mars à 09:50 Citer     Aller en bas de page


Tu suis sûrement ton idée en écrivant ce poème.... bien écrit mais assez dur

Il s'agit de coupes ?

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
6597 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
8 avril
  Publié: 27 mars à 07:07 Citer     Aller en bas de page

Je trouve ce poème plein d'amertume...

Comme si ces mains, qui servent, en apparence, à donner, prêter, partager, du bonheur, même illusoire, même éphémère, ne sont pas de "belles" mains...

Je pense que c'est surtout l'idée de partage qui me semble primordiale, puisque le fait est là et ne donne pas dans l'idée qu'elles servent à faire du mal, non?

Amitiés...

Hubix.

 
coldasice

Correcteur


Because we are already the past
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
1048 commentaires
Membre depuis
16 juin 2012
Dernière connexion
1er avril
  Publié: 1er avr à 09:09
Modifié:  1er avr à 09:11 par coldasice
Citer     Aller en bas de page

Oui Sidonie
Tout cela pour dire que la coupe est pleine
Merci du passage

Hubix
J'ai désiré faire une comparaison entre des mains qui sont là pour aimer et servir, même sous la contrainte, et des mains qui sont là pour tuer et détruire
Un vieux texte encore, vu que je n'arrive plus à pondre des nouveaux
Cordialement

  -
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
211 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
4 avril
  Publié: 2 avr à 11:58 Citer     Aller en bas de page

J'aime ce que ces mains disent... il est bon de relire de "vieux" textes, bien que l'on puisse se demander si les textes ont un âge ou s'ils vieillissent...

  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 112
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0432] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.